Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Flotation Toy Warning - Bluffer's Guide To The Flight Desk (2004)

Ce disque est un secret bien gardé. C'est aujourd'hui encore le premier et unique album du groupe. Ils sont anglais, se nomment Flotation Toy Warning et ont été signés en France sur l'excellent label Bordelais Talitres. Depuis, pas beaucoup de nouvelles, hormis le fait que leur chanteur, Paul Carter, à l'impressionnante voix de ténor (oui, oui, c'est bien lui qui chante à la fin de "Losing Carolina"), a fait une apparition sur le très beau projet The Fizcarraldo Sessions. Pourtant, depuis le début de l'année, des rumeurs persistantes de deuxième album circulent sur le net, celui-ci devrait d'abord sortir au compte-goutte sous forme de singles puis en version intégrale d'ici à la fin 2011. "Bluffer's Guide To The Flight Desk" ne sera donc plus orphelin, sans suite, ce qui le rendait d'autant plus précieux... J'ai, pour ma part, déjà eu la chance de pouvoir mettre des visages derrière ce drôle de nom de groupe. Des visages et un joli souvenir aussi. C'était dans le cadre du festival Villette Sonique, à Paris, en 2005, et en plus, c'était gratuit ;) Les malheureux avaient joué en tout début d'après-midi devant un public particulièrement clairsemé (et c'est un doux euphémisme...) Mais leur disque avait déjà eu son petit effet sur moi et malgré la présence de The Fall (oui, quand même) le même jour, c'était bien eux que j'étais venu voir avant tout.
 Crédit photo : Marc Saurfelt
La photo ci-dessus provient d'ailleurs de ce fameux concert. Et loin de faire retomber la magie, leur prestation m'avait en plus fait découvrir un groupe éminemment sympathique, charmant. A la fin du set, j'avais même fait mon fan de base, en allant récupéré les baguettes du batteur. Mais, pour en revenir à la musique, puisque c'est aussi ça qui nous intéresse, leur style est à situer parmi la mouvance outre-Atlantique de groupes comme Polyphonic Spree, Mercury Rev, Flaming Lips et Grandaddy. De la pop symphonique donc, à effet immédiat, ultra-mélodique, et qui n'oublie pas d'être régulièrement chargée en émotions. Et tant pis si j'ai ébruité le secret - de toute façon, ça finira bien par se savoir - : "Bluffer's Guide To The Flight Desk" est un des plus grands disques pop de la dernière décennie. A un moment donné, il faut savoir partager les bons petits plats entre amis :)

Vidéo de "Happy 13" :

Commentaires

  1. Un des meilleurs disques de tous les temps pour moi. Un vrai chef-d'oeuvre. Et il n'est même plus vraiment distribué.
    Ça doit faire maintenant trois ans qu'on attend la suite. J'espère que l'histoire des singles sera la bonne !
    Et merci Talitres. :)

    RépondreSupprimer
  2. Espérons juste que ça ne reste pas un "trésor caché" comme tant d'autres et que le nouvel album arrive bien cette année, même le 31 décembre, on prend quand même !

    RépondreSupprimer
  3. Immense album, j'en parle aussi dans mon blog (où je fait également mon fan de base)
    http://boomboomerang.blogspot.com/2011/01/flotation-toy-warning.html

    Et l'histoire semble se répéter avec les Irlandais de Hal, pas de suite à leurs superbes premier album éponyme...

    RépondreSupprimer
  4. La suite en fin d'année sûre ? Parce que bon, à chaque fois on nous le promet...
    C'est marrant parce que j'adhère à fond à beaucoup de tes "indispensables", c'est comme si tu parlais à ma place ! Excellent album que ce Flotation Toy Warning en effet, dont la chanson "Fire Engine On Fire pt. 2" m'a hanté durant des semaines...

    RépondreSupprimer
  5. Hello.

    "Bluffer's Guide To The Flight Desk" de Flotation Toy Warning est un grand disque, un très grand disque même. Élégiaque, planant et atmosphérique, leur pop baroque, leur rock épique aux arrangements somptueux, aux mélodies belles à pleurer et aux orchestrations pharaoniques ont séduit plus d'un amateur de pop/rock symphonique. Un monument de grâce, de beauté et d'émotions....

    RépondreSupprimer
  6. Bon, apparemment, vu le nombre de commentaires élogieux, ça ne doit pas vraiment être un trésor si caché que cela ;)
    En tout cas, merci à tous pour vos retours...encourageants :)

    RépondreSupprimer
  7. Tiens, ma photo... J'aurais aimé être informé, mais en fait il n'y avait pas de lien pour m'envoyer un message dans mon profil Google/Picasa. C'est fait maintenant.

    Et ça me fait plaisir qu'elle t'a plu

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu