8 août 2011

Mes indispensables : Archie Bronson Outfit - Coconut (2010)

Ce blog est passé à l'heure d'été avec seulement un post en une semaine. Il faut dire que les nouveautés intéressantes ne sont pas légion en ce moment. Même si la rentrée s'annonce prometteuse avec pas mal de disques qui devraient trouver un écho ici-même (Future Islands pour ne citer qu'eux). En attendant, j'en profite donc pour clore le chapitre de mes indispensables avec le centième et dernier album sélectionné. Et pour finir en beauté, ce n'est pas forcément le meilleur (il ne faut pas exagérer non plus) mais le plus récent. Parmi les disques de 2010, "Coconut" n'était pourtant pas encore fin décembre celui qui se détachait le plus du lot.  Mais voilà, le dernier Archie Bronson Outfit a depuis fini par s'imposer et demeure celui qui m'a le plus marqué. Un signe sans doute qu'il ne restera pas comme une simple passade. Il faut dire que nous gardons maman et moi (surtout maman) des souvenirs indélébiles de leur prestation le 15 août dernier à Saint-Malo. Un an déjà et au passage pas de retour au Fort de Saint-Père cette année, la programmation ne m'a pour une fois pas transcendé. Les barbus anglais affublés de robes boubou avaient joué leur rock hypnotique mâtiné de percussions oppressantes, toutes guitares dehors. Difficile de rester insensibles. 
Parmi la liste pléthorique de nouvelles formations à sortir chaque année, chaque décennie, ceux-là ont assurément quelque chose en plus. Ils l'avaient déjà prouvé sur leur précédent et excellent "Derdang Derdang", quoiqu'un peu brut de décoffrage. Avec "Coconut", leur palette s'est enrichie et ils résument mine de rien, à leur manière, 50 ans de rock. Leur maelström sonore est blues (l'extatique "Magnetic Warriors"), punk (le terrifiant "Wild Strawberries"), pop (le langoureux "Hunt You Down"), new-wave (le génial "Shark's Tooth", même Lulu n'y résiste pas)... Bref, il y a tout ce qu'on pourrait attendre d'un disque de rock. Indispensable, donc...

Clip de "Magnetic Warrior" :

Clip de "Shark's Tooth" :

Clip de "Hoola" :

Clip de "Wild Strawberries" :

Clip de "Bite It And Believe It" :

2 commentaires:

  1. Bof, le seul album d'ABO vraiment... dispensable (à mon humble avis). Je n'ai pas du tout adhéré au virage pris par le groupe sur ce disque (à l'exception notable de "Shark's Tooth") Par contre, OUI : sur scène, ABO assure (niveau musical et sonore, j'entends ! Non, parce que visuellement, les boubous... aïe !)

    P.S. : m'ouais, pas exceptionnelle la prog de la 21e RDR à part l'affiche 100% dark folk @ Palais, le dimanche après-midi (c'est comme si c'était moi qui l'avais faite...) Chelsea Wolfe + Josh T. Pearson ! Les préventes n'ont pas suivi hélas, résultat : les organisateurs lancent l'opération "une place achetée, une autre offerte" [manque juste la corde pour se pendre après... ;-)]

    RépondreSupprimer
  2. Avis diamétralement opposé pour moi: le seul disque d'ABO vraiment réussi, le seul qui décolle, qui lève les pieds de la terre bien lourde qui leur collait au bottes. Le groupe est passé de Lascaux au cinéma en 3D.

    RépondreSupprimer