Accéder au contenu principal

Noel Harrison - The Windmills Of Your Mind (1968)

Il est des classiques, comme cela, que l'on arrive encore à (re)découvrir au travers d'une reprise. Pour "The Windmills Of Your Mind" composé par Michel Legrand, ce fut par le biais de celle des Parenthetical Girls, sur leur excellent disque "Entanglements" qui était dans mon top 2008 - et oui, ce blog a bientôt 4 ans ! Il faut dire qu'il y a eu tellement de  versions différentes de la chanson qu'au final, elle ne semble appartenir à personne et donc par voie de conséquence, être l'oeuvre de tout un chacun. La première mouture, en anglais dans le texte, a servi à l'époque de bande originale au film "L'affaire Thomas Crown" dans lequel on retrouvait le couple légendaire Faye Dunaway et Steve McQueen et a même obtenu un oscar. C'est l'inconnu Noel Harrison - rien à voir avec Georges - qui en était l'interprète. Il y aura très rapidement une version française, "Les moulins de mon coeur". Si les chanteurs et chanteuses se sont succédés pour reprendre le morceau, son compositeur, plus encore que ses différents auteurs, est le seul qui y reste véritablement associé. Car, d'une reconnaissance hexagonale avec entre autres les comédies musicales de Jacques Demy, Legrand - l'oncle de Victoria, chanteuse de Beach House - acquiert alors une renommée internationale. Il est actuellement en tournée avec la chanteuse lyrique Nathalie Dessay pour y revisiter l'essentiel de son travail pour le cinéma. Chose rare finalement dans l'histoire de la musique moderne, qui privilégie bien souvent le chant et la performance vocale - il suffit de voir le succès des émissions de télé-réalité type "Star Academy" ou "Nouvelle Star" ou même encore celui du film "Les Choristes" - au détriment de la qualité musicale, la vraie "star" de "The Windmills Of Your Mind" est Michel Legrand. Rien que pour ça, il justifie aisément son patronyme.

Round like a circle in a spiral
Like a wheel within a wheel
Never ending on beginning
On an ever-spinning reel
Like a snowball down a mountain
Or a carnival balloon
Like a carousel that's turning
Running rings around the moon
Like a clock whose hands are sweeping
Past the minutes on its face
And the world is like an apple
Whirling silently in space
Like the circles that you find
In the windmills of your mind

Like a tunnel that you follow
To a tunnel of its own
Down a hollow to a cavern
Where the sun has never shone
Like a door that keeps revolving
In a half-forgotten dream
Or the ripples from a pebble
Someone tosses in a stream
Like a clock whose hands are sweeping
Past the minutes on its face
And the world is like an apple
Whirling silently in space
Like the circles that you find
In the windmills of your mind


Keys that jingle in your pocket
Words that jangle in your head
Why did summer go so quickly?
Was it something that I said?
Lovers walk along a shore
And leave their footprints in the sand
Was the sound of distant drumming
Just the fingers of your hand?
Pictures hanging in a hallway
Or the fragment of a song
Half-remembered names and faces
But to whom do they belong?
When you knew that it was over
Were you suddenly aware
That the autumn leaves were turning
To the color of her hair?

Like a circle in a spiral
Like a wheel within a wheel
Never ending or beginning
On an ever-spinning reel
As the images unwind
Like the circles that you find
In the windmills of your mind

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …

Rustin Man - Drift Code

On avait presque oublié son nom sur le disque, le premier et toujours seul - mais plus pour longtemps - album de Beth Gibbons en congés de Portishead. Rustin Man, alias Paul Webb, est un homme de l'ombre. Ce "Drift Code" pourrait le faire entrer pour de bon dans la lumière. Puisque, pour une fois, il apparaît seul au générique, jouant enfin le premier rôle, après avoir aussi été confiné derrière Mark Hollis au sein de Talk Talk. On savait le monsieur talentueux, musicalement parlant, ce disque, avec ces somptueux arrangements, n'en est donc qu'une confirmation. Mais on ne savait pas qu'il avait une si belle voix. Le style se rapproche d'un Robert Wyatt ou du Bowie de "Blackstar". L'album, préparé minutieusement depuis plusieurs années, a été enregistré dans une grange, à l'écart de toute civilisation. Webb, entouré de sa femme et de ses filles, a pris son temps, retapant le lieu en même temps qu'il peaufinait sa musique.  Nous voici…