Accéder au contenu principal

WU LYF - Go Tell Fire To The Mountain

C'est un évènement : Manchester refait parler d'elle sur la scène rock. Et l'on se reprend subitement à croire avec ces jeunes garnements de WU LYF (énigmatiques initiales de World Unite Lucifer Young Foundation) à un nouveau mouvement musical venu nous réveiller de la torpeur actuelle, à l'image de la période Stone Roses / Happy Mondays de la fin des années 80 où la scène locale avait réussi à mélanger habilement la dance music et les mélodies pop so british. Ces petits bleus font déjà parler d'eux depuis de nombreux mois, d'abord par le biais d'un marketing savamment orchestré privilégiant le mystère, mais aussi surtout par leur musique hors norme mariant les Mondays justement, pour le groove aux rythmes tribaux et mystiques de Animal Collective, le tout supporté par des chants braillards dignes de stades de foot. Bref, c'est peu dire que ce premier album, "Go Tell Fire To The Mountain", était particulièrement attendu des amateurs de nouveaux sons.
S'il ne tient pas toutes ses promesses à la première écoute et aurait même tendance à lasser, car les morceaux se suivent et se ressemblent beaucoup, il parait étrangement résister à l'épreuve des écoutes répétées, distillant une folie qui, si elle reste maîtrisée, n'en demeure pas moins communicative. Et nous vient alors l'envie irrésistible, comme il y a plus de vingt ans, de danser en agitant stupidement les bras en l'air, de hurler à la lune, la tête dans les étoiles. L'incroyable effet Madchester est de retour... Une nouvelle révolution est bel et bien en marche.

Clip de "LYF" :
Clip de "Dirt" :

Clip de "Spitting Blood" :


Commentaires

  1. Un peu trop de buzz autour du groupe ! Merde de Caribou ! Manchester m'avait habitué à mieux !
    Gangan de Gangan sur le web

    RépondreSupprimer
  2. Beaucoup de buzz, c'est vrai, mais ici, c'est assez mérité... Je crois que ceux-là passeront facilement l'été.

    RépondreSupprimer
  3. Manchester certes, mais ça n'en a que le nom car au niveau du son ça serait plutôt le post-rock tendance Constellation, avec Tom Waits au chant... sauf que les deux références citées c'est globalement et nettement plus intéressant que cette nouvelle curiosité qui pour moi n'en est pas vraiment une... le débat est lancé ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Oui, le débat est lancé et je me doutais bien qu'ils n'allaient pas faire l'unanimité. Un peu à l'image d'Anna Calvi en début d'année...mais dans les deux cas, j'assume complètement ;) Quant à l'influence du post-rock et de Tom Waits, elle ne me saute pas aux yeux. Car c'est plus mélodique (mais moins inventif ?) que le premier, et plus pêchu (et moins bien chanté) que le deuxième.

    RépondreSupprimer
  5. "les morceaux se suivent et se ressemblent beaucoup"
    C'est le moins qu'on puisse dire, la même batterie assourdissante, les mêmes guitares bordéliques, le même orgue pour napper dans le fond.
    J'ai rarement écouté un disque aussi pénible. Et le chanteur faut faire quelque chose là, c'est pas possible... (je propose l'ablation des cordes vocales)(ou changer de chanteur si la première proposition paraît trop radicale ^^)

    RépondreSupprimer
  6. Top là, Erwan "disque pénible", pour le moins ! Je n'ai rien pour un peu de nouveauté, mais est-ce vraiment novateur ces ébauches de chansons débordant d'orgue et de braillements plutôt laids et surtout ... pénibles ?
    Plus post-rock, voire fusion très années 90 que la révolution sonore qu'on veut nous vendre. Mais bon, serais-je un vilain conventionnel ?
    Ou alors c'est une question de différence d'école (du rock!)qu'on aurait fréquenté plus jeune ? Amicalement :-)

    RépondreSupprimer
  7. J'suis assez d'accord avec Vincent, j'ai du mal à voir d'où sortent toutes les comparaisons qu'on fait sur ce groupe... Car s'il y a bien une chose qu'on ne peut pas leur reprocher, c'est de faire de la musique déjà entendue.
    Après je conçois parfaitement que l'on trouve la formule ennuyeuse voire pénible.

    @Blake: Je rebondis sur ta remarque parce que j'ai l'occasion, mais c'est quelque chose qui me surprend beaucoup: qui cherche à vendre une révolution sonore ? Franchement, je trouve le buzz qui les entoure beaucoup moins énervant que d'autres... On en parle plus pour le mystère qui les entoure que pour une quelconque révolution sonore (on signale simplement une belle énergie en live). Je trouve ça dommage qu'ils se fassent régulièrement tacler pour un buzz qui ne concerne pas l'album.

