Accéder au contenu principal

Grandaddy & The Lost Machine Orchestra - Paris, le Trianon - 20 avril 2022


Enchaînement de concerts avec un quatrième en trois semaines. Celui-là, je l'avais coché il y a quelques temps déjà. Mais maman n'étant pas grande amatrice du groupe, je l'avais mis en "stand-by" ("Bye-Bye..."). Et puis, il aura fallu qu'au détour d'une soirée entre parents le sujet soit mis hasardeusement sur la table pour qu'on prenne nos places, à la dernière minute ou presque. Grandaddy, c'est la période bénie de la pop américaine au mitan des années 90-2000. Avec les Flaming Lips (le groupe existait bien avant mais leurs meilleurs disques sont sortis à ce moment-là), Mercury Rev et Sparklehorse. Un quatuor pour l'éternité et au moins quatre chefs d'oeuvres de suite : "Deserter's songs" en 1998, "The Soft Bulletin" en 1999, "The Sophtware Slump" en 2000, "It's a wonderful life" en 2001. On pourrait même rajouter Wilco en 2002. Ce soir-là, au Trianon, magnifique écrin pour une si jolie musique, Grandaddy jouait en intégralité leur grande œuvre, celle de 2000, avec la pochette liée au bug annoncé de cette fameuse année : ce rêve de grands espaces au milieu de toutes ces machines qui envahissaient déjà nos quotidiens. Un disque réarrangé pour musique de chambre avec pas moins de 13 musiciens sur scène - même pas superstitieux, ces américains. Qu'elles soient jouées avec une économie de moyens ou pléthore d'instruments, ces mélodies demeurent éternelles. Le réarrangeur en question est français et s'appelle Jean-Christophe Cheneval. Il a eu, entre autres, la bonne idée de rassembler dans une seule et même pièce musicale, "Jed the humanoid" et "Jed's other poems", deux chansons qui se répondaient en 3eme et 8eme position de "The Sophtware Slump". 
Décidément, chez nous, on adore Grandaddy, plus que les américains en tout cas. Car avant cela, c'était un professeur de musique de Cognac, Patrice Clayrat, qui avait convaincu le chanteur du groupe, de tourner en France avec sa chorale d'enfants. Il faut dire que quand on s'appelle Lytle et qu'on est originaire de Modesto, on ne peut pas être foncièrement hautain et prétentieux et donc être insensible à une telle preuve d'amour. C'est cette même simplicité, cette discrète humanité qui transparaissent le temps de ces deux heures de concert qu'on voudrait, comme le groupe, ne jamais finir. Des titres des autres albums sont joués en rappel, notamment quelques uns de "Sumday", autre oeuvre essentielle. Lytle a même l'audace de terminer par un titre inédit, affirmant par là même qu'un avenir est encore possible pour Grandaddy. Il aurait été dommage de se priver d'une telle soirée... Surtout qu'on avait une bonne excuse pour esquiver un certain débat, mais cela est une autre histoire...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro