Accéder au contenu principal

Top albums 1972


10. The Rolling Stones - Exile on Main Street
D'habitude, toute la musique que j'aime, ce n'est pas vraiment le blues, même si elle vient de là. Mais ce disque des Stones, c'est une telle auberge espagnole, un tel bordel contrôlé qu'il est difficile d'y résister. Un groupe par exemple comme Foxygen doit sa carrière au seul "Rocks Off". On pourrait trouver ainsi un groupe pour chaque morceau de ce testament artistique des pierres qui roulent. Car, dès 1974 et le départ de Mick Taylor, ce n'est plus la même affaire. Le business ayant pris le pas sur la musique.

9. Cymande - Cymande
Là aussi, ce n'est pas le genre de musique dont je raffole mais impossible de ne pas admettre la qualité de ce disque, le premier de Cymande, groupe anglais dont les membres sont tous originaires des Antilles. La musique est au carrefour de plein d'influences et me fait dire que tout le monde peut l'apprécier. Peu de formations peuvent se targuer de faire une musique aussi universelle. Pas étonnant que le groupe se soit récemment reformé. Pour ceux qui ne connaissent pas, essayer cet album, c'est l'adopter de suite.

8. Nick Drake - Pink Moon
Troisième et dernier album du plus grand chanteur de folk anglais, "Pink Moon" est aussi le plus sec, celui où Drake demeure seul avec sa guitare, sans les somptueux arrangements de cordes de Kirby. On peut le regretter (comme moi) Restent ce jeu de guitare et cette voix si caractéristiques et jamais égalés.

7. Catherine Ribeiro + Alpes - Paix 
Catherine Ribeiro est une artiste qui a traversé les yéyés (elle était sut la fameuse photo "Salut les copains") puis les années 70 dans l'ombre. Avec son compagnon d'alors, ils ont fait une musique hors norme. Un truc jamais entendu avant ni depuis. Ribeiro est une sorte de Patti Smith à la française, grande prêtresse plus hippie que punk. Elle scande plus qu'elle ne chante. Cela peut rebuter de prime abord, mais la musique psychédélique et la conviction qu'elle y met finissent par emporter l'adhésion. Il parait qu'elle était une des chanteuses préférées de Mitterrand. En tout cas, elle fut toute sa carrière un modèle d'intégrité, devenant la grand mère que la jeunesse de tout temps souhaiterait avoir. 

6. Gérard Manset - Long, long chemin 
Voici un disque rare et d'autant plus cher. Il n'est jamais sorti en CD et ne le sera sans doute jamais puisque l'auteur lui-même en a jeté les bandes. Il a tort : cet album est peut-être son meilleur. On y retrouve les arrangements baroques et un poil pompeux de la "Mort d'Orion". Mais Manset en fait quand même un peu moins, lui l'autodidacte dont les professionnels se moquent. Il rêve d'une chanson française qui se marierait élégamment avec la grande musique, le classique, le jazz. Il n'a pas aimé être moqué. On ne mélangeait pas si facilement les genres. Dommage, l'avenir lui a prouvé qu'il avait eu raison. 

5. T-Rex - The Slider
"The Slider" est le dernier grand disque de T-Rex et aussi son plus pop. Celui avec lequel Bolan deviendra une star au moins outre Manche. Il faut dire que c'est une incroyable collection de tubes. 1972 est déjà l'apogée artistique du glam, avec Ziggy, le premier Roxy et comme chef de file, Marc Bolan.  Après ça, le genre aura bien du mal à se renouveler, T-Rex en tête.

4. Neil Young - Harvest
"Harvest" est le disque préféré de Neil Young de ceux qui n'aiment pas (trop) Neil Young. Et c'est inversement loin d'être le préféré des fans du Loner. Cela explique donc pourquoi il se retrouve aussi haut placé chez moi en 1972. Pour "Heart of Gold" bien sûr, mais pas que. Pour "Harvest" la chanson et pour bien d'autres. Pour cette jolie et indémodable moisson.

3. Lou Reed - Transformer
On pourrait presque dire la même chose de ce "Transformer", album le plus accessible et le plus populaire de l'ex-chanteur du Velvet Underground. Sauf que cette fois-ci le disque finira même par faire l'unanimité ou presque des fans. Seul, le chanteur lui-même rejettera l'album. Pas une surprise quand on connaissait le caractère de cochon du bonhomme. Pour lui, c'est plus un disque de Bowie que de lui. Pas grave, on prend quand même.

2. Roxy Music - Roxy Music
Ces types-là étaient des génies. Ce premier disque est un ouragan qui emporte tout sur son passage : glam, pop, rock, jazz, soul pour en faire un truc, un son unique. Après, ça sera toujours bon, mais il n'y aura plus cette folie, ces structures de chansons en mille morceaux, ces compositions en mille feuilles qui font que plus de 40 ans après, on n'a toujours pas fini d'en faire le tour.

1. David Bowie - The Rise and Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars
S'il ne devait en rester qu'un... Ça serait Bowie. Ça serait Ziggy. Parce qu'il y a tout ce que j'aime : la poésie du Velvet, les mélodies des Kinks et surtout la fantaisie de Bowie. Un classique absolu. Une étoile qui ne cessera de briller pour les futures générations.

Commentaires

  1. Plutôt d'accord avec toi même si évidemment l'ordre varierait un peu pour moi. Très étonné (agréablement) d'y voir le Stones et surtout le Cymande, que je vais réécouter de ce pas.
    Dans le genre "pas trop mon style de musique mais cet album est bien" Close To The Edge de Yes.

    Sinon, mes marottes habituelles (dont je comprends l'absence dans ton top, chacun ses goûts !) le 1er Big Star, le Stevie Wonder, Curtis Mayfield, Black Sabbath, Miles Davis, Al Green, les deux albums du petit Michael Jackson sortis cette année là, Elton John, Pink Floyd...

    Sinon le Neu!, "All The Young Dudes" de Mott The Hoople, "Ennismore" de Colin Blunstone auraient leur place sur un top plus large.

    J'ai hate de voir la suite, c'est toujours un plaisir de découvrir tes tops :) !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro