Accéder au contenu principal

Bilan 2013

Comment résumer l'année musicale 2013 ? Mon année musicale. Tout d'abord, en parlant des deux expositions que j'ai eu la chance d'aller voir : la première sur Bowie, au Victoria and Albert Museum de Londres, la seconde sur le punk européen, à la Cité de la Musique à Paris. Deux expositions qui pourraient être un bon condensé du meilleur du rock des années 70. Deux expositions, qui démontrent qu'il reste difficile de faire rentrer intelligemment la musique dans les musées. Celle sur le "Thin White Duke" demeure la plus intéressante, de part le personnage d'abord, mais surtout parce que l'audioguide qui nous permet de la parcourir avec la musique de l'artiste dans les oreilles est une bonne initiative. En 2015, les Parisiens pourront aussi en profiter puisque l'exposition se déplacera dans la capitale française. Cette année, j'ai assisté une fois de plus à très peu de concerts, une journée passée aux festivals de la Route du Rock et de Rock en Seine a constitué l'essentiel de mes expériences musicales "live". Je retiendrai l'incroyable prestation de Nick Cave et de ses mauvaises graines à Saint-Malo, à vous foutre une sacré chaire de poule plus d'une heure durant; le concert de of Montreal, dans le quartier très branché de Williamsburg pour ma première et je n'espère pas dernière escapade new-yorkaise; les français de Aline, place Denfert Rochereau, pour la Fête de la Musique, pas forcément pour la qualité de la performance, non plus parce que c'était l'un des premiers concerts de ma fille et le premier de mon fils; enfin, les concerts azymutés des !!! (Chk Chk Chk) aux deux festivals rien que pour les improbables chorégraphies de son chanteur en tenue de plage. Pour les meilleures chansons et disques de l'année, vous connaîtrez tous mes favoris d'ici la fin de la semaine. En attendant, si pour une fois, je parlais de ceux qui m'avaient déçus, c'est-à-dire à peu près toutes mes plus grosses attentes. A commencer par l'inattendu retour de David Bowie qui ne s'est pas contenté que d'une exposition à sa gloire, il a aussi sorti un nouveau disque, "The Next Day". Quoi en penser ? Tout simplement qu'il est raté, qu'il y tente maladroitement une sorte de compilation de son oeuvre. Mais les arrangements comme parfois les mélodies ressemblent plus à de la vulgaire soupe FM. Alors, quand je vois que beaucoup ont placé ledit album parmi les meilleurs de 2013, je ne  comprends pas. Considérer le nouveau Bowie comme un grand disque alors que c'est un de ses plus mauvais, c'est faire peu de cas du reste de la production actuelle, c'est stipuler en substance que le rock est mort, que c'était mieux avant.

De même pour la reformation de Suede qui sentait déjà le réchauffé à plein nez et dont je n'attendais pas grand chose tellement ça fait belle lurette que Brett Anderson est incapable de pondre une chanson digne de ce nom. Mon verdict est aussi sans appel : inutile, mise à part pour les fans nostalgiques qui auront cherché à ré-entendre les morceaux des toujours excellents deux premiers disques lors de la tournée.
L'arlésienne du successeur du mythique "Loveless" de My Bloody Valentine est aussi enfin tombée en 2013, alors que plus personne n'y croyait. Cette fois-ci, malgré la longue période hors du circuit, le disque tient la route, même s'il n'innove pas franchement. Je pourrais aussi parler de beaucoup d'autres déceptions, des groupes qu'on encense sans doute trop rapidement ou d'autres qui sont juste passés à côté du sujet et qui n'ont pas dit leur dernier mot, parmi eux, MGMT, Vampire Weekend, The National ou encore les Yeah Yeah Yeahs.

Je sais que certains d'entre vous ne seront pas d'accord. Un sujet aura au moins fait l'unanimité : l'hommage rendu à Lou Reed. Le père du rock indépendant est mort cette année et tout le monde ou presque l'aura pleuré. Comme Mandela, quelques rares personnalités qui rassemblaient encore sont partis. D'autres modèles sont maintenant à construire, ce qui, vu le contexte général de perte de repères et de valeurs, ne sera pas chose aisée. Puisse l'avenir nous surprendre, comme cette année 2013 qui restera malgré tout pour moi comme un bien beau millésime. Rendez-vous mercredi et vendredi prochains pour mes traditionnels tops.

Commentaires

  1. C'est l'heure des bilans aujourd'hui... Bon je suis assez d'accord avec toi. Mais sans le classer dans la catégorie des mauvais disques, le dernier Bowie ne mérite vraiment pas sa place dans le Top (y mettre son propre chiffre) de la presse spécialisée....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'adore Bowie (comme Suede) et j'étais prêt à m'enflammer mais là, non, franchement, de qui se moque-t-on ?

      Supprimer
  2. "Considérer le nouveau Bowie comme un grand disque alors que c'est un de ses plus mauvais, c'est faire peu de cas du reste de la production actuelle, c'est stipuler en substance que le rock est mort, que c'était mieux avant."

