Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Echo And The Bunnymen - Ocean Rain (1984)

Comme Anna Calvi m'avait fait ressortir "Grace" de Jeff Buckley de mes étagères à CD, les Crocodiles français m'ont donné l'envie de me replonger dans Echo And The Bunnymen. Et de Echo And The Bunnymen, plus que de leurs débuts post-punk et cold-wave, je garderai surtout ce "Ocean Rain" de 1984. Tout d'abord, parce qu'il contient ce qui est unanimement  (et par McCulloch lui-même) considéré comme leur plus grande chanson : "The Killing Moon", superbe ballade romantique et ténébreuse. Mais aussi parce que le reste est de la même veine et constitue leur disque le plus ouvragé, le mieux orchestré, celui où ils semblent avoir réussi à trouver la formule magique, mariant à merveille la guitare cristalline de Will Sergeant et la voix profonde et magnétique de Ian McCulloch. D'ailleurs, après "Ocean Rain", le groupe sombrera rapidement, en publiant tout d'abord un disque particulièrement dispensable, malgré la présence de Ray Manzarek, ancien organiste des Doors, influence évidente et revendiquée du groupe. Ils perdront ensuite leur âme en la personne de leur chanteur charismatique, parti poursuivre une carrière solo dès 1988 mais aussi, et de manière nettement plus tragique,  leur batteur Pete de Freitas, qui décédera quelques temps après d'un accident de moto. C'en est trop pour le reste des membres qui finiront par jeter l'éponge en 1992.
Après l'intermède Electrafixion qui a vu McCulloch et Sergeant se réconcilier, le groupe se reforme pourtant en 1997, surfant sur le succès de la vague brit-pop. Malgré le fait que certains y ont vu un vrai retour en grâce, approchant par moments l'indépassable "Ocean Rain", je suis toujours resté scotché à ce dernier. Parce que le style était déjà bien affirmé et qu'il n'y avait de toute façon rien à ajouter. Je l'ai déjà dit, je ne suis pas de ceux qui suive la carrière d'un groupe de manière systématique, j'ai plutôt tendance à picorer, à droite, à gauche, et me lasser assez rapidement. La plupart des artistes ont d'ailleurs la fâcheuse habitude de tourner en rond, une fois qu'ils ont trouvé la formule idéale. Et dans le cas d'Echo And The Bunnymen, "Ocean Rain" correspond donc à cette formule, bien plus intemporelle et moins boursouflée (l'effet Liverpool ?) que celle de leurs homologues de l'époque, les Ecossais de Simple Minds (qui portent bien leur nom ?) ou même les Irlandais de U2, à qui on les associe malheureusement trop souvent.

Clip de "The Killing Moon" :

Clip de "Seven Seas" :

Commentaires

  1. Alors là je m'incline, finie la mini-guéguerre "j'aime pas anna calvi", ou "moi c'est iron & wine qui m'ennnuie" ;-)

    Avec cet album d'Écho, tu rends hommage à l'un de mes albums préférés, un authentique classique du rock liverpudlien et un chef-d'oeuvre lyrique de la new wave 80's.. j'en avais parlé d'ailleurs parlé l'an dernier ici : http://leschroniquesdeblake.blogspot.com/2010/08/memory-of-80s-bis-echo-bunnymen.html

    Combien de fois ai-je vibré sur "The Killing Moon", " My Kingdom" ou "Nocturnal Me" (un sommet d'atmopshère!) et regretté que ce cossard de McCulloch n'ai jamais donné de suite du même niveau à cet album quasi-parfait ?
    Respect total, Mr Vincent ...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

The Avalanches - We Will Always Love You

Après la sortie du dernier disque de Gorillaz rempli à ras bord de musiques en tous genres et d'invités de marque, voici The Avalanches qui placent peut-être encore la barre au-dessus, si cela est possible. Jugez plutôt : MGMT, Johnny Marr, Vashti Bunyan, Mick Jones, Neneh Cherry, Kurt Vile, Karen O, Wayne Coyne ou Rivers Cuomo. On est donc dans la surenchère de sons, de collaborations, d'albums pleins comme un oeuf. Bienvenue dans la culture du zapping, sauf qu'ici, il y a - et c'est ça qui est assez incroyable - une vraie homogénéité malgré les styles si différents des invités. Chacun est venu se fondre dans la grande orgie pop orchestrée par le duo Australien. Contrairement au Gorillaz, on peut ici tout aimer ou presque. Si je n'étais pas forcément convaincu par les quelques singles annonciateurs, l'écoute entière de l'album m'a conquis. C'est le miracle de ce groupe : comme " Since I Left You " paru il y a déjà vingt ans, ce " We