Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Sparklehorse - Vivadixiesubmarinetransmissionplot (1995)

Décidément, cette nouvelle décennie est marquée du sceau du suicide parmi les folkeux américains. Car après Vic Chesnutt, ce fut autour de Mark Linkous, leader de Sparklehorse, de mettre fin à ses jours, il y a une semaine maintenant. Et si je n'étais pas particulièrement amateur de la musique du premier, celle du deuxième m'a nettement plus marquée. Et notamment ce disque - ainsi que "It's a wonderful life", surtout pour la chanson titre, qui raisonne désormais de manière tristement cynique - le premier du groupe, au nom à rallonge. Attention, reprenez votre respiration : "Vivadixiesubmarinetransmissionplot". A l'époque, Linkous avait eu un grave accident qui l'avait cloué pendant plusieurs mois dans un fauteuil roulant. Ceux qui ont pu le voir sur scène à ce moment-là, ont été pour la plupart subjugué par l'émotion qui pouvait se dégager de cet homme. Cette émotion, on la ressent d'ailleurs dans cet album magnifique. Comme dans chaque premier disque, c'est toute la vie passée de l'artiste que l'on traverse, ses hauts et ses bas, souvent plus nombreux malheureusement. Les disques suivants, ça n'est déjà plus pareil, on applique une recette. Les morceaux les plus calmes comme "Homecoming Queen", "Most Beautiful Widow In Town", "Heart Of Darkness" ou "Sad And Beautiful World" sont autant de chansons déchirantes, le tout sans abondance d'effets, quelques fois même presque nues. Mais les titres les plus rock comme "Rainmaker", "Hammering The Cramps" et surtout "Tears On Fresh Fruit" ne sont pas en reste et demeurent aujourd'hui encore sous couvert de plus de brutalité et de rugosité profondément touchants (voire flippants).
Parce qu'on sait désormais, même si ce n'était un secret pour aucun fan, qu'ici l'émotion n'était pas jouée, mais bien réelle. "It's a wonderful life" est aussi souvent cité comme leur meilleur disque, sauf que je lui reprocherais son côté trop arrangé, presque lisse. On ne badine pas avec les sentiments. La chair de poule, ça ne se commande pas, cela se ressent avant tout, et tant pis, si c'est maladroit, mal fichu, un peu bancal. L'essentiel est que cela soit naturel. Mark Linkous sera aussi souvent comparé à un Neil Young moderne, ou plutôt un Neil Young "underground", en marge. On a juste oublié de dire que Sparklehorse, c'était tout simplement comme Neil Young, mais en mieux, parce que ça vous prend là, aux tripes. Ce disque est un chef d'oeuvre, et je ne dis pas ça parce que le gars vient de mourir. En témoigne, pour les sceptiques, les paroles du magnifique "Heart Of Darkness" ci-dessous. So long, Mark ...

She laid her head
On my chest
As the sun burned
Down the west
There’s one thing we still got
This one last dance in this parking lot

Oh yeah, i, I got a heart of darkness
Oh yeah, i, I got a heart of darkness

Then she woke up
Into the fire
And the flames kept
Dancing higher
Satan would laugh at her screams
Then she woke up from her dreams

Oh yeah, i, I got a heart of darkness
Oh yeah, i, I got a heart of darkness


Clip de "Rainmaker" :

Commentaires

  1. C'est effectivement un monument!
    Quel album!!!

    RépondreSupprimer
  2. ce n'est que récemment que j'ai découvert Sparklehorse avec Danger Mouse...
    Quelques jours après l'annonce de son suicide, une copine me parle de cela toute affolée qu'elle était !!! Et me fait presque un procès parce que je ne connais pas cet artiste... Chose réparée quelques jours après, suite à un article que j'ai publié (Frightened Rabbit - My Backwards Walk)me donne conseille sur une des chansons de l'album sur le même thème (Revenge) de fil en aiguille, j'ai écouté l'album = SUBLIME !! Je me demande encore comment j'ai pu faire sans !!! :-D

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…