Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Archie Bronson Outfit - Coconut (2010)

Ce blog est passé à l'heure d'été avec seulement un post en une semaine. Il faut dire que les nouveautés intéressantes ne sont pas légion en ce moment. Même si la rentrée s'annonce prometteuse avec pas mal de disques qui devraient trouver un écho ici-même (Future Islands pour ne citer qu'eux). En attendant, j'en profite donc pour clore le chapitre de mes indispensables avec le centième et dernier album sélectionné. Et pour finir en beauté, ce n'est pas forcément le meilleur (il ne faut pas exagérer non plus) mais le plus récent. Parmi les disques de 2010, "Coconut" n'était pourtant pas encore fin décembre celui qui se détachait le plus du lot.  Mais voilà, le dernier Archie Bronson Outfit a depuis fini par s'imposer et demeure celui qui m'a le plus marqué. Un signe sans doute qu'il ne restera pas comme une simple passade. Il faut dire que nous gardons maman et moi (surtout maman) des souvenirs indélébiles de leur prestation le 15 août dernier à Saint-Malo. Un an déjà et au passage pas de retour au Fort de Saint-Père cette année, la programmation ne m'a pour une fois pas transcendé. Les barbus anglais affublés de robes boubou avaient joué leur rock hypnotique mâtiné de percussions oppressantes, toutes guitares dehors. Difficile de rester insensibles. 
Parmi la liste pléthorique de nouvelles formations à sortir chaque année, chaque décennie, ceux-là ont assurément quelque chose en plus. Ils l'avaient déjà prouvé sur leur précédent et excellent "Derdang Derdang", quoiqu'un peu brut de décoffrage. Avec "Coconut", leur palette s'est enrichie et ils résument mine de rien, à leur manière, 50 ans de rock. Leur maelström sonore est blues (l'extatique "Magnetic Warriors"), punk (le terrifiant "Wild Strawberries"), pop (le langoureux "Hunt You Down"), new-wave (le génial "Shark's Tooth", même Lulu n'y résiste pas)... Bref, il y a tout ce qu'on pourrait attendre d'un disque de rock. Indispensable, donc...

Clip de "Magnetic Warrior" :

Clip de "Shark's Tooth" :

Clip de "Hoola" :

Clip de "Wild Strawberries" :

Clip de "Bite It And Believe It" :

Commentaires

  1. Bof, le seul album d'ABO vraiment... dispensable (à mon humble avis). Je n'ai pas du tout adhéré au virage pris par le groupe sur ce disque (à l'exception notable de "Shark's Tooth") Par contre, OUI : sur scène, ABO assure (niveau musical et sonore, j'entends ! Non, parce que visuellement, les boubous... aïe !)

    P.S. : m'ouais, pas exceptionnelle la prog de la 21e RDR à part l'affiche 100% dark folk @ Palais, le dimanche après-midi (c'est comme si c'était moi qui l'avais faite...) Chelsea Wolfe + Josh T. Pearson ! Les préventes n'ont pas suivi hélas, résultat : les organisateurs lancent l'opération "une place achetée, une autre offerte" [manque juste la corde pour se pendre après... ;-)]

    RépondreSupprimer
  2. Avis diamétralement opposé pour moi: le seul disque d'ABO vraiment réussi, le seul qui décolle, qui lève les pieds de la terre bien lourde qui leur collait au bottes. Le groupe est passé de Lascaux au cinéma en 3D.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…

Kishi Bashi - Omoiyari

"Omoiyari" est un équivalent japonais d'empathie. Kaoru Ishibashi alias Kishi Bashi, est un américain d'origine japonaise. Comme beaucoup, l'arrivée au pouvoir de Donald Trump l'a fait réfléchir sur l'avenir de son pays en se remémorant son passé. Notamment celui particulièrement sanglant entre ses deux patries, celle de ses parents et la sienne. Celui de l'été 1942 ("Summer of 42") par exemple, peu de temps après l'attaque japonaise de Pearl Harbor et avant la riposte américaine qui culminera avec les bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Cette Histoire tragique qu'on voudrait tous oublier mais qui refait irrémédiablement surface quand on retrouve, à la tête des états, des personnes qui ont su gagner par la haine de l'autre, en voulant construire des murs par exemple. Un peu d'empathie, voilà ce dont le monde a besoin. Les oiseaux de la pochette sont à l'image de nous autres, humains, des êtres variés et fragiles.…