Accéder au contenu principal

John Cale - Cité de la musique, Paris - 24 septembre 2019

Il y a quelques années, nous avions été voir Lou Reed au palais des congrès de Paris alors qu'il jouait en intégralité son chef d'oeuvre "Berlin". On pouvait se targuer de l'avoir vu au moins une fois avant qu'il ne meurt quelques temps plus tard. Le concert en lui-même ne nous avait pourtant pas procurer de souvenirs mémorables. La retranscription live du mythique album était beaucoup trop virile et lourdaude, bafouant allègrement ce qu'on aimait dans sa musique : sa poésie, son côté sombre et malsain, son rock non calibré. Cette semaine, l'occasion de voir son ex-acolyte du Velvet Underground se présenta, histoire d'effacer un tant soit peu ce rendez-vous manqué. Les compte rendus de concerts que je glanais ici et là sur le net ne me disaient pourtant rien qui vaille. John Cale, comme Lou Reed, aurait plutôt tendance à montrer les muscles sur scène. Mais une information m'a définitivement fait changer d'avis et acheter mes places : l'artiste sera accompagné de la brillante Cate Le Bon, compatriote galloise, comme un évident passage de relais entre générations. Cale pourrait même être son grand-père. Le concert auquel nous avons assisté faisait partie d'un triptyque enchaîné trois soirs de suite où Cale balayait l'ensemble de sa carrière. La salle de la cité de la musique était loin d'être pleine, ce qui nous permis d'être mieux placés que prévu. Le public, sans doute quelques abonnés de l'endroit, semblait plus habitué aux concerts de musique classique qu'aux concerts rock. Mais Cale et sa troupe de musiciens impeccables commencèrent plutôt calmement. N'étant pas un expert de sa carrière, j'avoue que pas mal de chansons ne m'étaient pas familières. Mais ça n'a pas gâché le moins du monde le plaisir d'écoute. Physiquement, on sent le chanteur diminué, il affiche quand même 77 ans ! L'interaction avec l'assistante est aussi réduite à la portion congrue. Mais la qualité des musiciens et l'acoustique de la salle suffisent amplement à passer un agréable moment. John Cale est cet artiste, jamais dans la lumière. D'abord dans l'ombre de Lou Reed au sein du Velvet, il enchaîna une carrière solo ponctuée de nombreux excellents disques passés assez inaperçus et notamment le sommet "Paris 1919" en 1973. (La même année que "Berlin") sans qu'on constate de réelles baisses de régime - même pendant les années 80 où beaucoup d'artistes ont vu leur inspiration en perte de vitesse flagrante. Le seul défaut de Cale est sans doute de ne pas avoir sorti de vrais tubes, de ceux qui restent gravés à jamais. Il est aujourd'hui l'un des acteurs majeurs encore vivants du New-York bohème de la fin des années 60. Il a produit entre autres les premiers disques des Stooges, des Modern Lovers ou de Patti Smith. C'est une légende du rock. Et ses disques comme ses concerts gardent la même exigence : on sent que chaque traduction live des morceaux a été savamment préparée : de la version hantée et un poil flippante de "Half Past France" en rappel à celle bruitiste, déjantée et interminable de "Heartbreak Hotel" - ça a dû nettoyer les oreilles des habitués du classique - en passant par les titres uniquement chantés par la parfaite Cate Le Bon. Même les vidéos passées à l'arrière de la scène et l'oeuvre de Abby Portner, habituelle collaboratrice de Animal Collective, sont en totale adéquation avec la musique. On se dit après plus d'1h30 de concert que ça y est, lui aussi, on l'aura vu. Et cette fois-ci, la soirée fut bonne. Merci pour tout et longue vie à vous, monsieur Cale.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro

Pete Doherty & Frédéric Lo - The Fantasy Life Of Poetry and Crime

  Après une longue pause, faute de sortie musicale probante, me voilà de retour avec quelques nouveautés plutôt emballantes. On commence par le come back d'un rockeur qu'on croyait perdu, le genre de candidat idéal au triste club des 27, ceux qui vont trop vite, trop fort, qui se brûlent les ailes et meurent à 27 ans comme Jim Morrison, Brian Jones, Janis Joplin, Jimi Hendrix, Kurt Cobain ou Amy Winehouse. Pete Doherty a d'ailleurs eu une relation avec cette dernière. Si elle a fini par sombrer corps et âmes dans la drogue, lui, s'en est sorti miraculeusement. Les Libertines, après une entrée en matière fulgurante - on ne se lasse toujours pas de leur premier et formidable " Up The Bracket ", classique rock du début des années 2000 - ont disparu rapidement des radars. Si tout réussissait alors au chanteur anglais - en couple avec la très médiatisée Kate Moss - le mode de vide "sexe, drogues et rock'n'roll" n'a qu'un temps et Doherty d