Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Mercury Rev - Deserter's Songs (1998)

On commence à nouveau à réentendre parler de Mercury Rev. Car le groupe sera bientôt en concert, chez nous, pour rejouer dans son intégralité leur chef d'oeuvre : "Deserter's Songs". Les places viennent d'être mises en vente, donc avis aux amateurs... et entre autres à ceux qui ont apprécié le dernier disque de Beach House, car il est indéniable que les premiers ont grandement influencé les seconds jusqu'à la voix androgyne de Victoria Legrand qui n'est pas sans rappeler celle de Jonathan Donahue. "Deserters' Songs" donc, comme un virage à 90° degré dans la carrière du groupe, qui, jusque là faisait du rock psychédélique mâtiné de guitares lourdes et bavardes. La raison de ce changement est sans doute le départ du leader de la formation, David Baker, mais surtout la production subitement ouvragée et lumineuse de Dave Fridman (la fameuse scie musicale ?), le bassiste du groupe, qui dès lors, sera aux manettes de quantité de disques d'exception, des Flamings Lips (qui joueront "The Soft Bulletin" à Londres en juillet 2011) à Sparklehorse, en passant plus récemment par Clap Your Hands Say Yeah ou MGMT. Ce "Deserter's Songs", rencontre improbable entre Neil Young et Syd Barrett, contient quelques merveilles comme "Goddess On A Hiway" ou "Holes". 
La suite de la carrière de Mercury Rev n'est depuis qu'un lent déclin (surtout après le départ de Fridman) vers une musique grandiloquente et indigeste. Reste donc cet album et le souvenir d'un concert magique à l'Elysée Montmartre pendant lequel Donahue conservera tout du long un sourire béat (et niais?) skotché au visage. Comme nous. L'effet de la drogue ou de la musique ? Peu importe... Pour moi, je ne garderai que la deuxième option ;) Cette musique est au passage idéale en ces périodes de grand froid et de fêtes de fin d'année qui arrivent. Un morceau comme "Endlessly" ne rappelle-t-il d'ailleurs pas une célèbre chanson de Noël ? A écouter en décorant son sapin donc, des boules et des guirlandes plein les mirettes...

Clip de "Goddess On A Hiway" :

Clip de "Opus 40" :

Commentaires

  1. Merci pour l'info sur ce concert, félicitations pour l'entrée méritée dans le top Wikio et bravo pour ce blog que je lis et écoute avec plaisir depuis environ une année.

    Je me dis que pour ton noël, le cadeau idéal serait le Guide des Albums de 1964 à 2004 de Christophe Brault (disponible ici http://www.irma.asso.fr/Le-guide-des-albums-de-1964-2004). Vous avez beaucoup de goûts communs et je suis sûr que la "discographie sélective" de Christophe te permettra de faire des découvertes intéressantes. Les dernières playlists (2005 à 2009) sont téléchargeables sur le site et il y a depuis cette année des chroniques mensuelles sur le site alter1fo (http://alter1fo.com/lachroniquedechristophebrault-15115).

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour les compliments et du conseil pour ma liste au père Noël ;)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…