Accéder au contenu principal

Top concerts 2017


Comme les années précédentes, nous n'avons pas, maman et moi, assisté à beaucoup de concerts en 2017, du moins pas autant qu'on aurait souhaité. Mais peut-être plus que les autres années, ceux que nous avons eu la chance de voir ont été profondément marquants. Voici un rapide état des lieux du meilleur : 

5. Future Islands à la Route du Rock le 19/08 / Sleaford Mods à Rock en Seine le 26/08
Difficile de départager ces deux-là, même si leur musique est assez différente, leur prestation scénique engendre une réaction au final assez semblable : d'abord une certaine circonspection, le sentiment d'assister ensuite à une bonne blague puis enfin une envie irrésistible de bouger et de se laisser aller devant une telle débauche d'énergie. Reste pourtant une inconnue qui fait tout le charme de ces groupes, est-ce réellement à prendre au premier degré ? 


4. Vashti Bunyan au Carreau du Temple le 13/04
Là, on sait pertinemment que les choses sont plus sérieuses. Mais il se dégage du concert l'ancienne hippie une telle sérénité, une telle vérité qu'il paraît compliqué de ne pas être envoûté. Sa voix, son jeu de guitare, ce bonheur tout simple et non feint d'être là et de partager sa musique. Le bonheur tient à peu de choses et Vashti Bunyan le sait. Cette femme a la grâce. Magique.


3. Metronomy au festival Printemps Solidaire le 17/09
Metronomy, c'est notre groupe "maison" à maman, les enfants et moi, celui qui fait une parfaite unanimité. Alors quand la bande de Joseph Mount vient se produire à Paris, sur une scène en plein air, un dimanche après-midi, il était tout naturel d'aller y assister. Ce concert fut un incroyable souvenir, de ceux qui donnent aux enfants l'envie de monter un groupe et aux parents la fierté de leur progéniture. 

2. The Flaming Lips au Bataclan le 02/02
Un concert des Flaming Lips est toujours un évènement en soi, tellement les performances scéniques de la formation américaine ont peu d'équivalent. Alors, quand on me demandait si j'aurai envie de retourner au Bataclan après le fameux drame, je ne savais pas trop. Et puis, les Flaming Lips ont été programmés et je me suis dit que je ne pouvais pas rater ça. Seuls eux pouvaient rendre inoubliable un tel moment. Leurs chansons ne parlent d'ailleurs que de ça, de l'essentiel, de la vie, l'amour, la mort. Et ce n'est jamais plombant.

1. PJ Harvey à Rock en Seine le 26/08
Mais alors, qui pouvait battre Metronomy en famille ou les Flaming Lips au Bataclan ? La reine PJ évidemment. Pourtant, je gardais un souvenir mitigé de ma seule précédente rencontre live avec l'anglaise au moment de la sortie de "Let England Shake" : trop froid, trop retenu. A Rock en Seine, ce fut un déluge de maîtrise, mais aussi un déluge d'émotions. A l'image d'un Nick Cave, elle est accompagnée sur scène, d'un groupe exceptionnel. Toutes les chansons prennent une dimension mystique sur scène, on est comme en apesanteur, suspendu aux lèvres de la chanteuse. On souhaite que jamais cela ne s'arrête. "A moment in time", comme disent les anglais.

Commentaires

  1. L'avantage d'habiter Paris...;)
    Bon moi j'ai surtout vu Vincent Delerm cette année...:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eheh, c'est bien aussi Vincent Delerm. C'est vrai, je me plains, mais on est quand même privilégié dans les grandes villes ;-)

      Supprimer
  2. concerts 2017=Micah P. Hinson,The Bats, Woods à Lyon et King Lizard et Thee o'Sees à Nîmes. The Bats en tête en fait, concert parfait, le goût de l'adolescence, une péniche surchauffée par la canicule et les membres du groupe qui ne veulent pas aller se coucher...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. The Bats, oui, voilà un groupe que j'aimerais bien voir en live...

      Supprimer
  3. Pour moi sans hésitation "Future Islands" à L'Epicerie Moderne - Feyzin - Lâchez la bête !!! ;-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

The Avalanches - We Will Always Love You

Après la sortie du dernier disque de Gorillaz rempli à ras bord de musiques en tous genres et d'invités de marque, voici The Avalanches qui placent peut-être encore la barre au-dessus, si cela est possible. Jugez plutôt : MGMT, Johnny Marr, Vashti Bunyan, Mick Jones, Neneh Cherry, Kurt Vile, Karen O, Wayne Coyne ou Rivers Cuomo. On est donc dans la surenchère de sons, de collaborations, d'albums pleins comme un oeuf. Bienvenue dans la culture du zapping, sauf qu'ici, il y a - et c'est ça qui est assez incroyable - une vraie homogénéité malgré les styles si différents des invités. Chacun est venu se fondre dans la grande orgie pop orchestrée par le duo Australien. Contrairement au Gorillaz, on peut ici tout aimer ou presque. Si je n'étais pas forcément convaincu par les quelques singles annonciateurs, l'écoute entière de l'album m'a conquis. C'est le miracle de ce groupe : comme " Since I Left You " paru il y a déjà vingt ans, ce " We