Accéder au contenu principal

of Montreal (+ We Have Band) - La Cigale - 7 octobre 2010


Retour aux affaires courantes, après une petite pause de quelques jours sous le doux soleil catalan, avec un concert. Et quel concert ! Puisqu'il s'agit des frapadingues de Of Montreal et de leur charismatique leader Kevin Barnes, sur la scène de la Cigale, à Paris. Mais avant cela, il y avait une première partie. Et si j'avoue être négligemment passé à côté de leur premier album, les anglais de We Have Band m'ont fait plutôt forte impression. Leur électro-rock n'est pas sans rappeler celui de leurs compatriotes de Bloc Party, chanteur noir oblige peut-être, mais en plus marrant, plus fun, plus barré aussi. L'inspiration vient pourtant de formations pas réputées pour la gaudriole, Joy Division en premier lieu. Mais comme tout cela est agrémenté d'une chanteuse/danseuse au déhanché très sensuel et aux petits cris d'animaux, d'un groove décapant et d'une énergie communicative - même si les sons sont parfois pré-enregistrés -, il semble très difficile de résister. Excellente prestation donc et un album que je vais m'empresser de réécouter d'une oreille plus attentive.
Of Montreal rentre ensuite en scène une petite demie heure plus tard et c'est le même blanc immaculé qu'arborent les membres du groupe. On ne nous avait pas dit que c'était une soirée à thème. Mais s'il y en a un qui a pour habitude de cracher sur le protocole, c'est bien Kevin Barnes. Et ce soir, il ne déroge pas à la règle avec un accoutrement tout droit sorti du carnaval de Dunkerque. Pour le bon goût, on repassera donc. En effet, quand on est attifé d'un bandana à la MGMT, d'un chemisier et d'une veste de tailleur de vieilles du XVIème, d'un simple tablier en dentelles et de collants, on peut difficilement la ramener question style vestimentaire. Mais le bonhomme n'en a cure. Et le concert commence à l'image d'un show des Flaming Lips, avec déguisements et vidéos-clips déjantés de rigueur. "Coquet, Coquette", leur dernier single donne le ton. Pendant plus d'une heure, c'est la fête qui règne sur la petite scène de la Cigale qui devient d'un coup beaucoup trop petite. Il faut dire qu'ils sont déjà neuf à jouer, plus les deux énergumènes qui viennent à chaque morceau affublés de combinaisons différentes. Kevin Barnes donne aussi de son corps, se démenant et remuant tel un adolescent attardé, ne sachant pas très bien quoi faire de ses membres. Pas de temps mort, pas de parlotte entre les chansons, et bien sûr, ce sont les titres de leur chef d'oeuvre "Hissing Fauna..." qui sortent du lot, ceux pendant lesquels on ne se surprend pas même à regarder ailleurs, à penser à autre chose. Car, à l'instar d'un concert des Flaming Lips dont l'exubérance scénique est décidément très proche, il se passe toujours quelque chose devant nous. Mais à la différence près que Barnes, voyant le public complètement acquis à sa cause, - j'ai d'ailleurs rarement vu autant d'ambiance dans une salle parisienne, le public de la capitale n'étant pas vraiment réputé facile à bouger - se permet l'audace de faire un rappel entièrement constitué de chansons de ... Michael Jackson. Ce type peut décidément tout se permettre. Avec ce groupe, rien ne paraît impossible.  On régresse, c'est indéniable, on redevient des groupies, limite hystériques. Et si finalement, ce n'était pas ça, le véritable esprit rock : faire fi des conventions et du politiquement correct. Et tant pis pour les pisse-froid en tout genre, qui trouveront sans doute à redire : "trop de show tue le show", les blagues - comme celle de Jackson - les plus courtes sont les meilleures, les tenues un peu ridicules et de mauvais goût du chanteur (il finira en veste de survet' et mini-jupe), le message pourtant assez noir véhiculé par les textes qui se retrouve ainsi affaibli par la légèreté apparente de l'ensemble, etc. Pour notre part, nous ne pouvions rêver meilleur retour de vacances.

"She's a Rejector" :
"Thriller" :

Des photos de la soirée ici et .

Commentaires

  1. Je les ai vu pour la seconde fois le jour d'après, à Tourcoing, et j'ai pas eu de Michael Jackson. Je suis assez déçu. Mais le rappel était fait de "Gronlandic Edit" et de "Suffer For Fashion" donc ça allait quand même.
    En tout cas, j'y retournerai une troisième fois sans hésitation.

    RépondreSupprimer
  2. Tu sais, n'étant pas fan de Bambi, ce n'est pas le passage que j'ai préféré. Quant à "Grolandic Edit" et "Suffer For Fashion", ils les avaient déjà joué avant. En tout cas, pareil que toi, c'est la deuxième fois qu'on les voyait et c'est toujours aussi bien !

    RépondreSupprimer
  3. Toujours fun sur scène Of Montreal apparemment, malgré les deux derniers albums pas tops. Les rappels spécial reprises c'est une de leur spécialité, en 2007 on avait eu droit à Rennes à un rappel 100% Ziggy Stardust!
    ( http://themanofrennesstealsourhearts.blogspot.com/2007/05/of-montreal-lubu-230507.html )

    RépondreSupprimer
  4. @Erwan : Oui, j'aurais aussi préféré du Ziggy Stardust en rappel. Mais bon, comme tu dis, cela doit être dû aux deux derniers albums un peu en deça. Les inspirations ne sont plus les mêmes...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Iggy Pop - Post Pop Depression

Après la mort de l'icône Bowie, c'est plus fort que nous, on essaie de faire le point. Que sont devenus nos idoles ? Ces modèles, ces personnages incontournables de l'histoire du rock. Ces artistes qui ont su traverser les générations, en restant aujourd'hui encore des références pour les plus jeunes. Iggy Pop est évidemment de ceux-là. Même si la figure tutélaire du punk, l'iguane, a pris du plomb dans l'aile depuis pas mal d'années, jusqu'à apparaître dans des spots publicitaires, en parodie de l'éternel rebelle. Comme s'il était le seul à parler à tout le monde dans les chanteurs dits un tant soit peu transgressifs. Mais l'époque de "I Wanna Be Your Dog" ou autres "Penetration" est bien révolue. Le monde a changé, plus très apte à s'offusquer à la première chanson un peu trop crue écoutée. Iggy lui même a vieilli, il l'avoue. Il ne se sent pas rivaliser avec la nouvelle génération. D'ailleurs, où est la re…

Baxter Dury - Prince of Tears

Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Depuis la terrible "Happy Soup", le chanteur est un habitué de mes tops de fin d'année. Ce "Prince of Tears" ou l'éternel sujet du comment se sortir par la musique d'un douloureux chagrin d'amour, devrait ne pas déroger à la règle. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court. Il s'y dégage cette habituelle impression de facilité, comme si ces mélodies allaient de soi. Un peu comme Gainsbourg, dont l'anglais n'a jamais été aussi proche, en son temps. Les arrangements font régulièrement penser à l'auteur de "Melody Nel…