Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Elliott Smith - XO (1998)

Déjà 7 ans (depuis le 21 octobre) que nous n'avons plus de nouvelles d'Elliott Smith - à part pour quelques rééditions, raretés de fond de tiroir et une compilation à sortir début novembre. Malheureusement, nous savons que nous n'en aurons plus. Jamais. Pourtant, à l'écoute de sa musique, nous n'aurions pas pensé que le chanteur puisse, comme ça, mettre fin à ses jours. Vous me direz, Mike Brant et Dalida, l'ont bien fait avant lui. Parce que même si ses douces mélodies cachaient souvent un fond de mélancolie, l'émotion n'était jamais démonstrative, forcée. De même, son physique ne correspondait pas. Nous aurions plutôt imaginé le gaillard, membre d'un groupe de rock plus dur, viril, type Queens Of The Stone Age, par exemple, avec bras tatoués et visage buriné de rigueur. D'ailleurs, avant d'entamer une carrière solo, il avait fait partie de Heatmiser, formation  grunge un peu brouillonne. Mais non, Elliott Smith était un chanteur de folk. L'un des plus doués de ces vingt dernières années même. Il avait une voix douce et paisible, sa musique était légère et sensible, son jeu de guitare fin et subtil. Et puis, il avait une capacité incroyable pour composer de belles mélodies dans la plus pure tradition de la pop beatlesienne. Bref, il avait tout pour plaire et réussir. Il avait même connu un début de succès, en composant la BO de "Will Hunting", film de son ami Gus Van Sant. 
Nous ne savons donc pas pourquoi l'histoire s'est arrêtée là, subitement. Nous ne savons jamais vraiment pourquoi certains décident de s'en aller. De nous laisser là, seuls. Sans repère. Avec comme uniques bouées de sauvetage, des albums aussi magnifiques que "XO" pour continuer. Sans lui. Mais comment oublier, même 7 ans après, l'auteur de merveilles telles que "Waltz #2" ou "Oh Well, Okay" ?

Commentaires

  1. Un des (très) grands albums des années 90!

    RépondreSupprimer
  2. Comment on dit "encore plus qu'indispensable" ?! Ben, c'est ce que je pense et ressens en tout cas.

    Autre SUBLIME titre d'Elliott :
    http://www.youtube.com/watch?v=fd-zwe1fWB0

    RépondreSupprimer
  3. Merci de parler d'Eliott! A noter aussi, sa superbe reprise de Because, des Beatles, pour le film American Beauty il me semble..

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour cet article, tout ce que tu dis est très juste. Mais je te conseille tout de même d'écouter un peu mieux Heatmiser qui n'a pas fait que du "grunge un peu brouillon", leur 3e et dernier album notamment, Mic City Sons, comporte une bonne moitié de pépites signées par Elliott...

    Aurel > C'était effectivement pour American Beauty et c'est vraiment très beau.

    RépondreSupprimer
  5. @nils : Ok, ok, je plaide coupable, je n'ai écouté que distraitement la musique de Heatmiser. Je vais essayer de trouver le temps de m'y replonger un peu mieux.

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour Elliott. Coïncidence (?) : une compilation tombe à point nommé ces jours-ci pour revisiter la figure attachante de cet outsider à l'influence incontestable sur toute la planète folk indie...

    RépondreSupprimer
  7. @Blake : Non, non, ce n'est pas une coïncidence, puisque j'en touche deux mots ci-dessus.

    RépondreSupprimer
  8. Oups ! j'avais lu trop vite, désolé. Mais je me doutais bien que c'était lié, quand même... En tout cas, ça fait plaisir, à la fois la compil et ton excellente chronique :)

    RépondreSupprimer
  9. @Blake : Merci bien. Excellente, je ne sais pas, on fait ce qu'on peut, quoi !

    RépondreSupprimer
  10. Petit hommage à Mr Elliot Smith...disparu il y a maintenant 8 ans...

    http://independent-browser.blogspot.com/2011/10/69-elliot-smith-between-bars.html

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…