Accéder au contenu principal

of Montreal (+ We Have Band) - La Cigale - 7 octobre 2010


Retour aux affaires courantes, après une petite pause de quelques jours sous le doux soleil catalan, avec un concert. Et quel concert ! Puisqu'il s'agit des frapadingues de Of Montreal et de leur charismatique leader Kevin Barnes, sur la scène de la Cigale, à Paris. Mais avant cela, il y avait une première partie. Et si j'avoue être négligemment passé à côté de leur premier album, les anglais de We Have Band m'ont fait plutôt forte impression. Leur électro-rock n'est pas sans rappeler celui de leurs compatriotes de Bloc Party, chanteur noir oblige peut-être, mais en plus marrant, plus fun, plus barré aussi. L'inspiration vient pourtant de formations pas réputées pour la gaudriole, Joy Division en premier lieu. Mais comme tout cela est agrémenté d'une chanteuse/danseuse au déhanché très sensuel et aux petits cris d'animaux, d'un groove décapant et d'une énergie communicative - même si les sons sont parfois pré-enregistrés -, il semble très difficile de résister. Excellente prestation donc et un album que je vais m'empresser de réécouter d'une oreille plus attentive.
Of Montreal rentre ensuite en scène une petite demie heure plus tard et c'est le même blanc immaculé qu'arborent les membres du groupe. On ne nous avait pas dit que c'était une soirée à thème. Mais s'il y en a un qui a pour habitude de cracher sur le protocole, c'est bien Kevin Barnes. Et ce soir, il ne déroge pas à la règle avec un accoutrement tout droit sorti du carnaval de Dunkerque. Pour le bon goût, on repassera donc. En effet, quand on est attifé d'un bandana à la MGMT, d'un chemisier et d'une veste de tailleur de vieilles du XVIème, d'un simple tablier en dentelles et de collants, on peut difficilement la ramener question style vestimentaire. Mais le bonhomme n'en a cure. Et le concert commence à l'image d'un show des Flaming Lips, avec déguisements et vidéos-clips déjantés de rigueur. "Coquet, Coquette", leur dernier single donne le ton. Pendant plus d'une heure, c'est la fête qui règne sur la petite scène de la Cigale qui devient d'un coup beaucoup trop petite. Il faut dire qu'ils sont déjà neuf à jouer, plus les deux énergumènes qui viennent à chaque morceau affublés de combinaisons différentes. Kevin Barnes donne aussi de son corps, se démenant et remuant tel un adolescent attardé, ne sachant pas très bien quoi faire de ses membres. Pas de temps mort, pas de parlotte entre les chansons, et bien sûr, ce sont les titres de leur chef d'oeuvre "Hissing Fauna..." qui sortent du lot, ceux pendant lesquels on ne se surprend pas même à regarder ailleurs, à penser à autre chose. Car, à l'instar d'un concert des Flaming Lips dont l'exubérance scénique est décidément très proche, il se passe toujours quelque chose devant nous. Mais à la différence près que Barnes, voyant le public complètement acquis à sa cause, - j'ai d'ailleurs rarement vu autant d'ambiance dans une salle parisienne, le public de la capitale n'étant pas vraiment réputé facile à bouger - se permet l'audace de faire un rappel entièrement constitué de chansons de ... Michael Jackson. Ce type peut décidément tout se permettre. Avec ce groupe, rien ne paraît impossible.  On régresse, c'est indéniable, on redevient des groupies, limite hystériques. Et si finalement, ce n'était pas ça, le véritable esprit rock : faire fi des conventions et du politiquement correct. Et tant pis pour les pisse-froid en tout genre, qui trouveront sans doute à redire : "trop de show tue le show", les blagues - comme celle de Jackson - les plus courtes sont les meilleures, les tenues un peu ridicules et de mauvais goût du chanteur (il finira en veste de survet' et mini-jupe), le message pourtant assez noir véhiculé par les textes qui se retrouve ainsi affaibli par la légèreté apparente de l'ensemble, etc. Pour notre part, nous ne pouvions rêver meilleur retour de vacances.

"She's a Rejector" :
"Thriller" :

Des photos de la soirée ici et .

Commentaires

  1. Je les ai vu pour la seconde fois le jour d'après, à Tourcoing, et j'ai pas eu de Michael Jackson. Je suis assez déçu. Mais le rappel était fait de "Gronlandic Edit" et de "Suffer For Fashion" donc ça allait quand même.
    En tout cas, j'y retournerai une troisième fois sans hésitation.

    RépondreSupprimer
  2. Tu sais, n'étant pas fan de Bambi, ce n'est pas le passage que j'ai préféré. Quant à "Grolandic Edit" et "Suffer For Fashion", ils les avaient déjà joué avant. En tout cas, pareil que toi, c'est la deuxième fois qu'on les voyait et c'est toujours aussi bien !

    RépondreSupprimer
  3. Toujours fun sur scène Of Montreal apparemment, malgré les deux derniers albums pas tops. Les rappels spécial reprises c'est une de leur spécialité, en 2007 on avait eu droit à Rennes à un rappel 100% Ziggy Stardust!
    ( http://themanofrennesstealsourhearts.blogspot.com/2007/05/of-montreal-lubu-230507.html )

    RépondreSupprimer
  4. @Erwan : Oui, j'aurais aussi préféré du Ziggy Stardust en rappel. Mais bon, comme tu dis, cela doit être dû aux deux derniers albums un peu en deça. Les inspirations ne sont plus les mêmes...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…

Kishi Bashi - Omoiyari

"Omoiyari" est un équivalent japonais d'empathie. Kaoru Ishibashi alias Kishi Bashi, est un américain d'origine japonaise. Comme beaucoup, l'arrivée au pouvoir de Donald Trump l'a fait réfléchir sur l'avenir de son pays en se remémorant son passé. Notamment celui particulièrement sanglant entre ses deux patries, celle de ses parents et la sienne. Celui de l'été 1942 ("Summer of 42") par exemple, peu de temps après l'attaque japonaise de Pearl Harbor et avant la riposte américaine qui culminera avec les bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Cette Histoire tragique qu'on voudrait tous oublier mais qui refait irrémédiablement surface quand on retrouve, à la tête des états, des personnes qui ont su gagner par la haine de l'autre, en voulant construire des murs par exemple. Un peu d'empathie, voilà ce dont le monde a besoin. Les oiseaux de la pochette sont à l'image de nous autres, humains, des êtres variés et fragiles.…