Accéder au contenu principal

Disco 2012...


Les traditionnels top chansons et albums étant maintenant terminés, il est grand temps de tirer un trait définitif sur cette année 2012. Je ne vais pas vous le cacher, mais musicalement, 2012 m'a déçu. Pas de grands disques à signaler, c'est-à-dire des trucs que je me remettrais régulièrement entre les oreilles dans les prochaines années. A moins que... Quelques chansons excellentes voire parfaites, quand même. Normal, vous me direz à l'heure du règne absolu de la musique virtualisée et du zapping. L'objet disque a tendance à ne plus intéresser personne. Sauf quelques chevaliers d'arrière-garde (comme moi ?) car, paradoxalement, le vinyle regagne du terrain. Mon disque de l'année ("Take The Kids Off Broadway" de Foxygen) n'est d'ailleurs sorti que dans ce seul format physique. Restent les concerts et celui dont je garderai haut la main, le meilleur souvenir, celui de la reformation de Pulp, à l'Olympia, pour le festival des Inrocks. Un moment unique, hors du temps. Un nouveau titre du groupe, "After You" est d'ailleurs disponible (merci I Left Without My Hat, pour l'info) et produit par le formidable James Murphy (monsieur ex-LCD Soundsystem pour les novices). Et l'on se prend à croire à une telle collaboration pour tout un nouveau disque...Qui sait ? 

Sinon, j'ai forcément retenu la tournée de Dominique A, celle avec quintet à vents où il rejouait en première partie son disque d'il y a 20 ans, l'inoubliable "Fossette". Barbara Carlotti aussi, qui jouait un concert privé au Café de la Danse le jour du fameux débat du second tour de la présidentielle mais surtout le jour de la naissance de mon fils, Ferdinand. Des souvenirs, évidemment. Et si je devais en sélectionner encore un autre : Foxygen à la Mécanique Ondulatoire. Pour le lieu, l'ambiance et la naissance d'un grand groupe. Assurément. Et vous, quels sont vos concerts marquants de l'année ? Dans tous les cas, je vous souhaite un très bon réveillon et vous dis déjà à l'année prochaine pour encore plus de bonne musique (si, si, parce que j'ai déjà écouté quelques trucs de 2013 et je peux vous dire qu'il y a du très très bon). A très vite...

Commentaires

  1. Concerts de l'année pour moi : Dominique A également, à Rennes, Jeff Mangum et Wilco à Primavera, Grandadddy à RES, Planetarium de Sufjan/Muhly/Dessner à Pleyel.

    RépondreSupprimer
  2. Concerts les plus marquants à DIJON, cette année :
    - AND ALSO THE TREES (Festival Kill Your Pop) ;
    - PINS / AU PALAIS / ISAAC DELUSION (Festival Novosonic) ;
    - Cody CHESNUTT (Festival GéNéRiQ).

    + deux concerts intimistes en appart géniaux : HOUSE OF WOLVES / BRNS.

    P.S. : Bonne année Vincent, Erwan & Cie. ;)

    RépondreSupprimer
  3. @Erwan : je vois que grâce à Dominique A, tu n'écoutes plus seulement que du folk ;-) Jeff Mangum, j'aurais bien aimé y être. Et puis, Sufjan aussi en fait...
    @JP : Toujours des goûts aussi pointus à ce que je vois...Pour ma part, il va d'abord falloir que j'écoute les disques avant d'aller voir tous ces groupes en concert. Pour les concerts en appart', tu organises des soirées chez toi ??? Sinon, bonne année aussi !!!

    RépondreSupprimer
  4. @ Vincent : goûts "pointus" ? Non, c'est juste qu'on a la chance ici d'avoir TROIS festivals défricheurs de nouveaux talents et une super asso indé qui organise plein de "petits" concerts pas chers dans des divers lieux (parfois insolites... mais jamais chez moi !) ;) Moi aussi, j'écoute toujours plusieurs titres sur le Net AVANT d'assister (ou pas...) aux lives.

    RépondreSupprimer
  5. Putain qu'il est bon le nouveau titre de Pulp, merci pour l'info... Pas eu l'occaz de voire le groupe sur scène. Par contre j'ai vu Jarvis en solo (époque second album), c'était grand!

    RépondreSupprimer
  6. The Crossing de Menahan Street Band, le voila le grand disque de l'année! ;)
    Merci pour ton blog et les découvertes que j'ai pu y faire en tout cas et bonne année à toi.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …

Drugdealer - Raw Honey

Weyes Blood encore et toujours. On la retrouve cette fois en compagnie du groupe Drugdealer - elle était déjà là sur le premier album du groupe, "The end of the comedy" - pour le très beau "Honey", bien dans l'esprit de ce qu'elle fait en solo. Il faut dire que la musique de Drugdealer est très proche de celle de Weyes Blood, c'est-à-dire douce, mélodique, admirablement désuète et kitsch (l'école californienne de Ariel Pink et consorts). En plus de l'évidente influence des Beatles("If you don't know now, you never will") , "Raw Honey" flirte même avec le jazz-rock FM des années 70. "Fools" ressemble par exemple à du Steely Dan.  Sauf que c'est toujours fait de manière décontractée, sans démonstration de virtuosité. Il faut dire que Michael Collins, l'auteur-compositeur de Drugdealer n'est arrivé à la musique qu'il y a dix ans seulement, en autodidacte. Voilà donc un agréable disque de saison, à …