    Ce serait plutôt la presse rock qui est morte parce qu'elle ne sait plus où donner de la tête... C'était mieux avant pour elle... parce qu'on avait besoin d'elle pour faire le tri... aujourd'hui j'écoute les sorties le jour de leur sortie... je lis les critiques après avoir écouté les disques... et je rigole...
    Dans un rock and Folk un courrier de lecteur disait en substance qu'il attendait de son magazine préféré qu'il soit un gardien du temple...
    Je ne déteste pas les dieux s'ils sont fragiles comme le dernier Bowie que j'aurais écouté deux trois fois avec plaisir... mais qui n'apparaitra pas dans mon top... Si j'en fais un...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tu as raison, la presse rock est bien morte. Mais après, cela n'explique pas pourquoi elle continue d'encenser sur internet les vieux de la vieille à n'importe quelles conditions. Même des trucs aussi sérieux que The Quietus le place 3ème : http://thequietus.com/articles/13960-albums-of-the-year-2013. Faut pas déconner quand même !!!

      Supprimer
    2. Il est plus facile d'encenser des "valeurs sures" que des ptits nouveaux qui n'auront jamais l'aura ni le charisme d'un Bowie... même vieillissant... Suffit d'y croire encore un peu... pour que rien ne change... Il y a bien des gens qui croient encore en Dieu alors qu'il est mort depuis longtemps...

      Supprimer
  3. Je suis d'accord avec toi sur tout. A part une légère nuance sur le Bowie, c'est loin d'être son meilleur, mais je ne le trouve pas mauvais. Même plutôt digne en fait, mais on sent que c'est poussif quand même. Après, que des gens le fassent apparaître dans leur top personnel, pourquoi pas, s'ils ont aimé la madeleine après tout. Ce qui n'enlève rien à la pertinence de ton commentaire face à une telle démarche venant de la presse qui se doit de faire semblant d'être un minimum objective.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah, moi, je le trouve mauvais le Bowie. Avec maman, on est des fans du monsieur, on a quasiment tous ses disques et franchement, celui-là, on a beaucoup de mal à l'écouter en entier, c'est dire. Certaines chansons nous font carrément honte.

      Supprimer
    2. Je n'en doute pas, et vous avez sûrement raison, objectivement ! De mon côté, quelques chansons me font y revenir. J'ai jamais dit que j'avais bon goût ;)

      Supprimer
  4. http://youtu.be/Hiz2w_GrgaM
    Sans doute l'album n'est surement pas le chef d'oeuvre annonce....Mais cette chanson, mon dieu, quelle beaute...
    Pour ce qui est de la presse ecrite, ben moi elle me manque. Parce que le travail etait pratiquement fait (je parle des annees 90), on pouvait alors faire le menage et faire son marche. A present, tout va trop vite; trop de prods, trop d'apprentis gratte clavier (je parle pas pour toi...allez...),...Je dois dire que je suis un peu perdu parfois...mais bon en meme temps ma legere amertume provient surement d'une annee somme toute bien pauvre....Gwen/Melody Supreme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, bah, je garde mon avis sur le dernier Bowie, même si j'avoue que cette chanson est pas mal, une des rares du disque qui tiennent la route.
      Sinon, quand tu dis qu'il y a trop de prods, que ça va trop vite, qu'il y a beaucoup d'apprentis gratte clavier, je dis : tant mieux !!! Bien sûr, après, il faut plus de temps pour faire le tri, mais d'un autre côté, il n'y a plus de vérités toutes faites, à chacun la sienne et c'est d'autant plus intéressant...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Grandaddy & The Lost Machine Orchestra - Paris, le Trianon - 20 avril 2022

Enchaînement de concerts avec un quatrième en trois semaines. Celui-là, je l'avais coché il y a quelques temps déjà. Mais maman n'étant pas grande amatrice du groupe, je l'avais mis en " stand-by " (" Bye-Bye ..."). Et puis, il aura fallu qu'au détour d'une soirée entre parents le sujet soit mis hasardeusement sur la table pour qu'on prenne nos places, à la dernière minute ou presque. Grandaddy, c'est la période bénie de la pop américaine au mitan des années 90-2000. Avec les Flaming Lips (le groupe existait bien avant mais leurs meilleurs disques sont sortis à ce moment-là), Mercury Rev et Sparklehorse. Un quatuor pour l'éternité et au moins quatre chefs d'oeuvres de suite : " Deserter's songs " en 1998, " The Soft Bulletin " en 1999, " The Sophtware Slump " en 2000, " It's a wonderful life " en 2001. On pourrait même rajouter Wilco en 2002. Ce soir-là, au Trianon, magnifique écrin

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Pete Doherty & Frédéric Lo - The Fantasy Life Of Poetry and Crime

  Après une longue pause, faute de sortie musicale probante, me voilà de retour avec quelques nouveautés plutôt emballantes. On commence par le come back d'un rockeur qu'on croyait perdu, le genre de candidat idéal au triste club des 27, ceux qui vont trop vite, trop fort, qui se brûlent les ailes et meurent à 27 ans comme Jim Morrison, Brian Jones, Janis Joplin, Jimi Hendrix, Kurt Cobain ou Amy Winehouse. Pete Doherty a d'ailleurs eu une relation avec cette dernière. Si elle a fini par sombrer corps et âmes dans la drogue, lui, s'en est sorti miraculeusement. Les Libertines, après une entrée en matière fulgurante - on ne se lasse toujours pas de leur premier et formidable " Up The Bracket ", classique rock du début des années 2000 - ont disparu rapidement des radars. Si tout réussissait alors au chanteur anglais - en couple avec la très médiatisée Kate Moss - le mode de vide "sexe, drogues et rock'n'roll" n'a qu'un temps et Doherty d