    RépondreSupprimer
  8. Ah merci Joris d'aller un peu dans mon sens :) Mais buzz ou pas buzz, opération marketing ou pas, je m'en fous un peu. Ce qui importe, c'est l'effet que me procure ce qui passe entre mes oreilles et après plusieurs écoutes, je trouve toujours que "We Bros", par exemple, une put... de chanson. Après différence d'école non, différence de sensibilité sans doute, car je conçois évidemment qu'on puisse trouver cela pénible à écouter, surtout quand on est fan de folk ;)

    RépondreSupprimer
  9. @joris : je t'accorde que j'ai peut-être un peu mélangé leur démarche soi-disant "radicale" avec de la "nouveauté"( que je dois inconsciemment chercher). Donc, du nouveau point, et du plaisir dans mon cas, non plus... Donc on est O.K!

    @vincent : bon, après "Mr Années 80", me voici Mr Folk, pourquoi pas, au moins, ça changera :-)
    Quant à "We Bros", tu fais bien d'en parler : cet aspect african pop festif plus digeste, ça sort direct des Local Natives/Fool's Gold/Vampire Weekend version plus brute, mais je donne sans hésiter tout le WU LYF pour un seul "Surprise Hotel" des Fool's Gold ou "World News" des Local Natives ;-)

    RépondreSupprimer
  10. @Blake : Ce que tu leur reproches, c'est justement ce qui me plait chez WU LYF : le son brut, le côté non fini et braillard, l'esprit punk en quelque sorte ! Pour "Mr Folk", je faisais plus référence à un autre blogueur qui se reconnaîtra sûrement ;-)

    RépondreSupprimer
  11. 200% d'accord avec... "Mr Folk" (Erwan) et "M. Années 80" (Blake) Signé : "M. Trop sérieux" ;-)

    RépondreSupprimer
  12. Dis moi Vincent, tout d'abord desole de ne pas participer a la polemique, ca me semble un peu vain...Ma question est plus technique, tu as du comprendre que j'ai un record store aux US, saurais tu comment trouver leur album en vinyl, je seche depuis une semaine...Gwen.

    RépondreSupprimer
  13. Merci, oui c'est aussi l'info que j'avais...Mais pas de distrib. ici aupres des diquaires independants, ce qui est plutot frustrant mais j'imagine que c'est un peu voulu.Je crois qu'ils viennent jouer a NY bientot; d'ici la, les choses se seront sans aucun doute normalisees (quoi qu'ils veulent maitriser, ils rentreront malgre tout dans le systeme/Debord ou pas, on en a vu d'autres...). Gwen.

    RépondreSupprimer
  14. Si on cherche des comparaisons, le début de spitting blood, le son de guitare, les choeurs, pour moi c'est très proche du 1er MGMT, après évidemment ce n'est plus la même chose. J'aime assez, ça m'a l'air très frais tout ça :)Et rapidement addictif aussi !

    RépondreSupprimer
  15. Le côté brouillon, spontané, est en effet très intéressant, c'est ce qui fait leur charme ! Un peu par esprit de contradiction mais surtout par goût, je vais mettre le "excellent" qui manque ici :)

    RépondreSupprimer
  16. Aux derniers anonymes : La ressemblance avec le premier MGMT ne m'a pas frappé, mais merci ça fait quand même plaisir de ne pas être le seul ici à apprécier la musique de ce groupe ;-)

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Monochrome Set - Fabula Mendax

Le Monochrome Set existe depuis bientôt 40 ans. Il a connu une période faste à ses débuts, à l'orée des années 70 et 80, durant laquelle le groupe inventait une pop à nulle autre pareille, bien éloignée du mouvement post-punk alors en plein essor ou de la new-wave balbutiante. La formation menée par Ganesh Seshadri, alias Bid, un soit-disant authentique prince indien, est à l'origine de beaucoup de vocations, notamment Morrissey ou Edwyn Collins. Le groupe arrivé trop tôt, reviendra trop tard dans les années 90, à l'heure de la brit-pop. Leurs mélodies précieuses et délicates n'avaient pas grand chose à voir avec le rock direct et un peu simplet de Oasis et consorts. Puis, il y a eu une nouvelle reformation à la fin des années 2000, après 10 nouvelles années de disette. Celle-ci ne semblait plus rien vouloir du tout, ne surfant pas avec une quelconque mode par essence éphémère. On sait déjà que le succès n'arrivera jamais, d'autant que la formation londonienne…

Temples - Hot Motion

Si le rock était encore à la mode, les anglais de Temples pourraient assurément emporter la mise, renvoyant les australiens de Tame Impala dans leur 22, avec ce "Hot Motion", troisième album encore plus direct et calibré que les précédents. Après avoir (un peu) délaissé les guitares pour les claviers, le temps de "Volcano", ils reviennent à un style plus "classique" et proche de leur premier essai, l'excellent "Sun Structures". C'est toujours la même recette : des mélodies accrocheuses dans la plus pure tradition anglaise, relevées par des arrangements très psychédéliques avec un bon gros son qui claque. Si on flirte parfois avec la facilité, comme sur "The Howl", ces jeunes anglais chics et très (trop?) stylés arrivent toujours à faire passer la pilule avec un petit changement de direction imprévu.  Car si le chemin d'ensemble est bien balisé, le groupe s'autorise de légères sorties de route qui font que ce "Hot …

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…