Accéder au contenu principal

Top Albums 2012 : 20-16

Cette semaine, c'est au tour des disques de se faire classer. Et comme pour les chansons, la remontée sera lente jusqu'à la première place vendredi prochain. 20 au lieu de 10 les années précédentes, pas forcément parce 2012 aura été une meilleure année, non, juste parce que plus que les autres fois, j'ai eu du mal à départager tout ce beau monde. Voici déjà cinq propositions de musiques différentes, cinq voyages pour lesquels chacun est libre ou non d'embarquer...

20- Here We Go Magic - A Different Ship 
La pop de Luke Temple est toujours aussi raffinée, maîtrisée, mais un peu poil trop sage. En concert, c'est la même chose. On voudrait bien que le groupe se lâche plus, débride un peu tout ça. Here We Go Magic pourrait ainsi être considéré comme les anti-Animal Collective. Heureusement sur quelques chansons, leur musique s'envole un peu comme sur le très réussi "How Do I Know", un de leurs meilleurs titres à ce jour.



19- Swans - The Seer 

Je n'aurais pas cru pouvoir adhérer à ce genre de musique sombre, aux batteries plombantes, aux rythmiques répétitives, à ces titres de plus de trente minutes qui prennent inévitablement leur temps. Je sais que je zapperai systématiquement l'écoute de certains morceaux. Au contraire, je suis irrésistiblement happé par d'autres dont la longueur ne me gène pas du tout.



18- Dan Deacon - America 

La musique de Dan Deacon fait tantôt penser à du LCD Soundsytem pour son efficacité punk, tantôt à du Animal Collective pour son avalanche de sons en tout genre disséminés le long des morceaux. Sous ses abords ludiques, "America" est une violente charge contre l'Amérique. Preuve que Dan Deacon n'est pas que l'olibrius que ses concerts pourraient faire croire. 



17- Breton - Other People's Problems 
Ces anglais-là auraient pu prétendre à de plus hautes marches. Leur rock est un étonnant mélange de punk, d'électro, de hip-hop même. Le problème, c'est que tout est loin d'être parfait, mise à part quelques titres particulièrement efficaces ("Edward The Confessor", "Wood And Plastic", etc). Mais comme il parait qu'ils ont fait de gros progrès sur scène depuis leurs débuts, leur prochain disque pourrait définitivement les installer comme un groupe qui compte.


16- Motorama - Calendar

Des Russes dans ce classement ? Oui, mais des Russes signés chez Talitres et qui semblent avoir bien appris, qui leur Joy Division, qui, plus récemment, leur Interpol ou The National. "Calendar", leur deuxième album, n'invente rien, mais aligne, mine de rien, une pléiade de titres impeccables. 





Joyeux Noël à tous et à mercredi pour la suite du classement...

Commentaires

  1. Sympa ton début de top albums.
    2012 serait-elle l'année doubles albums épiques et grandioses ??? Entre Swans ("The Seer"), Neil Young & Crazy Horse ("Psychedelic Pill") ou dans un registre Dubstep/Electro Shakleton ("Music for the Quiet Hour/The Drawbar Organ EP"), j'en ai bien l'impression.
    Breton, Motorama et Here We Go Magic, je ne connais que très peu.
    Dan Deacon est vraiment un "olibrius" étonnant !!!
    A + et vivement le suite......

    RépondreSupprimer
  2. eh eh, merci.
    Pour Neil Young et le dubstep, je passe malheureusement mon chemin.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …

Drugdealer - Raw Honey

Weyes Blood encore et toujours. On la retrouve cette fois en compagnie du groupe Drugdealer - elle était déjà là sur le premier album du groupe, "The end of the comedy" - pour le très beau "Honey", bien dans l'esprit de ce qu'elle fait en solo. Il faut dire que la musique de Drugdealer est très proche de celle de Weyes Blood, c'est-à-dire douce, mélodique, admirablement désuète et kitsch (l'école californienne de Ariel Pink et consorts). En plus de l'évidente influence des Beatles("If you don't know now, you never will") , "Raw Honey" flirte même avec le jazz-rock FM des années 70. "Fools" ressemble par exemple à du Steely Dan.  Sauf que c'est toujours fait de manière décontractée, sans démonstration de virtuosité. Il faut dire que Michael Collins, l'auteur-compositeur de Drugdealer n'est arrivé à la musique qu'il y a dix ans seulement, en autodidacte. Voilà donc un agréable disque de saison, à …