Accéder au contenu principal

Mes indispensables : The Boo Radleys - Giant Steps (1993)

S'il est un groupe qui restera pour moi intimement lié à ma période "Bernard Lenoir", ce sont les Boo Radleys. Cette période où j'écoutais religieusement tous les soirs de la semaine, l'émission culte sur France Inter. Le week-end arrivé, je continuais mon apprentissage de rockeur indépendant en me repassant toutes les cassettes des émissions précédemment enregistrées, pour ne garder ensuite que ce qui me bottait le plus. Les Boo Radleys donc - en référence au personnage asocial du célèbre roman "To Kill a Mockingbird" de Harper Lee - , cette formation anglaise dont le leader, Martin Carr, n'était autre que le mari de Hilda, qui officiait à l'époque comme assistante de Lenoir pour ses fameuses black sessions de Lydie Barbarian, connue à l'époque, par les afficionados de Lenoir pour ses duplex en direct d'outre-Manche pendant lesquels elle nous faisait partager ses derniers coups de coeur britons. Ah, temps béni (oui, je fais mon "vieux con"...) où internet n'avait pas encore relayé le pauvre Lenoir au rang de has-been, un peu à la traîne des dernières nouveautés. Tout va trop vite, mes chers amis... Mais revenons à ce qui nous intéresse aujourd'hui, ce curieux groupe liverpudlien, qui viendra confirmer la malédiction locale qui subsiste depuis la fin des Fab Four et agrandir ainsi les rangs des formations du cru promises à un grand avenir et dont le succès public restera malheureusement cantonné à quelques passionnés. 
Pourtant, ce disque, leur meilleur, "Giant Steps" a reçu des éloges quasi unanimes de la critique, et avec le suivant "Wake Up", plus pop, ils atteindront même la première place des charts anglais, effet brit-pop oblige. Et puis, ils disparaîtront bizarrement aussi vite qu'ils étaient arrivés, terminant leur carrière par deux disques tristement anonymes. Près de vingt ans après, leurs albums ont toutefois très bien résisté à l'épreuve du temps, car leur pop n'était jamais tout à fait rectiligne, leurs mélodies rarement prévisibles. Leurs morceaux contenaient toujours suffisamment de bifurcations, d'instruments et sons en tous genres pour leur permettre de durer. Sur "Giant Steps", ils étaient parvenus à résumer à merveille trente ans de pop, constituant ainsi un "White Album" pour leur génération. Malheureusement, tout cela n'intéressait déjà plus grand monde... Quelque mois après la réédition agrémentée de quelques bonus de leur discographie, il est peut-être temps de leur redonner la place qu'ils méritent.

Clip de "Lazarus" :


Commentaires

  1. J'aime beaucoup Giant Steps mais je dois être l'un des rares à préférer Everything's Alright Forever (oh, ce début sur Spaniard et cet enchainement Does This Hurt / Sparrow / Smiles Fades Fast / Firesky...).

    RépondreSupprimer
  2. Pour les avoir découvert à peu près au moment de "Giant Steps", "Everyting's alright forever" est l'album des Boo Radleys que je connais le moins... Mais tu m'as donné l'envie de le réécouter. De toute façon, tous leurs disques sont très bons :)

    RépondreSupprimer
  3. De même, je préfère presque "Everything's Alright Forever" !! Quoique "Giant Steps" est très bon (et l'amateur de jazz coltranien que je suis est aux anges) !!!
    J'aime beaucoup le début de ton article : Lenoir, les groupe shoegaze ou indie rock et pop découverts, période pré internet.....Très bien écrit en plus !!!

    A +

    RépondreSupprimer
  4. @Francky : Ne serais-je donc pas le seul "vieux con" à regretter les temps pré-internet ?

    RépondreSupprimer
  5. Si, comme "vieux con", y a moi, je suis là ! Les programmes du Black enregistrés sur cassette, ça remue tant de mes souvenirs aussi...
    Si j'apprécie ce ré-éclairage bien vu sur un groupe trop oublié par le temps, traiter (même affectueusement) ce bon Bernard de has been est un peu excessif, mais je sais depuis le temps que papa aime l'excès :-)
    Entendre cette musique sur une antenne nationale est salutaire et l'ami Lenoir n'est pas si en retard que ça : il a toujours programmé, outre les inévitables nouveautés, les artistes et disques qui lui tenaient à coeur dans le grand bain indie. Manière de faire aussi évoluer notre goût critique sans vouloir qu'on avale tout.
    Et si le "John Peel français" n'avait pas été là, ma vie (musicale) n'aurait pas été la mienne, voilà, c'est dit ;-)

    RépondreSupprimer
  6. @Blake : Tu as sans doute raison concernant Lenoir. Le traiter de "has been", c'est une manière un peu déloyale de dire que je ne l'écoute malheureusement plus, alors que comme toi, il m'a permis de découvrir tant de groupes...

    RépondreSupprimer
  7. Je préfère aussi "Giant steps" et j'accorderai une mention à "Wake up", notamment pour "Find the answer within". Pour le reste, j'aurai pu écrire mot pour mot les quelques lignes concernant Lenoir, à ceci près que ma période Lenoir se situait circa 1995-1997. M'en veux aussi un peu de ne plus l'écouter, chaque fois que je retombe dessus,je me dis que je devrais et puis, et puis...

    RépondreSupprimer
  8. @Frédéric : Marrant que tu parles aussi de "Wake Up" et de "Find the answer within" qui est sans doute ma chanson préférée du groupe...

    RépondreSupprimer
  9. Martin Carr n'a jamais été marié à Lydie Barbarian, mais à Hilda qui présentait les Black Sessions avec Lenoir dans les 90's.

    RépondreSupprimer
  10. Oups ! J'ai mélangé les noms... Je rectifie.
    Merci pour le tuyau.

    RépondreSupprimer
  11. Regretter les temps pré-internet ??
    Oui et Non. Je m'explique.
    Je suis nostalgique de la période où, pour se faire une discothèque "indie" et par la même une culture musicale, il fallait du temps, de la patience et de la ténacité. Cela se méritait. Idem les "Black session" enregistrés sur K7. Aujourd'hui, en quelques clics et quelques heures de téléchargement, quiconque peut se faire des disco entières d'artistes. Plus aucun effort !

    Par contre, je trouve génial cette démocratisation de la culture. On peut découvrir des artistes/groupes, voir des scènes musicales entières, via le net.
    Et le fait de pouvoir se créer son support de diffusion de sa passion, la musique ici, avec NOS blogs.....

    En conclusion, vu le temps que je passe sur le net (essentiellement sur les blogs) et les découvertes que j'y ais fait, je ne peux qu'approuver INTERNET !!!

    A + amigos......

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…