Accéder au contenu principal

John Cale - Cité de la musique, Paris - 24 septembre 2019

Il y a quelques années, nous avions été voir Lou Reed au palais des congrès de Paris alors qu'il jouait en intégralité son chef d'oeuvre "Berlin". On pouvait se targuer de l'avoir vu au moins une fois avant qu'il ne meurt quelques temps plus tard. Le concert en lui-même ne nous avait pourtant pas procurer de souvenirs mémorables. La retranscription live du mythique album était beaucoup trop virile et lourdaude, bafouant allègrement ce qu'on aimait dans sa musique : sa poésie, son côté sombre et malsain, son rock non calibré. Cette semaine, l'occasion de voir son ex-acolyte du Velvet Underground se présenta, histoire d'effacer un tant soit peu ce rendez-vous manqué. Les compte rendus de concerts que je glanais ici et là sur le net ne me disaient pourtant rien qui vaille. John Cale, comme Lou Reed, aurait plutôt tendance à montrer les muscles sur scène. Mais une information m'a définitivement fait changer d'avis et acheter mes places : l'artiste sera accompagné de la brillante Cate Le Bon, compatriote galloise, comme un évident passage de relais entre générations. Cale pourrait même être son grand-père. Le concert auquel nous avons assisté faisait partie d'un triptyque enchaîné trois soirs de suite où Cale balayait l'ensemble de sa carrière. La salle de la cité de la musique était loin d'être pleine, ce qui nous permis d'être mieux placés que prévu. Le public, sans doute quelques abonnés de l'endroit, semblait plus habitué aux concerts de musique classique qu'aux concerts rock. Mais Cale et sa troupe de musiciens impeccables commencèrent plutôt calmement. N'étant pas un expert de sa carrière, j'avoue que pas mal de chansons ne m'étaient pas familières. Mais ça n'a pas gâché le moins du monde le plaisir d'écoute. Physiquement, on sent le chanteur diminué, il affiche quand même 77 ans ! L'interaction avec l'assistante est aussi réduite à la portion congrue. Mais la qualité des musiciens et l'acoustique de la salle suffisent amplement à passer un agréable moment. John Cale est cet artiste, jamais dans la lumière. D'abord dans l'ombre de Lou Reed au sein du Velvet, il enchaîna une carrière solo ponctuée de nombreux excellents disques passés assez inaperçus et notamment le sommet "Paris 1919" en 1973. (La même année que "Berlin") sans qu'on constate de réelles baisses de régime - même pendant les années 80 où beaucoup d'artistes ont vu leur inspiration en perte de vitesse flagrante. Le seul défaut de Cale est sans doute de ne pas avoir sorti de vrais tubes, de ceux qui restent gravés à jamais. Il est aujourd'hui l'un des acteurs majeurs encore vivants du New-York bohème de la fin des années 60. Il a produit entre autres les premiers disques des Stooges, des Modern Lovers ou de Patti Smith. C'est une légende du rock. Et ses disques comme ses concerts gardent la même exigence : on sent que chaque traduction live des morceaux a été savamment préparée : de la version hantée et un poil flippante de "Half Past France" en rappel à celle bruitiste, déjantée et interminable de "Heartbreak Hotel" - ça a dû nettoyer les oreilles des habitués du classique - en passant par les titres uniquement chantés par la parfaite Cate Le Bon. Même les vidéos passées à l'arrière de la scène et l'oeuvre de Abby Portner, habituelle collaboratrice de Animal Collective, sont en totale adéquation avec la musique. On se dit après plus d'1h30 de concert que ça y est, lui aussi, on l'aura vu. Et cette fois-ci, la soirée fut bonne. Merci pour tout et longue vie à vous, monsieur Cale.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Monochrome Set - Fabula Mendax

Le Monochrome Set existe depuis bientôt 40 ans. Il a connu une période faste à ses débuts, à l'orée des années 70 et 80, durant laquelle le groupe inventait une pop à nulle autre pareille, bien éloignée du mouvement post-punk alors en plein essor ou de la new-wave balbutiante. La formation menée par Ganesh Seshadri, alias Bid, un soit-disant authentique prince indien, est à l'origine de beaucoup de vocations, notamment Morrissey ou Edwyn Collins. Le groupe arrivé trop tôt, reviendra trop tard dans les années 90, à l'heure de la brit-pop. Leurs mélodies précieuses et délicates n'avaient pas grand chose à voir avec le rock direct et un peu simplet de Oasis et consorts. Puis, il y a eu une nouvelle reformation à la fin des années 2000, après 10 nouvelles années de disette. Celle-ci ne semblait plus rien vouloir du tout, ne surfant pas avec une quelconque mode par essence éphémère. On sait déjà que le succès n'arrivera jamais, d'autant que la formation londonienne…

Temples - Hot Motion

Si le rock était encore à la mode, les anglais de Temples pourraient assurément emporter la mise, renvoyant les australiens de Tame Impala dans leur 22, avec ce "Hot Motion", troisième album encore plus direct et calibré que les précédents. Après avoir (un peu) délaissé les guitares pour les claviers, le temps de "Volcano", ils reviennent à un style plus "classique" et proche de leur premier essai, l'excellent "Sun Structures". C'est toujours la même recette : des mélodies accrocheuses dans la plus pure tradition anglaise, relevées par des arrangements très psychédéliques avec un bon gros son qui claque. Si on flirte parfois avec la facilité, comme sur "The Howl", ces jeunes anglais chics et très (trop?) stylés arrivent toujours à faire passer la pilule avec un petit changement de direction imprévu.  Car si le chemin d'ensemble est bien balisé, le groupe s'autorise de légères sorties de route qui font que ce "Hot …

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…