Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Elliott Smith - XO (1998)

Déjà 7 ans (depuis le 21 octobre) que nous n'avons plus de nouvelles d'Elliott Smith - à part pour quelques rééditions, raretés de fond de tiroir et une compilation à sortir début novembre. Malheureusement, nous savons que nous n'en aurons plus. Jamais. Pourtant, à l'écoute de sa musique, nous n'aurions pas pensé que le chanteur puisse, comme ça, mettre fin à ses jours. Vous me direz, Mike Brant et Dalida, l'ont bien fait avant lui. Parce que même si ses douces mélodies cachaient souvent un fond de mélancolie, l'émotion n'était jamais démonstrative, forcée. De même, son physique ne correspondait pas. Nous aurions plutôt imaginé le gaillard, membre d'un groupe de rock plus dur, viril, type Queens Of The Stone Age, par exemple, avec bras tatoués et visage buriné de rigueur. D'ailleurs, avant d'entamer une carrière solo, il avait fait partie de Heatmiser, formation  grunge un peu brouillonne. Mais non, Elliott Smith était un chanteur de folk. L'un des plus doués de ces vingt dernières années même. Il avait une voix douce et paisible, sa musique était légère et sensible, son jeu de guitare fin et subtil. Et puis, il avait une capacité incroyable pour composer de belles mélodies dans la plus pure tradition de la pop beatlesienne. Bref, il avait tout pour plaire et réussir. Il avait même connu un début de succès, en composant la BO de "Will Hunting", film de son ami Gus Van Sant. 
Nous ne savons donc pas pourquoi l'histoire s'est arrêtée là, subitement. Nous ne savons jamais vraiment pourquoi certains décident de s'en aller. De nous laisser là, seuls. Sans repère. Avec comme uniques bouées de sauvetage, des albums aussi magnifiques que "XO" pour continuer. Sans lui. Mais comment oublier, même 7 ans après, l'auteur de merveilles telles que "Waltz #2" ou "Oh Well, Okay" ?

Commentaires

  1. Un des (très) grands albums des années 90!

    RépondreSupprimer
  2. Comment on dit "encore plus qu'indispensable" ?! Ben, c'est ce que je pense et ressens en tout cas.

    Autre SUBLIME titre d'Elliott :
    http://www.youtube.com/watch?v=fd-zwe1fWB0

    RépondreSupprimer
  3. Merci de parler d'Eliott! A noter aussi, sa superbe reprise de Because, des Beatles, pour le film American Beauty il me semble..

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour cet article, tout ce que tu dis est très juste. Mais je te conseille tout de même d'écouter un peu mieux Heatmiser qui n'a pas fait que du "grunge un peu brouillon", leur 3e et dernier album notamment, Mic City Sons, comporte une bonne moitié de pépites signées par Elliott...

    Aurel > C'était effectivement pour American Beauty et c'est vraiment très beau.

    RépondreSupprimer
  5. @nils : Ok, ok, je plaide coupable, je n'ai écouté que distraitement la musique de Heatmiser. Je vais essayer de trouver le temps de m'y replonger un peu mieux.

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour Elliott. Coïncidence (?) : une compilation tombe à point nommé ces jours-ci pour revisiter la figure attachante de cet outsider à l'influence incontestable sur toute la planète folk indie...

    RépondreSupprimer
  7. @Blake : Non, non, ce n'est pas une coïncidence, puisque j'en touche deux mots ci-dessus.

    RépondreSupprimer
  8. Oups ! j'avais lu trop vite, désolé. Mais je me doutais bien que c'était lié, quand même... En tout cas, ça fait plaisir, à la fois la compil et ton excellente chronique :)

    RépondreSupprimer
  9. @Blake : Merci bien. Excellente, je ne sais pas, on fait ce qu'on peut, quoi !

    RépondreSupprimer
  10. Petit hommage à Mr Elliot Smith...disparu il y a maintenant 8 ans...

    http://independent-browser.blogspot.com/2011/10/69-elliot-smith-between-bars.html

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Iggy Pop - Post Pop Depression

Après la mort de l'icône Bowie, c'est plus fort que nous, on essaie de faire le point. Que sont devenus nos idoles ? Ces modèles, ces personnages incontournables de l'histoire du rock. Ces artistes qui ont su traverser les générations, en restant aujourd'hui encore des références pour les plus jeunes. Iggy Pop est évidemment de ceux-là. Même si la figure tutélaire du punk, l'iguane, a pris du plomb dans l'aile depuis pas mal d'années, jusqu'à apparaître dans des spots publicitaires, en parodie de l'éternel rebelle. Comme s'il était le seul à parler à tout le monde dans les chanteurs dits un tant soit peu transgressifs. Mais l'époque de "I Wanna Be Your Dog" ou autres "Penetration" est bien révolue. Le monde a changé, plus très apte à s'offusquer à la première chanson un peu trop crue écoutée. Iggy lui même a vieilli, il l'avoue. Il ne se sent pas rivaliser avec la nouvelle génération. D'ailleurs, où est la re…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Baxter Dury - Prince of Tears

Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Depuis la terrible "Happy Soup", le chanteur est un habitué de mes tops de fin d'année. Ce "Prince of Tears" ou l'éternel sujet du comment se sortir par la musique d'un douloureux chagrin d'amour, devrait ne pas déroger à la règle. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court. Il s'y dégage cette habituelle impression de facilité, comme si ces mélodies allaient de soi. Un peu comme Gainsbourg, dont l'anglais n'a jamais été aussi proche, en son temps. Les arrangements font régulièrement penser à l'auteur de "Melody Nel…