Accéder au contenu principal

The Associates - Party Fears Two (1982)

The Associates, j'y suis venu très tard, par l'intermédiaire d'une reprise de la Divine Comedy de Neil Hannon dans une black session - ah, les regrettées black sessions qu'aucune compilation de Bernard Lenoir ne pourra malheureusement remplacée. Bref, emballé par la version de "Party Fears Two" interprétée par le petit irlandais, je me suis précipité sur la discographie du groupe du chanteur Bill McKenzie. J'ai tout de suite été frappé par son histoire dramatique : sur ce manque relatif de succès, sur ce suicide, sur cette voix pourtant incroyable. Comme beaucoup de groupes écossais des années 80, notamment Orange Juice dont les disques seront réédités en février prochain par Domino Records ou encore Aztec Camera, les Associates ont vu leur culte grandir une fois disparus. Le duo Rankine-McKenzie était dans la continuité de celui formé par les frères Maël : même voix de soprano haut perchée, même goûts pour les arrangements kitsch - surtout à partir de leur disque le plus célèbre, "Sulk" dont "Party Fears Two" est extrait- mêmes mélodies avides de montagnes russes et de crème chantilly. Si leur son est resté très connoté eighties, la personnalité haute en couleur de McKenzie a permis à leur musique de garder aujourd'hui encore toute sa saveur et son originalité. Si parler du destin tragique des Associates n'est sans doute pas propice en cette période de Noël, je vous souhaite à tous bonnes fêtes de fin d'année et à l'année prochaine pour plein de nouvelles musiques... à papa :-)


I'll have a shower
And then phone my brother up
Within the hour
I'll smash another cup
Please don't start saying that
Or I'll start believing you
If I start believing you
I'll know that this party fears two

And what if this party fears two?
The alcohol loves you while turning you blue
View it from here
From closer to near
Awake me

Don't turn around
I won't have to look at you
And what's not found
Is all that I see in you
My manners are failing me
I'm left feeling ugly
And you say it's wonderful
To live with I never will

So what if this party fears two?
The alcohol loves you while turning you blue
View it from here
From closer to near
Awake me

I'm standing still
And you say I dress too well
Still standing still
I might but it's hard to tell
Even a slight remark
Makes nonsense and turns to shark
Have I done something wrong?
What's wrong's the wrong that's always in wrong

I'll have a shower
And then phone my brother up
Within the hour
I'll smash another cup

Commentaires

  1. La description du groupe me fait très envie, Orange Juice, tout ça.... Je jette une oreille après les fêtes, absolument ! Merci pour le conseil :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, ça ressemble beaucoup plus aux Sparks qu'à Orange Juice. Les seuls points communs avec l'ancienne formation d'Edwyn Collins sont les mêmes origines écossaises ainsi que la même période d'existence de la fin des années 70 au début des années 80.

      Supprimer
    2. Ok ! J'aime bien les Sparks aussi. :)

      Supprimer
  2. Superbe choix. J'ai été amateur dès la sortie de leur album. Un peu comme Marc Almond, leurs fascination pour le Kitsch Broadway et un vrai talent de mélodie sans oublier cette voix à tomber: Il a un album solo "Beyond The Sun" qui est à tomber ... amoureux.
    Bon réveillon, tardif, le souhait... mais après tout c'est la fête. Encore? Toujours?

    RépondreSupprimer
  3. Bonnes fêtes à toi aussi et merci pour cette année qui se finie en ta compagnie.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

Ganser - Just Look At The Sky

" Regarde juste le ciel " nous demande ce groupe américain originaire de Chicago. Comme en son temps, un groupe de pop bien de chez nous, nommé Aline. Pourtant, on ne navigue pas du tout dans les mêmes eaux. Ici, le climat est plus sombre, tendu, lourd. On ne ressent alors pas ça comme un conseil, mais plutôt comme un ordre, une sommation. Dès " Lucky ", le ton est donné. Le riff de guitare, comme martelé, emporte tout sur son passage tel un ouragan. Et les coups de semonces s'enchaînent ainsi de manière régulière tout au long de ces neuf titres rageurs. On pense évidemment à Sonic Youth, un peu moins à Electrelane, même si c'est étonnament leur guitariste Mia Clarke, exilée à Chicago, qu'on retrouve à la co-production.  Ganser, en plus des guitares tranchantes, ce sont deux chanteuses Nadia Garofalo et Alicia Gaines qui se sont rencontrées dans une école d'art. Elles y ont partagé leurs passions communes pour la musique de The Residents et les films

The Avalanches - We Will Always Love You

Après la sortie du dernier disque de Gorillaz rempli à ras bord de musiques en tous genres et d'invités de marque, voici The Avalanches qui placent peut-être encore la barre au-dessus, si cela est possible. Jugez plutôt : MGMT, Johnny Marr, Vashti Bunyan, Mick Jones, Neneh Cherry, Kurt Vile, Karen O, Wayne Coyne ou Rivers Cuomo. On est donc dans la surenchère de sons, de collaborations, d'albums pleins comme un oeuf. Bienvenue dans la culture du zapping, sauf qu'ici, il y a - et c'est ça qui est assez incroyable - une vraie homogénéité malgré les styles si différents des invités. Chacun est venu se fondre dans la grande orgie pop orchestrée par le duo Australien. Contrairement au Gorillaz, on peut ici tout aimer ou presque. Si je n'étais pas forcément convaincu par les quelques singles annonciateurs, l'écoute entière de l'album m'a conquis. C'est le miracle de ce groupe : comme " Since I Left You " paru il y a déjà vingt ans, ce " We