Accéder au contenu principal

Top Chansons 2012 : 10-1

ça y est, c'est la dernière ligne droite, le sprint final ! Et le vainqueur est...

10- The Magnetic Fields - Andrew In Drag
Les Magnetic Fields sont une de mes principales découvertes musicales de l'année - comme quoi, il n'est jamais trop tard. Avec leur dernier album, ils sont revenus à leur meilleur - le triple disque "69 Love Songs" de 1999 -, des jolies mélodies pop agrémentées de paroles délicieusement décalées.


9- Breton - Edward The Confessor  
Ils s'appellent Breton en référence à André. Pourtant point de surréalisme avec eux, mais un rock qui emprunte aussi bien au hip-hop qu'à l'électro ou au punk. Un melting-pot qui n'est pas toujours convaincant sauf sur quelques titres à l'efficacité imparable, tel "Edward The Confesssor".
 

8- Dominique A - Quelques Lumières 
La musique de Dominique A n'a jamais été aussi avenante - la preuve, ma petite Lucie connaît par coeur le refrain de "Quelques Lumières" - elle n'en reste pas moins passionnante.


7- Barbara Carlotti (et Philippe Katerine) - Mon dieu, mon amour  
Barbara Carlotti s'impose définitivement comme une des figures majeures de la nouvelle chanson française. Sur "L'amour, l'argent, le vent", elle fignole encore davantage son univers, tout en y assénant plus de fantaisie comme sur cet impayable duo avec l'inénarrable Katerine.


6- Alt-J - Breezeblocks 
Ces anglais-là font une quasi unanimité. Il faut dire que le rock subtil est assez inclassable. Par fainéantise, on les compare souvent à Radiohead. Pourtant, un titre comme "Breezeblocks" n'a pas besoin de références. Il est tout simplement bon et se suffit à lui-même.


5- Here We Go Magic - How Do I Know  
Le rock intello de Here We Go Magic sait aussi faire preuve d'un peu de folie, comme avec les "houhou" de ce "How Do I Know". On pense même au meilleur des Feelies.


4- Mac Demarco - My Kind Of Woman
Ne pas se fier aux apparences, ce Canadien aux allures de bûcheron, pratique un rock à la cool, capable par moments de pures étincelles, comme sur "My Kind Of Woman". 


3- Melody Echo's Chamber - I Follow you 
Cocorico, en France aussi, on sait faire de la dream-pop de qualité. La preuve avec Melody Echo's Chamber derrière lequel se cache Melody Prochet, une compatriote. A l'écoute de ce "I Follow You", c'est plutôt nous qui la suivrions n'importe où.


2- Foxygen - Take The Kids Off Broadway
Ces jeunes américains sont promis à un grand avenir. Un nouveau disque est déjà prévu pour le début 2013. En attendant, "Take The Kids Off Broadway" parvient en à peine trois minutes à réunir le meilleur de la pop des années 70, ce qui n'est pas un mince exploit.


1- Spiritualized - Hey Jane
Avec "Hey Jane", Jason Pierce réussit la chanson rock parfaite : ça commence par un blues psyché dont il a le secret pour finir sous une pluie de choeurs éblouissante. "Sweet heart, sweet light. Sweet heart and love of my life". Magique.

Commentaires

  1. "Hey Jane", chanson de l'année, la classe !!
    Et "Sweet Heart / Sweet Light", album de l'année ??? Peut être mais en tout cas, un des meilleurs albums de 2012.....Et haut la-main !!
    Pour l'instant, je ne comprend pas trop le "buzz" autours de Alt-J...mais je n'ai que vaguement écouté.
    "Quelques Lumières", un magnifique (pléonasme avec lui) titre de Dominique A.
    Melody Echo's Chamber ou la Dream Pop de qualité made in France, c'est assez rare pour être (très justement) souligné.

    A +

    RépondreSupprimer
  2. Merci.
    Oui, "Hey Jane", c'est effectivement la très grande classe et le disque de Spiritualized est aussi très bien classé chez moi :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …

Rustin Man - Drift Code

On avait presque oublié son nom sur le disque, le premier et toujours seul - mais plus pour longtemps - album de Beth Gibbons en congés de Portishead. Rustin Man, alias Paul Webb, est un homme de l'ombre. Ce "Drift Code" pourrait le faire entrer pour de bon dans la lumière. Puisque, pour une fois, il apparaît seul au générique, jouant enfin le premier rôle, après avoir aussi été confiné derrière Mark Hollis au sein de Talk Talk. On savait le monsieur talentueux, musicalement parlant, ce disque, avec ces somptueux arrangements, n'en est donc qu'une confirmation. Mais on ne savait pas qu'il avait une si belle voix. Le style se rapproche d'un Robert Wyatt ou du Bowie de "Blackstar". L'album, préparé minutieusement depuis plusieurs années, a été enregistré dans une grange, à l'écart de toute civilisation. Webb, entouré de sa femme et de ses filles, a pris son temps, retapant le lieu en même temps qu'il peaufinait sa musique.  Nous voici…