Accéder au contenu principal

Woods - City Sun Eater In The River Of Light

Ça devait finir par arriver : les américains de Woods ont sorti leur grande oeuvre. A force de tutoyer l'excellence au fil d'albums produits au rythme presque métronomique d'un par an, ce nouveau disque marque un nouveau pas en avant. Leur musique n'a jamais été si limpide et soignée. Les influences s'élargissent davantage. On se demande jusqu'où ils iront la prochaine fois, quelle inspiration ils ajouteront de manière si naturelle dans leur savante mixture sonore. Cette fois, on y entend des bribes de jazz éthiopien que le chanteur et leader, Jeremy Earl, dit avoir beaucoup écouté dernièrement. La voix se fait encore plus douce qu'à l'accoutumée. Bref, c'est un délice pour les oreilles. Les chansons loin d'être linéaires, se paient même le luxe d'évoluer constamment, comme si le groupe improvisait devant nous, alors qu'on devine que tout cela a été mûrement réfléchi. 
Bref, plus qu'un coup de coeur, c'est une véritable révélation, une formation en état de grâce. Cette musique comme le bois de leur nom est faite expressément pour réchauffer les coeurs. Ce mois d'avril s'annonce passionnant en termes de sorties musicales, même si Woods a sans doute déjà décoché la plus belle flèche.

Commentaires

  1. 1ère écoute très convaincante ! J'adore la direction qu'ils prennent, j'ai sauté dans le train en route il y a deux albums, c'est vraiment un très bon groupe. Le précédent m'avait déjà bcp impressionné.

    Content de lire ton avis, j'en avais lu que des mitigés jusqu'à présent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La voix a tendance à me lasser en fin d'album ceci dit, c'est le seul petit reproche que j'aurais...

      Supprimer
    2. J'adore tout (la voix aussi), comme je l'ai déjà dit. C'est vraiment de mieux en mieux, ce qu'ils font. Comprends pas les mitigés.

      Supprimer
    3. Moi non plus, à part le petit souci de la voix qui me lasse un peu sur les 2-3 dernières chansons, aucune réserve c'est un bon disque.
      Mais à lire les critiques ce disque est un pas en arrière, et Woods se livre à des jams déstructurées sans intérêt ^^ Raison de plus pour ne pas s'y fier.

      Supprimer
    4. Ils n'ont pas d'oreilles, c'est tout :-)

      Supprimer
  2. J'ai appris avec les recherches pour le billet Morby, qu'il avait été le bassiste du groupe.
    J'aime beaucoup Woods et ça me m'étonne plus du tout, j'ai hate d'écouter celui-ci.

    RépondreSupprimer
  3. quelle découverte extraordinaire! Je suis abasourdi de ne connaître ce groupe que maintenant!! J'ai rattrapé mon retard en récupérant depuis tous leurs disques, et je confirme qu'il y a bien longtemps que je n'avais pas écouté un truc qui me corresponde autant à 100%. Merci!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Content de constater que je ne suis pas le seul à avoir été emballé.

      Supprimer
    2. c'est décidé, je vais entreprendre 1000 kms de voyage pour aller les voir en juin prochain..."emballé" est bien en dessous de la réalité pour ce qui me concerne, c'est une surprise incroyable, il y a vraiment des années que je n'ai pas découvert une telle nouveauté!!

      Supprimer
    3. 1000 kms rien que pour eux ? C'est pour aller là : http://parispsychfest.com/ ? J'espère que j'ai pu contribuer à cette belle découverte... Comprends pas que personne ne parle plus de ce nouveau disque. Un titre comme "Sun City Creeps" est juste un petit chef d'oeuvre.

      Supprimer
    4. je préfère 1000 fois les voir seuls qu'au milieu d'un festival avec un set de 50mn!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

The Avalanches - We Will Always Love You

Après la sortie du dernier disque de Gorillaz rempli à ras bord de musiques en tous genres et d'invités de marque, voici The Avalanches qui placent peut-être encore la barre au-dessus, si cela est possible. Jugez plutôt : MGMT, Johnny Marr, Vashti Bunyan, Mick Jones, Neneh Cherry, Kurt Vile, Karen O, Wayne Coyne ou Rivers Cuomo. On est donc dans la surenchère de sons, de collaborations, d'albums pleins comme un oeuf. Bienvenue dans la culture du zapping, sauf qu'ici, il y a - et c'est ça qui est assez incroyable - une vraie homogénéité malgré les styles si différents des invités. Chacun est venu se fondre dans la grande orgie pop orchestrée par le duo Australien. Contrairement au Gorillaz, on peut ici tout aimer ou presque. Si je n'étais pas forcément convaincu par les quelques singles annonciateurs, l'écoute entière de l'album m'a conquis. C'est le miracle de ce groupe : comme " Since I Left You " paru il y a déjà vingt ans, ce " We