Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Sparklehorse - Vivadixiesubmarinetransmissionplot (1995)

Décidément, cette nouvelle décennie est marquée du sceau du suicide parmi les folkeux américains. Car après Vic Chesnutt, ce fut autour de Mark Linkous, leader de Sparklehorse, de mettre fin à ses jours, il y a une semaine maintenant. Et si je n'étais pas particulièrement amateur de la musique du premier, celle du deuxième m'a nettement plus marquée. Et notamment ce disque - ainsi que "It's a wonderful life", surtout pour la chanson titre, qui raisonne désormais de manière tristement cynique - le premier du groupe, au nom à rallonge. Attention, reprenez votre respiration : "Vivadixiesubmarinetransmissionplot". A l'époque, Linkous avait eu un grave accident qui l'avait cloué pendant plusieurs mois dans un fauteuil roulant. Ceux qui ont pu le voir sur scène à ce moment-là, ont été pour la plupart subjugué par l'émotion qui pouvait se dégager de cet homme. Cette émotion, on la ressent d'ailleurs dans cet album magnifique. Comme dans chaque premier disque, c'est toute la vie passée de l'artiste que l'on traverse, ses hauts et ses bas, souvent plus nombreux malheureusement. Les disques suivants, ça n'est déjà plus pareil, on applique une recette. Les morceaux les plus calmes comme "Homecoming Queen", "Most Beautiful Widow In Town", "Heart Of Darkness" ou "Sad And Beautiful World" sont autant de chansons déchirantes, le tout sans abondance d'effets, quelques fois même presque nues. Mais les titres les plus rock comme "Rainmaker", "Hammering The Cramps" et surtout "Tears On Fresh Fruit" ne sont pas en reste et demeurent aujourd'hui encore sous couvert de plus de brutalité et de rugosité profondément touchants (voire flippants).
Parce qu'on sait désormais, même si ce n'était un secret pour aucun fan, qu'ici l'émotion n'était pas jouée, mais bien réelle. "It's a wonderful life" est aussi souvent cité comme leur meilleur disque, sauf que je lui reprocherais son côté trop arrangé, presque lisse. On ne badine pas avec les sentiments. La chair de poule, ça ne se commande pas, cela se ressent avant tout, et tant pis, si c'est maladroit, mal fichu, un peu bancal. L'essentiel est que cela soit naturel. Mark Linkous sera aussi souvent comparé à un Neil Young moderne, ou plutôt un Neil Young "underground", en marge. On a juste oublié de dire que Sparklehorse, c'était tout simplement comme Neil Young, mais en mieux, parce que ça vous prend là, aux tripes. Ce disque est un chef d'oeuvre, et je ne dis pas ça parce que le gars vient de mourir. En témoigne, pour les sceptiques, les paroles du magnifique "Heart Of Darkness" ci-dessous. So long, Mark ...

She laid her head
On my chest
As the sun burned
Down the west
There’s one thing we still got
This one last dance in this parking lot

Oh yeah, i, I got a heart of darkness
Oh yeah, i, I got a heart of darkness

Then she woke up
Into the fire
And the flames kept
Dancing higher
Satan would laugh at her screams
Then she woke up from her dreams

Oh yeah, i, I got a heart of darkness
Oh yeah, i, I got a heart of darkness


Clip de "Rainmaker" :

Commentaires

  1. C'est effectivement un monument!
    Quel album!!!

    RépondreSupprimer
  2. ce n'est que récemment que j'ai découvert Sparklehorse avec Danger Mouse...
    Quelques jours après l'annonce de son suicide, une copine me parle de cela toute affolée qu'elle était !!! Et me fait presque un procès parce que je ne connais pas cet artiste... Chose réparée quelques jours après, suite à un article que j'ai publié (Frightened Rabbit - My Backwards Walk)me donne conseille sur une des chansons de l'album sur le même thème (Revenge) de fil en aiguille, j'ai écouté l'album = SUBLIME !! Je me demande encore comment j'ai pu faire sans !!! :-D

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Monochrome Set - Fabula Mendax

Le Monochrome Set existe depuis bientôt 40 ans. Il a connu une période faste à ses débuts, à l'orée des années 70 et 80, durant laquelle le groupe inventait une pop à nulle autre pareille, bien éloignée du mouvement post-punk alors en plein essor ou de la new-wave balbutiante. La formation menée par Ganesh Seshadri, alias Bid, un soit-disant authentique prince indien, est à l'origine de beaucoup de vocations, notamment Morrissey ou Edwyn Collins. Le groupe arrivé trop tôt, reviendra trop tard dans les années 90, à l'heure de la brit-pop. Leurs mélodies précieuses et délicates n'avaient pas grand chose à voir avec le rock direct et un peu simplet de Oasis et consorts. Puis, il y a eu une nouvelle reformation à la fin des années 2000, après 10 nouvelles années de disette. Celle-ci ne semblait plus rien vouloir du tout, ne surfant pas avec une quelconque mode par essence éphémère. On sait déjà que le succès n'arrivera jamais, d'autant que la formation londonienne…

Temples - Hot Motion

Si le rock était encore à la mode, les anglais de Temples pourraient assurément emporter la mise, renvoyant les australiens de Tame Impala dans leur 22, avec ce "Hot Motion", troisième album encore plus direct et calibré que les précédents. Après avoir (un peu) délaissé les guitares pour les claviers, le temps de "Volcano", ils reviennent à un style plus "classique" et proche de leur premier essai, l'excellent "Sun Structures". C'est toujours la même recette : des mélodies accrocheuses dans la plus pure tradition anglaise, relevées par des arrangements très psychédéliques avec un bon gros son qui claque. Si on flirte parfois avec la facilité, comme sur "The Howl", ces jeunes anglais chics et très (trop?) stylés arrivent toujours à faire passer la pilule avec un petit changement de direction imprévu.  Car si le chemin d'ensemble est bien balisé, le groupe s'autorise de légères sorties de route qui font que ce "Hot …

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…