Accéder au contenu principal

Just Kids de Patti Smith

Après Manchester, je poursuis ma nouvelle rubrique littéraire, avec la récente autobiographie de Patti Smith, sobrement intitulé "Just Kids". Celle-ci raconte sa bouleversante histoire d'amour avec le photographe Robert Mapplethorpe, surtout connu pour avoir pris le fameux cliché de la pochette de son mythique premier album "Horses". Elle rejouera d'ailleurs ce disque en intégralité, fin janvier à la Salle Pleyel, à Paris. "Just Kids" est une plongée en apnée dans le New-York arty des années 60-70. L'art y est en effet la chose la plus importante, peut-être encore plus que l'amour. Toute forme d'art est alors vénérée : la littérature (la Beat Generation, Baudelaire, et bien sûr Rimbaud), le cinéma (la Nouvelle Vague française), la peinture (Warhol), etc. Je m'arrêterai pour ma part à la musique, celle qui a marqué la relation de Patti et de Robert : rock'n'roll évidemment, mais pas que ça... En espérant que tout cela vous donne envie d'en savoir plus...

The Beatles - Strawberry Fields Forever

Je savourais ces petites gâteries, glissais une pièce de vingt-cinq cents dans la fente du juke-box et écoutais "Strawberry Fields" trois fois de suite. C'était mon rituel secret : les mots et la voix de John Lennon me donnaient de la force quand je fléchissais.

The Doors - The Crystal Ship

C'était l'été de la mort de John Coltrane. L'été de "Crystal Ship". [...] Et dans cette atmosphère instable, inhospitalière, le hasard d'une rencontre a changé le cours de ma vie. C'est l'été où j'ai rencontré Robert Mapplethorpe.

The Byrds - So You Want To Be A Rock'n'roll Star

Un soir, il m'a apporté un disque des Byrds. "Cette chanson va être importante pour toi", m'a-t-il dit en descendant le diamant sur "So You Want to Be a Rock'N'Roll Star". Quelque chose dans cette chanson m'a enthousiasmée et troublée, mais je n'ai pu deviner son intention.

The Rolling Stones - Sympathy For The Devil 

Le jour de mon anniversaire, Robert est passé me voir tout seul. Il m'apportait un nouveau disque. Avec un clin d'oeil, il a mis le diamant sur la première face. "Sympathy For The Devil" a retenti. Nous avons tous les deux commencé à danser. "C'est ma chanson", a-t-il dit.

The Excellents - Coney Island Baby

Nous avons traversé la plage pour aller dire bonjour à l'océan, et je lui ai chanté la chanson "Coney Island Baby" des Excellents. Il a écrit nos noms dans le sable.

Tim Hardin - How Can You Hang On to a Dream ? 

J'ai plié nos vêtements. Celle que nous appelions notre chanson est arrivée : "How Can You Hang On to a Dream ?" Nous étions tous deux rêveurs, mais Robert était celui qui menait les choses à bien.

Kris Kristofferson - Me And Bobby McGee

J'étais assise par terre le jour où Kris Kristofferson lui chanta "Me And Bobby McGee", rejoint par Janis sur le refrain. J'étais présente en ces instants historiques, mais j'étais tellement jeune et absorbée par mes propres pensées que je me rendais à peine compte que c'en étaient.

Patti Smith - Because The Night

Un jour, en fin d'après-midi, nous marchions dans la 8ème Rue, lorsque nous avons entendu le son de "Because the Night" qui passait à tue-tête dans tous les magasins, l'un après l'autre.[...]Robert, souriant, marchait en rythme. [...] Mon succès était pour Robert l'objet d'une fierté sans mélange. Ce qu'il voulait pour lui-même, il le voulait pour nous deux.  "Patti, a-t-il fait d'une voix traînante, t'es devenue célèbre avant moi."

Patti Smith - Wild Leaves

Le matin, je me suis installée au bureau de notre chambre du Mayflower Hotel et lui ai écrit la chanson "Wild Leaves", mais je ne la lui ai pas donnée. J'avais beau essayer de lui écrire un texte immortel, le résultat semblait par trop mortel.

Patti Smith - People Have The Power

Quelques jours plus tard, Robert m'a photographiée vêtue d'un blouson aviateur de Fred pour la pochette du single que nous projetions de sortir, "People have The Power". En découvrant la photo, Fred a dit : "Je ne sais pas comment il s'y prend, mais toutes les photos qu'il fait de toi lui ressemblent, à lui".

"Jesus died for somebody's sins / But not mine"  (Patti Smith)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …

Rustin Man - Drift Code

On avait presque oublié son nom sur le disque, le premier et toujours seul - mais plus pour longtemps - album de Beth Gibbons en congés de Portishead. Rustin Man, alias Paul Webb, est un homme de l'ombre. Ce "Drift Code" pourrait le faire entrer pour de bon dans la lumière. Puisque, pour une fois, il apparaît seul au générique, jouant enfin le premier rôle, après avoir aussi été confiné derrière Mark Hollis au sein de Talk Talk. On savait le monsieur talentueux, musicalement parlant, ce disque, avec ces somptueux arrangements, n'en est donc qu'une confirmation. Mais on ne savait pas qu'il avait une si belle voix. Le style se rapproche d'un Robert Wyatt ou du Bowie de "Blackstar". L'album, préparé minutieusement depuis plusieurs années, a été enregistré dans une grange, à l'écart de toute civilisation. Webb, entouré de sa femme et de ses filles, a pris son temps, retapant le lieu en même temps qu'il peaufinait sa musique.  Nous voici…