Accéder au contenu principal

Mes indispensables : The Boo Radleys - Giant Steps (1993)

S'il est un groupe qui restera pour moi intimement lié à ma période "Bernard Lenoir", ce sont les Boo Radleys. Cette période où j'écoutais religieusement tous les soirs de la semaine, l'émission culte sur France Inter. Le week-end arrivé, je continuais mon apprentissage de rockeur indépendant en me repassant toutes les cassettes des émissions précédemment enregistrées, pour ne garder ensuite que ce qui me bottait le plus. Les Boo Radleys donc - en référence au personnage asocial du célèbre roman "To Kill a Mockingbird" de Harper Lee - , cette formation anglaise dont le leader, Martin Carr, n'était autre que le mari de Hilda, qui officiait à l'époque comme assistante de Lenoir pour ses fameuses black sessions de Lydie Barbarian, connue à l'époque, par les afficionados de Lenoir pour ses duplex en direct d'outre-Manche pendant lesquels elle nous faisait partager ses derniers coups de coeur britons. Ah, temps béni (oui, je fais mon "vieux con"...) où internet n'avait pas encore relayé le pauvre Lenoir au rang de has-been, un peu à la traîne des dernières nouveautés. Tout va trop vite, mes chers amis... Mais revenons à ce qui nous intéresse aujourd'hui, ce curieux groupe liverpudlien, qui viendra confirmer la malédiction locale qui subsiste depuis la fin des Fab Four et agrandir ainsi les rangs des formations du cru promises à un grand avenir et dont le succès public restera malheureusement cantonné à quelques passionnés. 
Pourtant, ce disque, leur meilleur, "Giant Steps" a reçu des éloges quasi unanimes de la critique, et avec le suivant "Wake Up", plus pop, ils atteindront même la première place des charts anglais, effet brit-pop oblige. Et puis, ils disparaîtront bizarrement aussi vite qu'ils étaient arrivés, terminant leur carrière par deux disques tristement anonymes. Près de vingt ans après, leurs albums ont toutefois très bien résisté à l'épreuve du temps, car leur pop n'était jamais tout à fait rectiligne, leurs mélodies rarement prévisibles. Leurs morceaux contenaient toujours suffisamment de bifurcations, d'instruments et sons en tous genres pour leur permettre de durer. Sur "Giant Steps", ils étaient parvenus à résumer à merveille trente ans de pop, constituant ainsi un "White Album" pour leur génération. Malheureusement, tout cela n'intéressait déjà plus grand monde... Quelque mois après la réédition agrémentée de quelques bonus de leur discographie, il est peut-être temps de leur redonner la place qu'ils méritent.

Clip de "Lazarus" :


Commentaires

  1. J'aime beaucoup Giant Steps mais je dois être l'un des rares à préférer Everything's Alright Forever (oh, ce début sur Spaniard et cet enchainement Does This Hurt / Sparrow / Smiles Fades Fast / Firesky...).

    RépondreSupprimer
  2. Pour les avoir découvert à peu près au moment de "Giant Steps", "Everyting's alright forever" est l'album des Boo Radleys que je connais le moins... Mais tu m'as donné l'envie de le réécouter. De toute façon, tous leurs disques sont très bons :)

    RépondreSupprimer
  3. De même, je préfère presque "Everything's Alright Forever" !! Quoique "Giant Steps" est très bon (et l'amateur de jazz coltranien que je suis est aux anges) !!!
    J'aime beaucoup le début de ton article : Lenoir, les groupe shoegaze ou indie rock et pop découverts, période pré internet.....Très bien écrit en plus !!!

    A +

    RépondreSupprimer
  4. @Francky : Ne serais-je donc pas le seul "vieux con" à regretter les temps pré-internet ?

    RépondreSupprimer
  5. Si, comme "vieux con", y a moi, je suis là ! Les programmes du Black enregistrés sur cassette, ça remue tant de mes souvenirs aussi...
    Si j'apprécie ce ré-éclairage bien vu sur un groupe trop oublié par le temps, traiter (même affectueusement) ce bon Bernard de has been est un peu excessif, mais je sais depuis le temps que papa aime l'excès :-)
    Entendre cette musique sur une antenne nationale est salutaire et l'ami Lenoir n'est pas si en retard que ça : il a toujours programmé, outre les inévitables nouveautés, les artistes et disques qui lui tenaient à coeur dans le grand bain indie. Manière de faire aussi évoluer notre goût critique sans vouloir qu'on avale tout.
    Et si le "John Peel français" n'avait pas été là, ma vie (musicale) n'aurait pas été la mienne, voilà, c'est dit ;-)

    RépondreSupprimer
  6. @Blake : Tu as sans doute raison concernant Lenoir. Le traiter de "has been", c'est une manière un peu déloyale de dire que je ne l'écoute malheureusement plus, alors que comme toi, il m'a permis de découvrir tant de groupes...

    RépondreSupprimer
  7. Je préfère aussi "Giant steps" et j'accorderai une mention à "Wake up", notamment pour "Find the answer within". Pour le reste, j'aurai pu écrire mot pour mot les quelques lignes concernant Lenoir, à ceci près que ma période Lenoir se situait circa 1995-1997. M'en veux aussi un peu de ne plus l'écouter, chaque fois que je retombe dessus,je me dis que je devrais et puis, et puis...

    RépondreSupprimer
  8. @Frédéric : Marrant que tu parles aussi de "Wake Up" et de "Find the answer within" qui est sans doute ma chanson préférée du groupe...

    RépondreSupprimer
  9. Martin Carr n'a jamais été marié à Lydie Barbarian, mais à Hilda qui présentait les Black Sessions avec Lenoir dans les 90's.

    RépondreSupprimer
  10. Oups ! J'ai mélangé les noms... Je rectifie.
    Merci pour le tuyau.

    RépondreSupprimer
  11. Regretter les temps pré-internet ??
    Oui et Non. Je m'explique.
    Je suis nostalgique de la période où, pour se faire une discothèque "indie" et par la même une culture musicale, il fallait du temps, de la patience et de la ténacité. Cela se méritait. Idem les "Black session" enregistrés sur K7. Aujourd'hui, en quelques clics et quelques heures de téléchargement, quiconque peut se faire des disco entières d'artistes. Plus aucun effort !

    Par contre, je trouve génial cette démocratisation de la culture. On peut découvrir des artistes/groupes, voir des scènes musicales entières, via le net.
    Et le fait de pouvoir se créer son support de diffusion de sa passion, la musique ici, avec NOS blogs.....

    En conclusion, vu le temps que je passe sur le net (essentiellement sur les blogs) et les découvertes que j'y ais fait, je ne peux qu'approuver INTERNET !!!

    A + amigos......

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour à tous, il y a 8 mois, j'étais impatient de devenir membre et je voulais dire tant de personnes qui ne m'ont jamais montré le bon chemin. Il y a quelques mois, j'ai vu tant de personnes témoigner de la manière dont l'agent Patrick les a liées et elles sont devenues un membre à part entière de la fraternité. J'ai donc décidé de contacter M. Patrick qui m'a donné le bon lien pour devenir membre. J'ai suivi toutes les étapes et je suis aujourd'hui un fier membre de la confrérie d'Illuminate. Je veux donc que vous tous m'aidiez à dire un grand merci à l'agent Patrick. Si vous aspirez à devenir membre de la fraternité et que vous n'avez pas rencontré la bonne personne avant, je tiens à vous dire de contacter rapidement le bon agent Illuminate maintenant. il n'est personne d'autre que M. Patrick. la mission de la fraternité est maintenant d'éliminer la souffrance et les difficultés de la vie de tous. Donc, si vous êtes un homme / femme d'affaires, un artiste, un pasteur, une classe ouvrière, et voulez-vous la richesse, la gloire, la protection, une longue vie, la prospérité, appelez-le comme je l'ai maintenant, l'illuminat est prêt à vous aider réaliser vos rêves.contactez M. Patrick sur l'email illuminé: agentpatrick5@gmail.com vous pouvez WhatsApp lui via le numéro de portable +234(0)8055329159 et devenez un membre légitime, rejoignez-nous aujourd'hui et devenez riche, puissant, célèbre toute votre vie

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro