Accéder au contenu principal

The Flaming Lips - The Terror

Cela fait déjà un moment que le dernier Flaming Lips a "fuité" comme on dit sur internet. Il est effectivement possible d'écouter "The Terror" depuis de nombreuses semaines. Idéal pour se familiariser avec la bête. Car une fois de plus, après le déroutant "Embryonic" et ses basses psychédéliques omniprésentes, puis "The Flaming Lips And The Heady Fwends", disque de transition un rien foutraque dans lequel le groupe avait fait appel à bons nombres d'invités, les américains continuent de surprendre. Même s'il peut paraître à première écoute presque trop homogène par rapport à leurs dernières productions, "The Terror" est plus construit et, comme son nom l'indique, particulièrement flippant. Le premier titre, "Look... The Sun is Rising", l'un des plus énergiques du lot, commence par d'énormes basses. Puis, suivent deux titres plus calmes, mais la rythmique derrière, n'est jamais complètement apaisée. On est propulsé sur une autre planète. Une planète à l'ambiance apocalyptique que peu de groupes sont capables de créer. Avec "The Terror", les Flaming Lips reviennent au premier plan des groupes qui comptent.

Ils réussissent (enfin?) la synthèse parfaite entre leurs expérimentations récentes et souvent trop barrées qui avaient laissé pas mal de fans sur le bord de la route et leurs meilleurs disques en tête desquels les sommets que restent "The Soft Bulletin" et "Yoshimi Battles The Pink Robots". Yo La Tengo, My Bloody Valentine, et maintenant les Flaming Lips, les groupes des années 90 ont encore le vent en poupe et continuent même à leur manière d'innover. On retrouvera leurs albums parmi ceux qui auront marqué cette année musicale. La seule date française de la formation de Wayne Coyne est pour l'instant prévue pour la fin mai, dans le cadre du plus en plus incontournable festival de Villette Sonique. Si le groupe redevient aussi imposant sur disque qu'il l'a toujours été sur scène, la concurrence a du soucis à se faire... Et pan, une nouvelle claque pour 2013 !!!

Medley de l'album :

Album en écoute intégrale sur Grooveshark.

Commentaires

  1. Pour le côté "lyrique" du groupe, je préférais Mercury Rev, perso, pour ce qui est un peu la même famille. Par contre le dernier Mercury Rev, Snowflake Midnight m'a pas emballé, alors que'Embryonic et The Terror me plaisent bien. Finalement, c'est cette facette de Flaming Lips que je préfère. Et à première écoute, The Terror est un pas en avant, ils vont à l'essentiel. C'est agréable, ce retour au créatif, parce que y a eu une période où j'avais l'impression que tous les groupes 90s en étaient au point mort, un peu replié sur eux-même à faire des expérimentations pour eux, par rapport à leur discographie, plus qu'à faire avancer le schmilblick, ça manquait d'envergure (Radiohead, Mercury Rev...). Là, ça me parait un album qui tient bien par lui-même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est exactement ça. Enfin, après toutes ces années, je trouve que les Flaming Lips avancent, proposent quelque chose de neuf et qui se tient. Contrairement à Radiohead comme Thom Yorke qui tournent en rond depuis "In Rainbows"... Pour moi, "The Terror" est déjà un des disques de 2013. Plus je l'écoute, plus je l'aime... Un signe.

      Supprimer
  2. Un excellent disque des Lips ! C'est une vraie réussite, comme tu l'as dit, une bonne synthèse de ce qu'ils ont fait ces derniers temps en (faussement) plus apaisé, avec de vrais grands moments de grâce, et en regardant de l'avant. Je le trouve parfois assez proche du Dark Side Of The Moon des Floyd , dans l'esprit de certains morceaux.
    Puisqu'on parle Mercury Rev ici, y a-t-il d'autres disques du groupe, excepté Deserter's Song que je connais déjà, qui sont conseillés ?
    Alexandre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour Mercury Rev, tous leurs disques ou presque jusqu'à "All Is Dream" en 2001 peuvent être conseillés. Ce n'est qu'après que ça se gâte...

      Supprimer
    2. Tant que ça ? Heureux de l'apprendre ! :) Ca fait au moins 4 ou 5 albums, c'est enthousiasmant !
      Merci ;)
      En plus, ces deux groupes (Mercury Rev et les Flaming Lips), je les ai découverts ici, il y a quelques temps déjà.
      Alexandre

      Supprimer
  3. J'ai beaucoup aimé les derniers albums mais là, je coince un peu. Allez, je me le repasse pour voir.

    RépondreSupprimer
  4. Marrant parce que moi c'est l'inverse. Les précédents, j'accrochais pas, alors que celui-là, je pourrais me le passer en boucle : un trip sonore ahurissant !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…