Accéder au contenu principal

2012 : quelques disques oubliés...

Une semaine et quelques heures d'écoute plus tard, il est temps de vous faire un bref résumé de vos propositions de disques pour 2012 et de ce que j'en ai retenu. Tout d'abord, merci à tous ceux qui ont bien voulu me faire part de leurs découvertes musicales de l'année. Le choix était, mine de rien, conséquent, même si je connaissais déjà beaucoup de choses parmi les listes en commentaire de mon post. J'en ai gardé, comme l'année dernière, que 10. En toute subjectivité. Par manque de temps, de place et d'envie aussi peut-être.

Pour commencer, les américains de Lost In The Trees qui, pour moi, étaient inconnus au bataillon. L'un d'entre vous place leur "A Church That Fits Our Needs" comme son disque de l'année, haut la main. C'est effectivement excellent, même si un poil trop précieux à mon goût.
Autre disque en tête d'un de vos tops, celui de Lawrence Hayward, alias Felt, Denim et depuis déjà de nombreuses années maintenant, Go-Kart Mozart. On retrouve son goût pour la pop régressive et très premier degré. De celle qui privilégie la mélodie avant tout. Et tant pis si le kitsch n'est jamais très loin. Et si finalement, ce n'était pas une façon comme une autre, de ne jamais être démodé. 

Autre chanteur qui roule sa bosse depuis un moment déjà, Mark Lanegan, et autre album positionné tout en haut des préférés de 2012 par un autre papa, liste envoyée par mail cette fois - il se reconnaîtra. Son "Blues Funeral"est comme son nom l'indique un disque de blues. Et quand il est aussi sombre et habité que sur "The Gravedigger's Song", je ne peux qu'adhérer.

Une de mes plus belles découvertes de votre sélection sont assurément les canadiens de Hooded Fang dont le "Tosta Mista" sorti chez nous cette année, date déjà de 2011. Leur musique est une drôle de pop sans âge, qui ne ressemble pourtant à rien de vraiment connu. Hormis peut-être à ces artistes apatrides tels un Daniel Johnston.

Des Australiens font (très bien) du Beatles versant psychédélique. On croirait entendre régulièrement la réincarnation de John Lennon sur le "Lonerism" des Tame Impala qui est déjà le disque de l'année pour le magazine anglais du NME.

Mais l'époque est aussi au revival des années 80. Le reste de cette sélection rappelle plus ou moins fortement cette période. Comme avec l'inévitable Lescop, clone moderne d'Etienne Daho et de Daniel Darc. C'est du réchauffé mais bien fichu comme son tube "La Forêt", en référence évidente au titre des Cure.
NCZA/Lines du nom des fameuses lignes de Nazca au Pérou est un ami de Metronomy et sa musique est dans la même veine, en plus lancinante comme sur ce "Compass Points", belle tentative pour brouiller les repères de la pop à papa. L'essai n'est pas forcément concluant sur la longueur d'un album.

D'autres anglais plus connus maintenant. Hot Chip, dont le single annonciateur de l'album, "Flutes" était plus que prometteur. Malheureusement, à quelques rares exceptions près, leur disque m'a déçu. N'est pas New Order qui veut.

Enfin, les américains aussi apprécient ce genre de musique. New Order et les Smiths ont fait des adeptes chez Wild Nothing, dont j'avais parlé à l'occasion de leur premier disque. Le nouveau est toujours aussi bien, même s'il a désormais un parfum de déjà entendu.
Enfin, last but not least, les excellents américains de Chromatics, qui comme Tame Impala squattent la plupart des tops de fin d'année avec "Kill For Love" (1er chez Magic). Tout ça pour un disque seulement à moitié réussi. Toute la deuxième partie est malheureusement plus que dispensable. Restent des chansons au potentiel évident comme le titre éponyme.

Commentaires

  1. complétement d'accord sur le Chromatics, que je suis surpris de retrouver si haut dans pas mal de tops dont celui de Magic!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …

Drugdealer - Raw Honey

Weyes Blood encore et toujours. On la retrouve cette fois en compagnie du groupe Drugdealer - elle était déjà là sur le premier album du groupe, "The end of the comedy" - pour le très beau "Honey", bien dans l'esprit de ce qu'elle fait en solo. Il faut dire que la musique de Drugdealer est très proche de celle de Weyes Blood, c'est-à-dire douce, mélodique, admirablement désuète et kitsch (l'école californienne de Ariel Pink et consorts). En plus de l'évidente influence des Beatles("If you don't know now, you never will") , "Raw Honey" flirte même avec le jazz-rock FM des années 70. "Fools" ressemble par exemple à du Steely Dan.  Sauf que c'est toujours fait de manière décontractée, sans démonstration de virtuosité. Il faut dire que Michael Collins, l'auteur-compositeur de Drugdealer n'est arrivé à la musique qu'il y a dix ans seulement, en autodidacte. Voilà donc un agréable disque de saison, à …