Accéder au contenu principal

Public Service Broadcasting (+ We Were Evergreen) - Paris, le Petit Bain - 27 mai 2015

Le même soir, tous les indie rockeux étaient de sortie à l'Olympia pour le retour de Ride. Ces derniers seront d'ailleurs de beaucoup de festivals cet été, dont la Route du Rock. Mais c'est ailleurs que nous étions vraiment intéressés, maman et moi. Et avec le recul, nous ne regrettons en rien notre choix. Ce fut une bien belle soirée. A tout point de vue. Le lieu d'abord que nous ne connaissions pas et qui n'est pourtant pas loin de chez nous. Le petit bain est une péniche amarrée près de la Bibliothèque François Mitterrand. Le quartier que je n'aimais pas spécialement auparavant, dégage quelque chose de relaxant, de reposant. Tout cet espace libre, en plein Paris... La première partie est assurée par les français de We Were Evergreen emmenée par Fabienne Débarre qu'on avait déjà vu officier aux côtés du crooner cockney de Baxter Dury. La musique est d'une fraîcheur revigorante, dans un style entre Syd Matters et Phoenix - ben oui, ça existe, y avait un créneau à prendre. Et puis, ils ont l'air heureux d'être là. Comme nous. Dommage quand même que Fabienne ne chante pas plus. Car souvent, c'est quand on commence à entendre sa voix, proche de celle d'une Victoria Legrand de Beach House, que les morceaux décollent. Voilà, ça faisait bien longtemps qu'on n'avait pas vu et entendu une première partie qui tiennent aussi bien la route. Ça me fait penser qu'il faudrait que je réécoute leur seul et unique album, "Towards", paru il y a deux ans. J'ai dû passer à côté de quelque chose.

Ensuite, ce fut au tour des anglais de Public Service Broadcasting et de leurs voix pré-enregistrées. J. Willgoose, l'homme au noeud papillon, au charme et l'humour tout britanniques - curieux mélange de Mister Bean et de Jarvis Cocker - est le presque unique responsable de la musique (hormis la batterie). Si j'avais peur que cela soit trop statique sur scène, il n'en est rien. Un titre comme "Signal 30" y prend une dimension titanesque. Ils poussent à fond le côté pré-enregistré même pour parler avec le public, ajoutant une interaction et un décalage bienvenus. Si leur premier disque est devenu un de mes préférés de ces derniers années, j'étais resté nettement plus mesuré sur le second sorti en début d'année sur le thème de la conquête de l'espace. Bon, il faut avouer que même s'il est beaucoup plus hétérogène, il contient quelques morceaux ultra efficaces comme les singles "Gagarin", "Go" ou le plus éthéré "Valentina". Et puis, ils ont fini avec un sommet, dans tous les sens du terme, "Everest". Difficile de monter plus haut (l'espace peut-être?). Et surtout de redescendre après.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro