Accéder au contenu principal

Top Albums 2011

Puisque c'est la mode du moment, je cède moi aussi, une fois de plus, à la tentation de publier mon top albums de l'année. Comme les années précédentes, il n'y aura que 10 disques pour 10 univers différents à découvrir ou redécouvrir. 

10 - Michel Cloup (duo) - Notre Silence
Le chanteur de Diabologum a connu la triste expérience du deuil. Il publie sur le sujet, un album solo exigeant, poignant, tout en colère rentrée, la guitare plus affûtée que jamais, avec le minimum d'effets. Une très bonne nouvelle pour le rock par ici. Pour le rock en général.


9- Connan Mockasin - Forever Dolphin Love

Un drôle d'elfe néo-zélandais débarque avec un univers décalé à nul autre pareil et semble inventer la pop du troisième millénaire. Planant à souhait.



8- Atlas Sound - Parallax
Bradford Cox est décidément très fort pour produire des albums à double détente, de ceux qui paraissent à première écoute anodins et qui deviennent au fil du temps les plus addictifs. "Parallax" est le disque idéal de l'hiver, pour se lover bien au chaud sous la couette. Cotonneux à souhait.


7 - My Brightest Diamond - All Things Will Unwind
En voilà une (avec la française Camille) à qui la maternité sied très bien, le nouvel album de My Brightest Diamond est encore plus réussi que les précédents, gagnant en mélodies divines. Preuve est faite que les gens heureux ont aussi quelque chose à raconter.


6 - Crystal Stilts - In Love With Oblivion
Ces américains n'ont toujours pas compris que le revival Joy Division était passé de mode. Interpol et autres Editors ont déjà lassé. Mais les Crystal Stilts ont quelque chose en plus : un psychédélisme noir qui n'est pas sans rappeler les meilleures heures des Doors, et surtout une guitare supérieure...


5- PJ Harvey - Let England Shake
Avec "Let England Shake", PJ Harvey signe son disque le plus consensuel depuis un bail ("Stories From The City, Stories From The Sea"). Donc, dans une veine classique et avec une unanimité quasi générale, l'un des grands albums rock de l'année.



4- John Maus - We Must Become The Pitiless Censors Of Ourselves
Un américain complètement allumé (surtout sur scène) joue une musique ovni, savant mélange de kitsch italo-disco, de new wave gothique, le tout saupoudré d'une voix rappelant parfois celle des chanteurs chevelus de heavy metal. Brillant et déroutant.



3- The Leisure Society - Into The Murky Water
Les anglais sont toujours premiers au monde concernant la pop. The Leisure Society remplace au pied levé avec ce précieux "Into The Murky Water", qui Belle & Sebastian en manque d'inspiration, qui Sufjan Stevens en pleine crise mégalomaniaque. Léger, modeste et magnifiques arrangements qui vont avec.


2- WU LYF - Go Tell Fire To The Mountain
Manchester revient en force sur la carte du rock avec les garnements anglais de WU LYF. Passés leur pseudo message politique de rébellion et leurs attitudes de petites frappes, reste une musique allumée et emballante. Pour crier à tue-tête sous les étoiles.


1- Baxter Dury - Happy Soup
L'un des meilleurs songwriters anglais de sa génération est de retour après plusieurs années d'absence. Son "Happy Soup" est une formidable mixture remplie de mélodies pop à la cool, imparables, dans l'esprit du légendaire "Sunday Morning" du Velvet Underground. Le nouvel album du dandy à l'accent cockney et accessoirement "fils de" est mon disque de 2011.

Commentaires

  1. Faut vraiment que j'écoute Connan Mockasin. Il faut.
    Et j'arrive pas à savoir pour le Michel Cloup.

    Par contre, My Brightest Diamond... Je ne comprends pas qu'elle n'ait pas tellement percé et que l'imbuvable St Vincent ait réussi. Va comprendre Charles.

    (par contre, le Leisure Society, c'est pas 2010?)

    RépondreSupprimer
  2. Oui, écoute le Connan Mockasin (qui est de 2010, mais sorti en France en 2011)...
    Pour My Brightest Diamond et St Vincent, bien d'accord avec toi, il n'y a pas photo entre les deux.
    Enfin, le Leisure Society, non, celui-là est bien de 2011.

    RépondreSupprimer
  3. un vieux apap comme toi qui a craqué pour WU LYF ! t'as encore de beaux restes de jeunesse finalement ;-) Bon, je te rajoute aux autres tops sur HOP Blog !
    Quant au Twist, qu'il mesure ses propos sur ma copine St Vincent !! ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Pas mal d'albums que je connais pas (Michel Cloup, My Brightest Diamond, Crystal Stilts) d'autres que je n'ai pas encore écouté (Connan Mockasin, Atlas Sound, Joh Maus)... Hâte d'écouter ça.

    RépondreSupprimer
  5. @Benoit : Oh, vieux, pas encore (j'espère) ! Oui, c'est vrai que WU LYF est un groupe de djeuns. Mais, c'est vraiment par goût, pas pour faire jeune justement ;) Sinon, merci pour le lien. A quand celui de HOP Blog ?
    @Pinkfrenetik : Tant mieux si ça peut faire découvrir un peu de (bonne) musique. J'espère que tu vas apprécier comme moi.

    RépondreSupprimer
  6. je pense mettre le mien en ligne demain ou vendredi au plus tard.

    RépondreSupprimer
  7. Un beau mélange entre mon futur best-of et mon worst-of que je ne ferai pas (mais tu trouveras tout seul les disques de chaque catégorie ;-).

    RépondreSupprimer
  8. Joli choix qui te ressemble et ouf, y a pas Anna Calvi! :)
    Blague à part, y en a quand même 6 qui sont aussi chez moi (bon c'est un top 50, mais quand même). Et d'accord avec Twist, My Brightest Diamond est un bijou qui porte bien son nom, désolé Benoit :)

    Quant au worst-of évoqué par Erwan, j'en ai pas fait non plus, dire du mal ça n'avance à rien finalement.

    RépondreSupprimer
  9. @Erwan : Oui, je crois deviner pour quelques disques...
    @Blake : Tu as raison, ne parlons pas des choses qui fâchent (Wu LYF ?), c'est bientôt Noël ;)

    RépondreSupprimer
  10. OUI, c'est MOI "Super Rabat-joie" qui ai cliqué sur "bof" ! Désolé de casser ainsi l'ambiance, mais rien dans cette sélection n'a suscité chez moi un enthousiasme débordant... (Pourtant j'avais bien aimé M.Cloup, en live) Mais, il y encore quelques albums que je n'ai pas encore écoutés. A suivre donc...

    RépondreSupprimer
  11. @J-P. : Bien, j'espère que tu trouveras ton compte dans ce que tu connais pas encore ! Mais te connaissant, j'en doute ;) ça doit pas être facile de te trouver un cadeau de Noël qui te fasse plaisir monsieur "Super Rabat-joie" !

    RépondreSupprimer
  12. Hello.
    Sympa ton top, très Indie Pop/Rock. 5 disques que j'ai et écoute sur 10, pas mal.
    Pour moi aussi, l'album POP de l'année est le superbe chef d'oeuvre de Baxter Dury "Happy Soup". Connan Mockasin : Il faut vraiment que j'écoute à force de lire ce nom partout dans les tops !!!

    A + et bonnes fêtes

    RépondreSupprimer
  13. @Francky : Merci et bonnes fêtes à toi aussi !

    RépondreSupprimer
  14. C'est marrant, il y a deux albums en commun avec mon top 30... et ce sont tes deux derniers. Sans parler du Wu Lyf dont l'engouement m'échappe complètement, c'est le cas de Baxter Dury qui me laisse plus perplexe. Je n'ai étonnement pas réussi à accrocher alors que le single Claire était un petit coup de coeur. Mais l'album, je ne sais pas vraiment pourquoi,je n'y arrive pas.
    Sinon le Cristal Stlits n'était pas loin des places d'honneur chez moi, et aurait eu sa place dans un top 50. Il faudrait également que j'écoute le My Brightest Diamond. J'avais beaucoup aimé les précédents.
    Bonne année à toi en tout cas !

    RépondreSupprimer
  15. Une bonne surprise en 2011 : le premier album des Vaccines, "What did you expect from the Vaccines ?" Sympa et efficace de bout en bout !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Kishi Bashi - Omoiyari

"Omoiyari" est un équivalent japonais d'empathie. Kaoru Ishibashi alias Kishi Bashi, est un américain d'origine japonaise. Comme beaucoup, l'arrivée au pouvoir de Donald Trump l'a fait réfléchir sur l'avenir de son pays en se remémorant son passé. Notamment celui particulièrement sanglant entre ses deux patries, celle de ses parents et la sienne. Celui de l'été 1942 ("Summer of 42") par exemple, peu de temps après l'attaque japonaise de Pearl Harbor et avant la riposte américaine qui culminera avec les bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Cette Histoire tragique qu'on voudrait tous oublier mais qui refait irrémédiablement surface quand on retrouve, à la tête des états, des personnes qui ont su gagner par la haine de l'autre, en voulant construire des murs par exemple. Un peu d'empathie, voilà ce dont le monde a besoin. Les oiseaux de la pochette sont à l'image de nous autres, humains, des êtres variés et fragiles.…