Accéder au contenu principal

Bowie en BD


C'est aujourd'hui l'anniversaire de David Bowie, il aurait eu 74 ans. C'est aussi presque l'anniversaire de sa mort, puisqu'il est décédé le 10 janvier 2016, deux jours après la sortie de son dernier disque "Blackstar". Comme nous voyons les étoiles continuer de briller bien longtemps après leur mort, il sera encore question de Bowie en ce début d'année. Avec tout d'abord, une diffusion de la comédie musicale "Lazarus", inspirée de son dernier disque et du film "L'homme qui venait d'ailleurs" de Nicolas Roeg dans lequel la star jouait le premier rôle, en streaming payant à l'adresse suivante. C'est l'acteur principal de la série Dexter, Michael C. Hall qui joue le rôle de l'idole, jusqu'à reprendre lui-même ses chansons. Il paraît que le résultat est assez bluffant. Autre actualité et là pour l'instant, covid oblige, il faudra attendre un peu, une exposition nommée "Bowie Odyssée", de photos au Palace à Paris. Enfin, il y a eu pour Noël, quelques sorties de nouveaux livres : la suite et la fin de la biographie de Jérome Soligny, couvrant la période de 1983 à 2016, des bandes dessinées (Mike Allred, Maria Hesse et Fran Ruiz), un livre de photos paru chez Flammarion, même un livre sur ses livres préférés. Bref, on se demande bien qu'est-ce qui nous est encore caché de la vie et de l'oeuvre de David Bowie. J'ai choisi pour ma part de m'attarder sur la BD sobrement intitulée "Bowie en BD". Je ne sais pas si c'est le bouquin le plus indispensable parmi les très nombreux déjà parus mais il présente un beau résumé de sa carrière. J'y ai même appris quelques anecdotes intéressantes entraînant de nouvelles pistes à creuser. Le livre est composé de chapitres marquants chacun une étape importante dans le parcours de l'artiste. Chaque chapitre commence par une partie "bande dessinée" avec à chaque fois un dessinateur et donc un style différent, souvent bien raccord avec celui de Bowie de l'époque (mention spéciale pour l'épisode "Pin Ups / Diamond Dogs" et son superbe graphisme signée Léonie Bischoff). Car plus qu'aucun autre chanteur, ce dernier a su changer, se renouveler, tel un caméléon, anticipant les modes (dans les années 70 surtout) ou surfant plus banalement dessus (dans les années 80 surtout). 
 
Le fameux passage à Top of The Pops, le 6 juillet 1972, pour lequel il existe aussi un livre dédié :

David Bowie en tant que producteur pour Lou Reed ou Iggy Pop & The Stooges :

Je conseille donc ce livre, beau et assez complet, aussi bien pour les néophytes que pour les fans les plus ardus.

Pour finir, voici une playlist sélectionnant mes reprises préférées de Bowie, glanées sur le web. Joyeux anniversaire, David !

Commentaires

  1. Bonjour - sur le même thème je vous recommande chaudement Haddon Hall (Nejib) sur ses débuts ainsi que le « Bowie » par Michael Allred (dont la traduction française est parue il y a peu). Bonne journée (et merci pour votre blog que je consulte régulièrement depuis plusieurs années !) db

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, oui, j'ai déjà cette BD qui est effectivement très bien. J'en avais parlé il y a quelques temps : https://lamusiqueapapa.blogspot.com/2012/04/haddon-hall-quand-david-inventa-bowie.html.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu