Accéder au contenu principal

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.


10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'électro et de krautrock. Le disque, à l'image de ceux de Animal Collective, peut sembler de prime abord assez indigeste : trop de sons et une énergie débridée sans véritable pause. "Come Play The Trees" n'en reste pas moins un des disques les plus euphorisants de l'année.




9. John Maus - Screen Memories
Le gars aime toujours autant bidouiller des sons synthétiques sur ses machines, créant des sortes de mini messes noires et symphoniques. Les textes pourraient paraître simplistes, le gars n'en est pas moins diplômé de philosophie à ses heures perdues, avec des idées assez proches d'un Alain Badiou - c'est-à-dire très à gauche. Ses concerts sont de drôles d'expérience où le chanteur se donne comme personne, se frappant la tête dans les mains sur de la musique pré-enregistrée. Ariel Pink serait la version joyeuse et John Maus la version sombre d'une seule et même idée de la pop musique. Indispensable.


8. Baxter Dury - Prince of Tears 
Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court.



7. Temples - Volcano
Ça semble parfois facile, un peu putassier mais il faut avoir un sacré talent pour tenir ainsi la distance sans faiblir, tant au niveau des arrangements que des mélodies. Les Temples, c'est un peu ce groupe pop capable de faire partout l'unanimité. De la pop dans son sens le plus noble en quelque sorte : "Mystery of pop". Mystère d'un groupe aux influences variées et savamment assimilées, capable d'évincer tous les profiteurs, tous ces marchands du temple de la pop. Eux ne sont assurément pas là pour l'argent mais pour la postérité. Allez donc prêcher la bonne nouvelle.


6. Chad VanGaalen - Light Information 
Dès le premier titre, "Mind Hijacker's Curse", difficile de résister. Il y a déjà tout : une mélodie qui file tout droit, comme une évidence et vous laisse scotché. Elle n'est pas facile pourtant, il n'y a pas de simples couplets, ponts, refrains, non c'est une chanson plus tordue qu'il n'y paraît, mais qui, mine de rien, vous amène où elle veut jusqu'à vous faire succomber, un peu malgré vous. Un type capable d'un tel exploit a forcément un potentiel supérieur à la moyenne. Et là, on se dit que le gars ne réussira pas à rééditer de sitôt la performance. Mais on se rend rapidement compte que le dénommé Chad n'en a cure, il part tout de suite ailleurs. Il fait ce qu'il veut, ce qu'il aime, trace sa route, et nous embarque avec, parce que même quand la mélodie se fait moins facile, plus insidieuse, c'est fait avec un tel naturel qu'on a confiance. Forcément. L'album passe ainsi, d'une trombe.  



5. Timber Timbre - Sincerely, Future Pollution
Ce nouvel album étonne d'abord par ces arrangements synthétiques inhabituels puis subjugue une fois de plus car Timber Timbre a beau changer sensiblement de forme, quand on possède une telle classe, peu importe le flacon, l'ivresse surgit toujours à un moment ou un autre comme sur le sublime "Western Questions". Les canadiens se paient même le luxe de finir par le kitsch assumé de "Floating Cathedral"- titre qui porte au passage admirablement bien son nom et résume ce que représente la musique du groupe - comme si au fond, ils savaient qu'ils pouvaient tout se permettre.


4. The New Year - Snow 
Les mélodies qui, de prime abord, pourraient paraître ennuyeuses - on ne se refait pas, la modestie des effets demeurent -, gagnent en accroche au fil des écoutes. Elles finissent par nous envelopper, comme sur "The Beast", au lent final hypnotique et magnifique. Toujours pareil. Jamais pareil. Voilà le credo des frères Kadane. "Snow" n'est sans doute pas un disque à la mode. Tant mieux, il nous suivra plus longtemps.


3. Grizzly Bear - Painted Ruins
Grizzly Bear est un des groupes de rock indépendant les plus passionnants de l'époque. Leurs chansons ne se laissent pas facilement apprivoiser. Elles se méritent, tourbillon d'arrangements subtiles, de voix aériennes et de mélodies légères. Leur musique est trop cérébrale, diront certains. Sans doute. Il y a un effort à faire. Mais une fois habitué, ces mélodies paraissent évidentes. On pense à l'effet que nous avait fait les chansons de Radiohead au tournant du millénaire.


2. Albin de la Simone - L'un de nous
Ils sont peu nombreux, les chanteurs qui bonifient ainsi avec l'âge. La musique de Albin de la Simone gagne invariablement en subtilité et en délicatesse au fil des disques. "L'un de nous" est son meilleur, le plus précieux. L'homme semble à l'image de sa musique : modeste et classe. Accessible mais intimidant. Comme l'ami qu'on aimerait tous avoir, un modèle à suivre. Si c'était "l'un de nous", ça serait lui, forcément.




1. Ariel Pink - Dedicated to Bobby Jameson 
Ariel Pink montre une fois de plus son indéniable talent pour composer de petites vignettes pop lo-fi doucement décalées. Ce nouvel album enfile les perles mélodiques, notamment la belle triplette composée du titre éponyme, "Time to live" et "Another weekend", comme un brillant résumé de son savoir-faire. Il n'y a pour une fois pas de titres en retrait, de légères fautes de parcours, ce qui était souvent le défaut de ses précédents disques.

Commentaires

  1. Super pour Pink, Timber Timbre, Dury, Maus et Grizzly Bear qui font partie de mon panthéon personnel également.
    Faut que je me remette complètement le Temples en tête, je l'avais aimé mais pas autant que ça, à retenter à froid.
    J'avais déjà noté la plupart de tes autres noms suite à tes chroniques, j'écouterai ça !
    Merci pour ton boulot de cette année et bravo, et mention spéciale pour l'esprit de synthèse admirable, 10 disques c'est si peu, les dernières places ont du être un déchirement. Beau top que j'attendais en effet comme chaque année avec impatience ;)
    Bonnes fêtes à toi, et bonne fin d'année !

    Alex

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, 10 disques pour 2017, c'est peu. Mais quand on remet en perspective, est-ce que dans 10 ans, on aura forcément envie d'écouter régulièrement plus que 10 disques de cette année-là ? Pas sûr. Sinon, je reconnais que le Temples est le disque le plus facile de ce top, il n'en reste pas moins particulièrement efficace. Merci de ta fidélité ici et bonnes fêtes à toi aussi.
      A+

      Supprimer
    2. D'accord avec toi sur le nombre, on verra le temps nous le dira ! Ceci dit y'a largement plus de 10 disques de -au hasard- 1968 ou 1980 que je réécoute souvent, tout espoir n'est pas perdu sur une année grand cru (mais là encore tu as raison ça on ne le saura que dans 10 ans).
      D'accord aussi que le Temples est un très bon disque, facile ou pas peu importe il est très réussi. j'ai un peu moins accroché, subjectivement, qu'au précédent mais ça n'enlève rien au talent et à l'envie du groupe.
      À+

      Supprimer
  2. Merci pour ce top annuel toujours très intéressant. J'ai beaucoup aimé le lien que tu as fait entre Ariel Pink et John Maus, dont les albums sont par ailleurs tous deux magnifiques ! Quelques belels découvertes à creuser dans ton top, Snapped Ankles notamment. Un peu moins accroché à ce Tempels par contre. Le Timber Timbre, même si m'a été moins marquant que leur anthologique Hot Dreams, me tient particulièrement à coeur, puisque nous les avons vu cette année sur scène avec Alexandre et ils sont bluffants !

    Bonens fêtes de fins d'année !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Décidément, le Temples ne fait pas l'unanimité semble-t-il... Mais ça ne m'étonne pas, il est sans doute trop évident/trop facile pour des fans de rock indépendant. Pour moi, ça reste un alignement de tubes pop, très bien fichus. Bonnes fêtes de fin d'année à toi aussi.

      Supprimer
  3. Ce que j’aime dans ces tops, forcément c’est d’en tirer un fil pour aller chercher « l’inconnu ». Donc Pink en premier ? Pourquoi je n’ai pas insisté alors que « pom pom » m’avait bien plu ? tu me pousses à interrompre ce que j’écoute pour tenter au moins de comprendre. Pas question de ne pas suivre un numéro UN.
    Ce qui m’a fait plaisir c’est le Albin en 2, et quand je vois la place de Timber, de Baxter, ça y est je décide de faire le plein de ceux que je ne connais pas.
    Conclusion additionnel : Un PINK juste avant 2018 et peut-être TEMPLE…

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour Albin de la Simone, qui me donne envie de réécouter "Le LA" de Julien Baer.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …

Drugdealer - Raw Honey

Weyes Blood encore et toujours. On la retrouve cette fois en compagnie du groupe Drugdealer - elle était déjà là sur le premier album du groupe, "The end of the comedy" - pour le très beau "Honey", bien dans l'esprit de ce qu'elle fait en solo. Il faut dire que la musique de Drugdealer est très proche de celle de Weyes Blood, c'est-à-dire douce, mélodique, admirablement désuète et kitsch (l'école californienne de Ariel Pink et consorts). En plus de l'évidente influence des Beatles("If you don't know now, you never will") , "Raw Honey" flirte même avec le jazz-rock FM des années 70. "Fools" ressemble par exemple à du Steely Dan.  Sauf que c'est toujours fait de manière décontractée, sans démonstration de virtuosité. Il faut dire que Michael Collins, l'auteur-compositeur de Drugdealer n'est arrivé à la musique qu'il y a dix ans seulement, en autodidacte. Voilà donc un agréable disque de saison, à …