Accéder au contenu principal

Noel Harrison - The Windmills Of Your Mind (1968)

Il est des classiques, comme cela, que l'on arrive encore à (re)découvrir au travers d'une reprise. Pour "The Windmills Of Your Mind" composé par Michel Legrand, ce fut par le biais de celle des Parenthetical Girls, sur leur excellent disque "Entanglements" qui était dans mon top 2008 - et oui, ce blog a bientôt 4 ans ! Il faut dire qu'il y a eu tellement de  versions différentes de la chanson qu'au final, elle ne semble appartenir à personne et donc par voie de conséquence, être l'oeuvre de tout un chacun. La première mouture, en anglais dans le texte, a servi à l'époque de bande originale au film "L'affaire Thomas Crown" dans lequel on retrouvait le couple légendaire Faye Dunaway et Steve McQueen et a même obtenu un oscar. C'est l'inconnu Noel Harrison - rien à voir avec Georges - qui en était l'interprète. Il y aura très rapidement une version française, "Les moulins de mon coeur". Si les chanteurs et chanteuses se sont succédés pour reprendre le morceau, son compositeur, plus encore que ses différents auteurs, est le seul qui y reste véritablement associé. Car, d'une reconnaissance hexagonale avec entre autres les comédies musicales de Jacques Demy, Legrand - l'oncle de Victoria, chanteuse de Beach House - acquiert alors une renommée internationale. Il est actuellement en tournée avec la chanteuse lyrique Nathalie Dessay pour y revisiter l'essentiel de son travail pour le cinéma. Chose rare finalement dans l'histoire de la musique moderne, qui privilégie bien souvent le chant et la performance vocale - il suffit de voir le succès des émissions de télé-réalité type "Star Academy" ou "Nouvelle Star" ou même encore celui du film "Les Choristes" - au détriment de la qualité musicale, la vraie "star" de "The Windmills Of Your Mind" est Michel Legrand. Rien que pour ça, il justifie aisément son patronyme.

Round like a circle in a spiral
Like a wheel within a wheel
Never ending on beginning
On an ever-spinning reel
Like a snowball down a mountain
Or a carnival balloon
Like a carousel that's turning
Running rings around the moon
Like a clock whose hands are sweeping
Past the minutes on its face
And the world is like an apple
Whirling silently in space
Like the circles that you find
In the windmills of your mind

Like a tunnel that you follow
To a tunnel of its own
Down a hollow to a cavern
Where the sun has never shone
Like a door that keeps revolving
In a half-forgotten dream
Or the ripples from a pebble
Someone tosses in a stream
Like a clock whose hands are sweeping
Past the minutes on its face
And the world is like an apple
Whirling silently in space
Like the circles that you find
In the windmills of your mind


Keys that jingle in your pocket
Words that jangle in your head
Why did summer go so quickly?
Was it something that I said?
Lovers walk along a shore
And leave their footprints in the sand
Was the sound of distant drumming
Just the fingers of your hand?
Pictures hanging in a hallway
Or the fragment of a song
Half-remembered names and faces
But to whom do they belong?
When you knew that it was over
Were you suddenly aware
That the autumn leaves were turning
To the color of her hair?

Like a circle in a spiral
Like a wheel within a wheel
Never ending or beginning
On an ever-spinning reel
As the images unwind
Like the circles that you find
In the windmills of your mind

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Iggy Pop - Post Pop Depression

Après la mort de l'icône Bowie, c'est plus fort que nous, on essaie de faire le point. Que sont devenus nos idoles ? Ces modèles, ces personnages incontournables de l'histoire du rock. Ces artistes qui ont su traverser les générations, en restant aujourd'hui encore des références pour les plus jeunes. Iggy Pop est évidemment de ceux-là. Même si la figure tutélaire du punk, l'iguane, a pris du plomb dans l'aile depuis pas mal d'années, jusqu'à apparaître dans des spots publicitaires, en parodie de l'éternel rebelle. Comme s'il était le seul à parler à tout le monde dans les chanteurs dits un tant soit peu transgressifs. Mais l'époque de "I Wanna Be Your Dog" ou autres "Penetration" est bien révolue. Le monde a changé, plus très apte à s'offusquer à la première chanson un peu trop crue écoutée. Iggy lui même a vieilli, il l'avoue. Il ne se sent pas rivaliser avec la nouvelle génération. D'ailleurs, où est la re…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Baxter Dury - Prince of Tears

Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Depuis la terrible "Happy Soup", le chanteur est un habitué de mes tops de fin d'année. Ce "Prince of Tears" ou l'éternel sujet du comment se sortir par la musique d'un douloureux chagrin d'amour, devrait ne pas déroger à la règle. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court. Il s'y dégage cette habituelle impression de facilité, comme si ces mélodies allaient de soi. Un peu comme Gainsbourg, dont l'anglais n'a jamais été aussi proche, en son temps. Les arrangements font régulièrement penser à l'auteur de "Melody Nel…