Accéder au contenu principal

Hefner - The Day That Thatcher Dies (2000)

Il ne faut pas souhaiter la mort des gens, comme dirait l'autre. Pourtant, beaucoup de nos voisins d'outre-Manche y ont un jour pensé, et les petits gars d'Hefner, qui reprenaient par là le refrain enfantin "Ding dong, the witch is dead" extrait du Magicien d'Oz, en premier. Je veux parler bien sûr de la mort de la fameuse "dame de fer", Margaret Thatcher qui aura bâillonné toute une génération de rebelles en herbe. La fin du punk n'est-elle pas intervenue au moment de son accession au poste de premier ministre en 1979 ? D'ailleurs, beaucoup vont même jusqu'à lui reprocher la soit disant pauvreté musicale des années 80 britanniques. Prônant avant tout la réussite individuelle, sa politique aurait aussi coupé net beaucoup de liens sociaux. Margaret Thatcher est donc morte hier et on ne se réjouira évidemment pas de la nouvelle. Mais, en dépit d'un récent biopic assez complaisant dont l'intérêt principal était de permettre à Meryl Streep d'obtenir un nouvel Oscar, les gens à garder de jolis souvenirs de sa personne doivent se compter sur les doigts d'une main. Jamais une femme n'aura déclenché un tel torrent de haine, justifiée ou non. On pourrait citer Morrissey ou The English Beat, mais la liste est longue et à peine esquissée par les Inrocks. Ses idées, comme ceux de son collègue américain de l'époque, le fameux cowboy Ronald Reagan, un George W. Bush avant l'heure, ont pourtant depuis fait école. Sarkozy a ni plus ni moins repris le même programme de rigueur économique et de rejet des élites au profit de sa sacro-sainte "valeur travail". Aujourd'hui, c'est toute l'Europe ou presque qui poursuit la même vision. Et l'on rêve à l'équivalent français de la chanson d'Hefner (pas Renaud s'il vous plait... le chanteur ayant aussi, en son temps, vilipendé Thatcher dans un "Miss Maggie" plus bête que méchant), sur Sarkozy par exemple. Non, c'est vrai, il ne faut pas souhaiter la mort des gens... Des fois qu'il lui prendrait l'envie de revenir en 2017...

We will laugh the day that Thatcher dies,
Even though we know it's not right,
We will dance and sing all night.

I was blind in 1979, by '82 I had clues,
By 1986 I was mad as hell.

The teachers at school, they took us for fools,
They never taught us what to do,
But Christ we were strong, we knew all along,
We taught ourselves the right from wrong.

And the punk rock kids, and the techno kids,
No, it's not their fault.
And the hip hop boys and heavy metal girls,
No, it's not their fault.

It was love, but Tories don't know what that means,
She was Michelle Cox from the lower stream,
She wore high-heeled shoes while the rest wore flat soles.

And the playground taught her how to be cruel,
I talked politics and she called me a fool,
She wrapped her ankle chain round my left wing heart.

Ding dong, the witch is dead, which old witch?
The wicked witch.
Ding dong, the wicked witch is dead.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro

Pete Doherty & Frédéric Lo - The Fantasy Life Of Poetry and Crime

  Après une longue pause, faute de sortie musicale probante, me voilà de retour avec quelques nouveautés plutôt emballantes. On commence par le come back d'un rockeur qu'on croyait perdu, le genre de candidat idéal au triste club des 27, ceux qui vont trop vite, trop fort, qui se brûlent les ailes et meurent à 27 ans comme Jim Morrison, Brian Jones, Janis Joplin, Jimi Hendrix, Kurt Cobain ou Amy Winehouse. Pete Doherty a d'ailleurs eu une relation avec cette dernière. Si elle a fini par sombrer corps et âmes dans la drogue, lui, s'en est sorti miraculeusement. Les Libertines, après une entrée en matière fulgurante - on ne se lasse toujours pas de leur premier et formidable " Up The Bracket ", classique rock du début des années 2000 - ont disparu rapidement des radars. Si tout réussissait alors au chanteur anglais - en couple avec la très médiatisée Kate Moss - le mode de vide "sexe, drogues et rock'n'roll" n'a qu'un temps et Doherty d