Accéder au contenu principal

Orange Juice - Falling And Laughing (1980)

Quand les nouveautés ne vous emballent pas particulièrement, rien ne vaut de se replonger dans quelques délicieuses vieilleries. Ce jus d'orange d'origine écossaise était du pur, pulpeux, onctueux, réussissant avec le recul à faire le lien improbable entre les Talking Heads et les Smiths. Le groupe qui n'a jamais côtoyé de succès digne de ce nom se séparera après 4 albums en 1985. Son chanteur, Edwyn Collins rencontrera bien une renommé internationale dix ans plus tard avec l'unique tube "A Girl Like You", ce ne fut pas suffisant à repositionner son ancien groupe dans les formations qui ont compté. Et ce n'est pas son nouvel album solo paru récemment qui viendra changer la donne. Les écossais ont souvent été les laissés pour compte de l'histoire du rock, même si on reconnaît depuis peu l'influence majeure de groupes comme Cocteau Twins ou Jesus And Mary Chain. Difficile à l'écoute de "Falling And Laughing" de ne pas penser aux Smiths. J'aurais pu aussi bien sélectionner d'autres titres, notamment parmi les nombreux singles, tous excellents, parus avant le premier LP, "You Can't Hide Your Love Forever", sans doute leur meilleur, "Blue Boy" ou "Poor Old Soul" par exemple. "Falling And Laughing" reste leur baptême du feu, le morceau qui marque la naissance de l'indie pop, disent même certains initiés. Les disques de Orange Juice étaient tous réédités à l'occasion du récent Record Store Day, pas sûr que cela soit ceux qui se sont le plus arrachés. L'Ecosse a toujours été plus célèbre pour son whisky que pour son jus d'orange, pour sa pluie (la fameuse douche) et sa grisaille que pour sa lumière. Les clichés ont la dent dure.

You may think me very naive
Taken as true
I only see what I want to see

Avoid eye contact at all costs
What can I do
To see your fine teeth smiling at me

You might say
That we should build a city of tears
All I'm saying
Is I'm alone and consequently
Only my tears satisfy the real need of my heart
I resist

You say that there's a thousand like you
Maybe that's true
I fell or you and nobody else
So I'm standing here so lonely
What can i do
But learn to laugh at myself

You might say
That we should build a city of tears
All I'm saying
Is I'm alone and consequently
Only my tears satisfy the real need of my heart
I resist

Fall falling falling again
Cos I want to take the pleasure with the pa-in
Fall falling - falling again
Cos I wan to take
The pleasure with the pain pain pain pain pain pain pa-pa-pa-pa-pa-pa-pa-in
Falling and laughing
Falling and laughing
Falling and laughing
Falling and laugh - ing

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro

Pete Doherty & Frédéric Lo - The Fantasy Life Of Poetry and Crime

  Après une longue pause, faute de sortie musicale probante, me voilà de retour avec quelques nouveautés plutôt emballantes. On commence par le come back d'un rockeur qu'on croyait perdu, le genre de candidat idéal au triste club des 27, ceux qui vont trop vite, trop fort, qui se brûlent les ailes et meurent à 27 ans comme Jim Morrison, Brian Jones, Janis Joplin, Jimi Hendrix, Kurt Cobain ou Amy Winehouse. Pete Doherty a d'ailleurs eu une relation avec cette dernière. Si elle a fini par sombrer corps et âmes dans la drogue, lui, s'en est sorti miraculeusement. Les Libertines, après une entrée en matière fulgurante - on ne se lasse toujours pas de leur premier et formidable " Up The Bracket ", classique rock du début des années 2000 - ont disparu rapidement des radars. Si tout réussissait alors au chanteur anglais - en couple avec la très médiatisée Kate Moss - le mode de vide "sexe, drogues et rock'n'roll" n'a qu'un temps et Doherty d