Accéder au contenu principal

Anna Calvi - Anna Calvi

Bon, l'attente n'aura pas été si longue, finalement. A peine la mi-janvier et j'ai déjà trouvé le premier grand disque de 2011. Elle s'appelle Anna Calvi et bientôt vous n'entendrez plus parler que d'elle, son nom sera sur toutes les lèvres. Car son premier album a indéniablement la force de l'évidence : cette anglaise-là a du talent à revendre, l'étoffe d'une grande et semble même capable de conquérir les charts et le grand public. Pas besoin de beaucoup d'écoutes pour s'en persuader. En plus, elle possède même le parrainage d'un certain Brian Eno, qui officie au piano sur le disque... Cette musique serait la rencontre idéale et improbable entre une PJ Harvey pour le style et la voix tantôt rêche, tantôt sensuelle, et un Jeff Buckley pour le goût du risque et de l'excès, "To Bring You My Love" et "Grace". Oui, à ce niveau-là ou presque, même si l'avenir nous dira si son disque résistera aussi bien à l'épreuve du temps. Des titres comme "Desire" ou "Blackout" sont en tout cas, de ces chansons qui, dès la première écoute accrochent immédiatement l'oreille. Tout y est bien en place et dégage une maturité assez exceptionnelle pour le premier essai d'une jeune femme de 22 ans. Décidément, après Patti Smith à Pleyel, un nouveau PJ Harvey justement qui s'annonce excellent et cette époustouflante révélation de Anna Calvi, digne successeuse des deux précédentes, la gente féminine pourrait rapidement faire main basse sur le rock 2011.
La chanteuse sera bientôt en tournée, en France, avec notamment une Black Session, dès lundi prochain, chez Bernard Lenoir. A ne pas manquer, car, paraît-il, elle est encore plus impressionnante sur scène.

Commentaires

  1. Du même avis : album grandiose !

    Plein de morceaux en écoute ici : http://fun1959.canalblog.com

    RépondreSupprimer
  2. Je réserve un avis définitif sur base de plus d'écoutes, mais, sur base de la chronique de Momo, j'ai essayé et le message que j'allais poster chez lui est le suivant : "Le contenu n'est heureusement pas à l'avenant de la pochette. Mais la pochette annonce bien un lot de concessions. Qu'est-ce que que j'aurais aimé que ce soit plus "raide", car du talent, il y en là-dedans"...

    Ceci dit, je reviendrai après sept ou huit écoutes pour avis plus définitif...

    Et bon week-end!
    ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Euh oui, un peu raide le commentaire. Donc préalable (qui vient ici après :-D) : c'est du très bon, au-dessus de la moyenne. Simplement, dans ma perception subjective, j'ai un "mais", qui fait que ça passe à côté de ma montre en or...
    ;-D

    RépondreSupprimer
  4. @Mmarsupilami : Oui, tu as raison, cela aurait encore pu être meilleur... car le potentiel est là. Pas aussi brut, intransigeant, comme pouvait l'être une PJ à ses débuts. Pas aussi excessif qu'un Jeff Buckley non plus. Mais une grande réussite quand même !
    Bon week-end !

    RépondreSupprimer
  5. Après avoir lu la chronique dans Magic (http://twitpic.com/3p6yk9) je sais que je n'aurais pas dû l'écouter, mais si même toi tu t'y mets, c'est qu'il doit bien y avoir quelque chose non?

    Et ben j'aurais pas dû, si elle n'était pas aussi mignonne je l'étranglerais tellement sa voix est insupportable!

    (Et le pauvre Jeff Buckley de se retourner pour la millième fois dans sa tombe...)

    RépondreSupprimer
  6. @Erwan : C'est vrai qu'en termes de voix insupportables, tu en connais un rayon : Joanna Newsom, Jonathan Meiburg, j'en passe et des meilleurs... ;)
    Je crois que c'est parce que tu es un indécrottable folkeux, mon cher Erwan :)

    RépondreSupprimer
  7. Je suis d'accord. C'est un très bon disque. Le premier vrai beau de cette année. Et je crois qu'on ne demande pas à Anna Calvi de succéder à PJ Harvey et encore moins à Jeff Buckley.
    Quant à la chronique de Magic...

