Accéder au contenu principal

Top albums 1972


10. The Rolling Stones - Exile on Main Street
D'habitude, toute la musique que j'aime, ce n'est pas vraiment le blues, même si elle vient de là. Mais ce disque des Stones, c'est une telle auberge espagnole, un tel bordel contrôlé qu'il est difficile d'y résister. Un groupe par exemple comme Foxygen doit sa carrière au seul "Rocks Off". On pourrait trouver ainsi un groupe pour chaque morceau de ce testament artistique des pierres qui roulent. Car, dès 1974 et le départ de Mick Taylor, ce n'est plus la même affaire. Le business ayant pris le pas sur la musique.

9. Cymande - Cymande
Là aussi, ce n'est pas le genre de musique dont je raffole mais impossible de ne pas admettre la qualité de ce disque, le premier de Cymande, groupe anglais dont les membres sont tous originaires des Antilles. La musique est au carrefour de plein d'influences et me fait dire que tout le monde peut l'apprécier. Peu de formations peuvent se targuer de faire une musique aussi universelle. Pas étonnant que le groupe se soit récemment reformé. Pour ceux qui ne connaissent pas, essayer cet album, c'est l'adopter de suite.

8. Nick Drake - Pink Moon
Troisième et dernier album du plus grand chanteur de folk anglais, "Pink Moon" est aussi le plus sec, celui où Drake demeure seul avec sa guitare, sans les somptueux arrangements de cordes de Kirby. On peut le regretter (comme moi) Restent ce jeu de guitare et cette voix si caractéristiques et jamais égalés.

7. Catherine Ribeiro + Alpes - Paix 
Catherine Ribeiro est une artiste qui a traversé les yéyés (elle était sut la fameuse photo "Salut les copains") puis les années 70 dans l'ombre. Avec son compagnon d'alors, ils ont fait une musique hors norme. Un truc jamais entendu avant ni depuis. Ribeiro est une sorte de Patti Smith à la française, grande prêtresse plus hippie que punk. Elle scande plus qu'elle ne chante. Cela peut rebuter de prime abord, mais la musique psychédélique et la conviction qu'elle y met finissent par emporter l'adhésion. Il parait qu'elle était une des chanteuses préférées de Mitterrand. En tout cas, elle fut toute sa carrière un modèle d'intégrité, devenant la grand mère que la jeunesse de tout temps souhaiterait avoir. 

6. Gérard Manset - Long, long chemin 
Voici un disque rare et d'autant plus cher. Il n'est jamais sorti en CD et ne le sera sans doute jamais puisque l'auteur lui-même en a jeté les bandes. Il a tort : cet album est peut-être son meilleur. On y retrouve les arrangements baroques et un poil pompeux de la "Mort d'Orion". Mais Manset en fait quand même un peu moins, lui l'autodidacte dont les professionnels se moquent. Il rêve d'une chanson française qui se marierait élégamment avec la grande musique, le classique, le jazz. Il n'a pas aimé être moqué. On ne mélangeait pas si facilement les genres. Dommage, l'avenir lui a prouvé qu'il avait eu raison. 

5. T-Rex - The Slider
"The Slider" est le dernier grand disque de T-Rex et aussi son plus pop. Celui avec lequel Bolan deviendra une star au moins outre Manche. Il faut dire que c'est une incroyable collection de tubes. 1972 est déjà l'apogée artistique du glam, avec Ziggy, le premier Roxy et comme chef de file, Marc Bolan.  Après ça, le genre aura bien du mal à se renouveler, T-Rex en tête.

4. Neil Young - Harvest
"Harvest" est le disque préféré de Neil Young de ceux qui n'aiment pas (trop) Neil Young. Et c'est inversement loin d'être le préféré des fans du Loner. Cela explique donc pourquoi il se retrouve aussi haut placé chez moi en 1972. Pour "Heart of Gold" bien sûr, mais pas que. Pour "Harvest" la chanson et pour bien d'autres. Pour cette jolie et indémodable moisson.

3. Lou Reed - Transformer
On pourrait presque dire la même chose de ce "Transformer", album le plus accessible et le plus populaire de l'ex-chanteur du Velvet Underground. Sauf que cette fois-ci le disque finira même par faire l'unanimité ou presque des fans. Seul, le chanteur lui-même rejettera l'album. Pas une surprise quand on connaissait le caractère de cochon du bonhomme. Pour lui, c'est plus un disque de Bowie que de lui. Pas grave, on prend quand même.

2. Roxy Music - Roxy Music
Ces types-là étaient des génies. Ce premier disque est un ouragan qui emporte tout sur son passage : glam, pop, rock, jazz, soul pour en faire un truc, un son unique. Après, ça sera toujours bon, mais il n'y aura plus cette folie, ces structures de chansons en mille morceaux, ces compositions en mille feuilles qui font que plus de 40 ans après, on n'a toujours pas fini d'en faire le tour.

1. David Bowie - The Rise and Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars
S'il ne devait en rester qu'un... Ça serait Bowie. Ça serait Ziggy. Parce qu'il y a tout ce que j'aime : la poésie du Velvet, les mélodies des Kinks et surtout la fantaisie de Bowie. Un classique absolu. Une étoile qui ne cessera de briller pour les futures générations.

Commentaires

  1. Plutôt d'accord avec toi même si évidemment l'ordre varierait un peu pour moi. Très étonné (agréablement) d'y voir le Stones et surtout le Cymande, que je vais réécouter de ce pas.
    Dans le genre "pas trop mon style de musique mais cet album est bien" Close To The Edge de Yes.

    Sinon, mes marottes habituelles (dont je comprends l'absence dans ton top, chacun ses goûts !) le 1er Big Star, le Stevie Wonder, Curtis Mayfield, Black Sabbath, Miles Davis, Al Green, les deux albums du petit Michael Jackson sortis cette année là, Elton John, Pink Floyd...

    Sinon le Neu!, "All The Young Dudes" de Mott The Hoople, "Ennismore" de Colin Blunstone auraient leur place sur un top plus large.

    J'ai hate de voir la suite, c'est toujours un plaisir de découvrir tes tops :) !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Lucie

L'autre jour, en lisant l'article intitulé « ça rime à quoi de bloguer ? » sur le très bon blog « Words And Sounds » - que vous devez déjà connaître, mais que je vous recommande au cas où cela ne serait pas le cas - je me disais, mais oui, cette fille a raison : « ça rime à quoi la musique à papa? ». Enfin, non, sa réflexion est plutôt typiquement féminine : trouvons un sens derrière chaque chose ! Nous, les hommes, sommes plus instinctifs, moins réfléchis. C'est sans doute pour ça que dans le landernau (je ne sais pas pourquoi, j'aime bien cette expression, sans doute parce que ça fait breton :-) des « indierockblogueurs », il y a surtout des mecs. Un mec est par contre bizarrement plus maniaque de classements en tout genre, surtout de classements complètement inutiles dans la vie de tous les jours. Pour ceux qui ne me croient pas, relisez donc Nick Hornby. Et je dois dire que je n'échappe pas à la règle, même si j'essaie de me soigner. J'ai, par exemple,

James Yorkston, Nina Persson & The Second Hand Orchestra - The Great White Sea Eagle

  Après la parenthèse de l'iguane, revenons à de la douceur avec un nouvel album de l'écossais James Yorkston et son orchestre de seconde main suédois - The Second Hand Orchestra, c'est leur vrai nom - mené par Karl-Jonas Winqvist. Si je n'ai jamais parlé de leur musique ici, c'est sans doute parce qu'elle est trop discrète, pas assez moderne et que leurs albums devaient paraître alors que je donnais la priorité à d'autres sorties plus bruyantes dans tous les sens du terme. Je profite donc de l'accalmie du mois de janvier pour me rattraper. Cette fois-ci, avant de rentrer en studio avec leur orchestre, Yorkston et Winqvist se sont dit qu'il manquait quelque chose aux délicates chansons écrites par l'écossais. Une voix féminine. Et en Suède, quand on parle de douce voix mélodique, on pense évidemment à Nina Persson, l'ex-chanteuse des inoffensifs Cardigans dont on se souvient au moins pour les tubes " Lovefool " et " My favorite

Top albums 2023

2023, fin de la partie. Bonjour 2024 et bonne et heureuse année à toutes et tous ! Je termine cette fois-ci un premier janvier, sur le fil, histoire de bien clôturer l'affaire, sans anticipation. Avant de vous dire qu'il s'annonce plein de bonnes choses musicalement parlant pour la nouvelle année, voici un récapitulatif de l'an dernier en 10 albums. 10 disques choisis le plus subjectivement possible, parce que ce sont ceux qui m'ont le plus emballé, le plus suivi pendant douze mois et qui je pense, me suivront le plus longtemps encore à l'avenir. 10- Young Fathers - Heavy, Heavy Ces jeunes pères de famille inventent une pop futuriste à partir de mixtures de TV On The Radio, Animal Collective ou autre Massive Attack. C'est brillant, novateur, stimulant, mais cela a parfois le défaut de ses qualités : notre cerveau est régulièrement en surchauffe à l'écoute de ces morceaux bien trop denses pour le commun des mortels, incapable de retenir autant de sons, d&