Accéder au contenu principal

Anna Calvi - Anna Calvi

Bon, l'attente n'aura pas été si longue, finalement. A peine la mi-janvier et j'ai déjà trouvé le premier grand disque de 2011. Elle s'appelle Anna Calvi et bientôt vous n'entendrez plus parler que d'elle, son nom sera sur toutes les lèvres. Car son premier album a indéniablement la force de l'évidence : cette anglaise-là a du talent à revendre, l'étoffe d'une grande et semble même capable de conquérir les charts et le grand public. Pas besoin de beaucoup d'écoutes pour s'en persuader. En plus, elle possède même le parrainage d'un certain Brian Eno, qui officie au piano sur le disque... Cette musique serait la rencontre idéale et improbable entre une PJ Harvey pour le style et la voix tantôt rêche, tantôt sensuelle, et un Jeff Buckley pour le goût du risque et de l'excès, "To Bring You My Love" et "Grace". Oui, à ce niveau-là ou presque, même si l'avenir nous dira si son disque résistera aussi bien à l'épreuve du temps. Des titres comme "Desire" ou "Blackout" sont en tout cas, de ces chansons qui, dès la première écoute accrochent immédiatement l'oreille. Tout y est bien en place et dégage une maturité assez exceptionnelle pour le premier essai d'une jeune femme de 22 ans. Décidément, après Patti Smith à Pleyel, un nouveau PJ Harvey justement qui s'annonce excellent et cette époustouflante révélation de Anna Calvi, digne successeuse des deux précédentes, la gente féminine pourrait rapidement faire main basse sur le rock 2011.
La chanteuse sera bientôt en tournée, en France, avec notamment une Black Session, dès lundi prochain, chez Bernard Lenoir. A ne pas manquer, car, paraît-il, elle est encore plus impressionnante sur scène.

Commentaires

  1. Du même avis : album grandiose !

    Plein de morceaux en écoute ici : http://fun1959.canalblog.com

    RépondreSupprimer
  2. Je réserve un avis définitif sur base de plus d'écoutes, mais, sur base de la chronique de Momo, j'ai essayé et le message que j'allais poster chez lui est le suivant : "Le contenu n'est heureusement pas à l'avenant de la pochette. Mais la pochette annonce bien un lot de concessions. Qu'est-ce que que j'aurais aimé que ce soit plus "raide", car du talent, il y en là-dedans"...

    Ceci dit, je reviendrai après sept ou huit écoutes pour avis plus définitif...

    Et bon week-end!
    ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Euh oui, un peu raide le commentaire. Donc préalable (qui vient ici après :-D) : c'est du très bon, au-dessus de la moyenne. Simplement, dans ma perception subjective, j'ai un "mais", qui fait que ça passe à côté de ma montre en or...
    ;-D

    RépondreSupprimer
  4. @Mmarsupilami : Oui, tu as raison, cela aurait encore pu être meilleur... car le potentiel est là. Pas aussi brut, intransigeant, comme pouvait l'être une PJ à ses débuts. Pas aussi excessif qu'un Jeff Buckley non plus. Mais une grande réussite quand même !
    Bon week-end !

    RépondreSupprimer
  5. Après avoir lu la chronique dans Magic (http://twitpic.com/3p6yk9) je sais que je n'aurais pas dû l'écouter, mais si même toi tu t'y mets, c'est qu'il doit bien y avoir quelque chose non?

    Et ben j'aurais pas dû, si elle n'était pas aussi mignonne je l'étranglerais tellement sa voix est insupportable!

    (Et le pauvre Jeff Buckley de se retourner pour la millième fois dans sa tombe...)

    RépondreSupprimer
  6. @Erwan : C'est vrai qu'en termes de voix insupportables, tu en connais un rayon : Joanna Newsom, Jonathan Meiburg, j'en passe et des meilleurs... ;)
    Je crois que c'est parce que tu es un indécrottable folkeux, mon cher Erwan :)

    RépondreSupprimer
  7. Je suis d'accord. C'est un très bon disque. Le premier vrai beau de cette année. Et je crois qu'on ne demande pas à Anna Calvi de succéder à PJ Harvey et encore moins à Jeff Buckley.
    Quant à la chronique de Magic...

    RépondreSupprimer
  8. @anakin : Oui, Magic, tiens, on va en parler d'eux, qui ont quand même mis les boursouflés Violens, album de l'année 2010 (juste parce qu'ils sont sympas ou parce qu'ils essaient de faire du Smiths ou du Pale Fountains ?). Je crois que niveau bon goût, les petits loulous ne peuvent pas trop la ramener ...

    RépondreSupprimer
  9. J'aime beaucoup Violens et cet album. Pas au point de les glisser au sommet du top.

    Anna Calvi, on y revient, devra quand même supporter la concurrence de PJ Harvey, dont l'album sort quelques semaines après le sien.

    RépondreSupprimer
  10. je suis assez étonné de voir que ce disque est fort apprécié ici et là. Je trouve ça vraiment pas bon du tout, empoulé au possible. J'aime pas trop la musique de Patti Smith, ça peut expliquer aussi cela. Mais là c'est bien pire ! Je me fendrait d'une petite chronique pour expliquer mon point de vue ces jours-ci.

    RépondreSupprimer
  11. ah bon, il y a du piano là-dedans et joué par Brian Eno, encore ? Il est devenu tellement minimialiste "The Brain" qu'on en l'entend même plus. C'est pas beau de viellir... je ne comprends pas cet engouement autour de Calvi et son disque lourd et daté (raté?)

    RépondreSupprimer
  12. La voix fait penser à Jennifer Charles mais sinon c'est d'une vacuité (enfin les 2 ou 3 morceaux entendus sut le lecteur là au-dessus). Trop produit, trop propre, un niveau de spontanéité et de sincérité proche du rien, ça ressemble plus à un produit marketing qu'autre chose ce disque...

    RépondreSupprimer
  13. @KMS : Ouais, la ressemblance avec Jennifer Charles ne m'a pas frappé. Sinon, "trop produit, trop propre", oui, sans doute un peu et c'est dommage mais c'est le reproche qu'on pourrait faire à tout ce que touche Eno depuis 30 ans ou presque.
    Quant à y voir un produit marketing, faut quand même pas pousser la paranoïa, on est chez Domino Records, c'est pas Céline Dion non plus...

    RépondreSupprimer
  14. Perso je l'ai découverte en live dans l'émission One Shot Not du dimanche 16, et sa prestation semble encore dispo sur le Net : http://www.arte.tv/fr/Echappees-culturelles/One-Shot-Not/3634062.html
    Pour ma part, je réserve mon jugement jusqu'à plus ample écoute, car j'en suis à penser quelque chose du genre "ouais c'est pas mal, mais en même temps si ça m'en touche une, je suis pas sûr que ça me fait bouger l'autre". Oreille, bien entendu.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…