    RépondreSupprimer
  8. @anakin : Oui, Magic, tiens, on va en parler d'eux, qui ont quand même mis les boursouflés Violens, album de l'année 2010 (juste parce qu'ils sont sympas ou parce qu'ils essaient de faire du Smiths ou du Pale Fountains ?). Je crois que niveau bon goût, les petits loulous ne peuvent pas trop la ramener ...

    RépondreSupprimer
  9. J'aime beaucoup Violens et cet album. Pas au point de les glisser au sommet du top.

    Anna Calvi, on y revient, devra quand même supporter la concurrence de PJ Harvey, dont l'album sort quelques semaines après le sien.

    RépondreSupprimer
  10. je suis assez étonné de voir que ce disque est fort apprécié ici et là. Je trouve ça vraiment pas bon du tout, empoulé au possible. J'aime pas trop la musique de Patti Smith, ça peut expliquer aussi cela. Mais là c'est bien pire ! Je me fendrait d'une petite chronique pour expliquer mon point de vue ces jours-ci.

    RépondreSupprimer
  11. ah bon, il y a du piano là-dedans et joué par Brian Eno, encore ? Il est devenu tellement minimialiste "The Brain" qu'on en l'entend même plus. C'est pas beau de viellir... je ne comprends pas cet engouement autour de Calvi et son disque lourd et daté (raté?)

    RépondreSupprimer
  12. La voix fait penser à Jennifer Charles mais sinon c'est d'une vacuité (enfin les 2 ou 3 morceaux entendus sut le lecteur là au-dessus). Trop produit, trop propre, un niveau de spontanéité et de sincérité proche du rien, ça ressemble plus à un produit marketing qu'autre chose ce disque...

    RépondreSupprimer
  13. @KMS : Ouais, la ressemblance avec Jennifer Charles ne m'a pas frappé. Sinon, "trop produit, trop propre", oui, sans doute un peu et c'est dommage mais c'est le reproche qu'on pourrait faire à tout ce que touche Eno depuis 30 ans ou presque.
    Quant à y voir un produit marketing, faut quand même pas pousser la paranoïa, on est chez Domino Records, c'est pas Céline Dion non plus...

    RépondreSupprimer
  14. Perso je l'ai découverte en live dans l'émission One Shot Not du dimanche 16, et sa prestation semble encore dispo sur le Net : http://www.arte.tv/fr/Echappees-culturelles/One-Shot-Not/3634062.html
    Pour ma part, je réserve mon jugement jusqu'à plus ample écoute, car j'en suis à penser quelque chose du genre "ouais c'est pas mal, mais en même temps si ça m'en touche une, je suis pas sûr que ça me fait bouger l'autre". Oreille, bien entendu.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro

Pete Doherty & Frédéric Lo - The Fantasy Life Of Poetry and Crime

  Après une longue pause, faute de sortie musicale probante, me voilà de retour avec quelques nouveautés plutôt emballantes. On commence par le come back d'un rockeur qu'on croyait perdu, le genre de candidat idéal au triste club des 27, ceux qui vont trop vite, trop fort, qui se brûlent les ailes et meurent à 27 ans comme Jim Morrison, Brian Jones, Janis Joplin, Jimi Hendrix, Kurt Cobain ou Amy Winehouse. Pete Doherty a d'ailleurs eu une relation avec cette dernière. Si elle a fini par sombrer corps et âmes dans la drogue, lui, s'en est sorti miraculeusement. Les Libertines, après une entrée en matière fulgurante - on ne se lasse toujours pas de leur premier et formidable " Up The Bracket ", classique rock du début des années 2000 - ont disparu rapidement des radars. Si tout réussissait alors au chanteur anglais - en couple avec la très médiatisée Kate Moss - le mode de vide "sexe, drogues et rock'n'roll" n'a qu'un temps et Doherty d