Accéder au contenu principal

Collection Discogonie "The Smiths - The Queen is Dead"


Il manquait des livres à lire en écoutant nos disques préférés. Des livres qui ne nous déconcentreraient pas d'une écoute attentive, mais au contraire, nous permettraient une plus grande immersion dans la musique, en y connaissant les origines, le contexte, la fabrication, la volonté sous-jacente des artistes. Depuis plusieurs années, une maison d'édition Rouennaise, Densité, sort régulièrement des petits livres qui parlent ainsi des disques. En plus, ce sont des disques souvent vénérés ici même. Cette collection s'appelle Discogonie. Le premier, c'était "Pornography" des Cure. Le dernier en date et déjà 18ème est sur "The Queen Is dead" des Smiths. Ces livres courts peuvent presque se lire le temps du disque. Ils commencent par resituer l'album dans son époque, dans la carrière du groupe ou de l'artiste - généralement, il s'agit de leur meilleur. Ensuite, le style est expliqué en détail (musique, texte, personnalités, message, look, pochettes, etc). Enfin, chaque morceau est passé au crible. On y apprend toujours quelque chose, même sur les albums qu'on croit connaître par coeur : un point de vue, une anecdote, une intention. Bref, voilà le complément idéal à toute discothèque pour tout amateur de musique rock éclairé. Mais revenons à ce qui nous intéresse présentement, "The Queen is Dead" des Smiths, sans doute mon disque préféré des années 80. On apprend qu'il aurait pu s'appeler "Margaret on the Guillotine", finalement le titre, trop explicite, sera utilisé deux ans plus tard sur "Viva Hate" le premier album solo de Morrissey. On voit donc bien le côté politique de la chose, surtout sur le premier morceau éponyme, même si les paroles de Morrissey ne sont jamais directes. Pour ceux qui ont vu l'excellente série "The Crown", il est aussi fait mention de cet ouvrier anglais, Michael Fagan, qui avait réussi à s'introduire dans le palais Buckingham ("so I broke into the Palace") et discuter avec la reine, pour exprimer son mécontentement vis-à-vis de la politique menée par la dame de fer. Le but était même de venir se suicider devant elle. Il n'en fera rien, mais l'épisode avait fait grand bruit outre Manche. Le livre permet aussi de revenir sur la noirceur du propos que la musique pop et les entrelacs de guitare de Johnny Marr parvenaient avec le temps à nous faire presque oublier : "Life is very long when you're lonely", "Never had no one ever" ou "If you're so funny, then why you're on your own tonight...". 
Les chansons "Bigmouth strikes again" et "The Boy with the thorn in his side" sont des attaques à peine masquées contre les médias auxquels le chanteur en voulait (en veut toujours?) profondément. Sur "Some girls are bigger than others", il y a cet excellent parallèle fait avec le "Some girls" des Stones, pour montrer à quel point, Morrissey démontait les clichés sexistes et vulgaires du rock'n'roll à papa en apportant une vision nettement plus moderne. On ressort de la lecture avec une encore plus haute opinion du disque qu'avant (c'est dire) et on se demande même pourquoi, à la toute fin, les auteurs nous disent "Pas un "Sgt Pepper's Lonely Hearts Club Band" ou un "Pet Sounds" mais un classique intemporel de haute lignée." Pourquoi minimiser l'importance de cet album et par là-même ces "maudites" années 80 toujours au profit des glorieuses années 60 ? Pourquoi toujours la génération de nos parents, mais c'est un autre débat.
 
Un résumé réalisé par Pitchfork :

 
Des artistes parlent de leur chanson préférée de l'album :

Commentaires

  1. Bonjour,
    Je viens de commander le reste des titres de la collections (enfin ceux encore disponibles) pour la librairie de la fnac stlazare... Merci de m'avoir fait découvrir Discogonie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien :-) Je trouve que c'est une chouette collection. En plus, ça prend pas de place dans la bibliothèque. Il y a aussi "La Fossette" de Dominique A sorti en même temps que "The Queen is Dead". Ils annoncent le double blanc des The Beatles pour l'été prochain.

      Supprimer
  2. Bonjour,
    Je ne connaissais pas cette série qui a vraiment l'air très bien.
    Merci

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro