Accéder au contenu principal

Top Albums 1992


Et oui, je suis adepte du grand écart musical : peu de gens plaçeraient aux deux premières places de ses albums préférés de 1992, Pavement et les Innocents. Car la manière d'aborder la musique diffère complètement entre la guitare voluptueuse d'un JP Nataf et celle plus téméraire du non moins indispensable Stephen Malkmus. L'un privilégie plutôt une pop soignée, perfectionniste, agréable à l'oreille. L'autre est plutôt du genre à faire semblant de bâcler l'affaire, bazardant ses jolies mélodies sous un magma sonore flirtant avec l'amateurisme. L'un est rapidement devenu le porte-drapeau du rock indépendant américain des années 90, la coolitude comme paravent; l'autre, taxé d'être trop mainstream au sein des Innocents, devient petit à petit lui aussi une référence dans son domaine, celui de la chanson française haut de gamme. Le reste de mon classement ? Denim, le nouveau groupe du légendaire Lawrence, chanteur des défunts Felt, qui nous embarquait dans une pop plus enjouée et premier degré mais pas moins savoureuse. REM, fort du succès international de "Losing My Religion", plantait ce qui reste pour beaucoup leur chef d'oeuvre. Un aimable groupe de pop irlandais, produit par Edwyn Collins, balançait un charmant disque sous haute influence Smiths, le cynisme en moins. De son côté, Morrissey, malgré des guitares nettement moins digestes et un appétit assumé pour la gonflette (cf. la pochette de "Your Arsenal"), montrait qu'il en avait encore sous la pédale et un titre comme "The National Front Disco" portait déjà à polémique. Pulp s'avançait lentement mais sûrement vers le succès, abandonnant un poil le minimalisme des débuts. Un nouveau venu chez nous, empoignait le genre, avec un premier disque,  "La Fossette", devenu mythique, et une chanson, "Le courage des oiseaux", comme un hymne au temps qui passe. Alors que l'australien Nick Cave continuait à enchaîner les disques exemplaires, une petite cousine anglaise, PJ Harvey, pointait son petit minois. Pour être sec, son rock l'était. Déjà impressionnante dans son absence de compromissions.

10- Morrissey - Your Arsenal
"Your Arsenal" n'est pas le meilleur disque solo de l'ex-chanteur des Smiths. Il faut passer les deux premiers titres un peu pompeux et lourdingues, mais la suite contient son lot de chansons marquantes, qui auraient encore gagné avec la guitare de Marr. A noter, la production de Mick Ronson, l'ex-acolyte de Bowie au sein des Spiders From Mars. Comme quoi, entre Bowie et Morrissey, c'est une longue histoire...

9- Nick Cave & The Bad Seeds - Henry's Dream
Et si "Henry's Dream" était le meilleur disque de Nick Cave et des mauvaises graines ? Ce n'est pourtant pas l'avis de leurs auteurs. Déçus par la production, ils enchaîneront rapidement avec un album live des mêmes chansons. Car, peu importe leur mise en forme, la réussite de ce disque est bien là : de grandes chansons.


8- PJ Harvey - Dry
Sur ce premier disque, l'anglaise Polly Jean Harvey semble avoir mis toute une vie de rage et de frustration. L'écoute de l'album fait l'effet d'une essoreuse dont on ne ressort pas indemne. "Dry" à la colère plus naturelle et moins forcée que le suivant "Rid Of me" garde aujourd'hui encore toute sa crudité et son audace.


7- Pulp - Separations
"Separations" d'avec le Pulp des années 80 ? Oui, on y est presque. La formation du charismatique Jarvis Cocker franchit un palier avec le single "My Legendary Girlfriend". Finies les chansons neurasthéniques des débuts, Pulp changeait doucement de braquet. Et cet entre-deux se révélait tout aussi passionnant.


6- The Frank & Walters - Trains, Boats and Planes
Un disque qui fait toujours aussi plaisir aujourd'hui qu'hier. Une pop pourtant datée, mais qui fait tant défaut à notre époque. Simple, efficace, directe, aux paroles et thèmes universels.




5- REM - Automatic For the People
L'histoire d'un groupe respecté de folk-rock indépendant qui, par l'effet d'un tube interplanétaire ("Losing My Religion") va se retrouver propulsé comme petits maîtres du genre. C'est justifié à l'écoute de cet "Automatic For The People", une de leurs plus évidentes réussites, malgré quelques facilités ("Everybody Hurts").


4- Dominique A - La Fossette
La chanson de chez nous ronronnnait depuis des années quand est apparu cet ovni. Le premier disque de Dominique A, trouvait un ton nouveau, marriant Barbara à Young Marble Giants. Pendant un moment, on n'a pas su quoi en faire. Puis, on s'est rendu compte qu'il avait libéré une partie de la musique d'ici. Aujourd'hui, Dominique A n'est désormais plus le seul à avancer. Même s'il garde encore sur la concurrence un avantage certain que les dernières Victoires de la musique sont enfin venus entériner.

3- Denim - Back In Denim
La musique de Lawrence, comme celle de son successeur désigné et premier fan déclaré, l'américain Christopher Owens, peut être facilement taxée par ses détracteurs comme simpliste, voire kitsch. C'est ce qui fait son charme immédiat diront les admirateurs. Surtout quand les mélodies sont aussi imparables que sur ce "Back In Denim".


2- Les Innocents - Fous à lier
Où l'on me reprochera sans doute ce choix très "grand public". Reste que comme je l'ai déjà dit, c'est sans doute l'un des seuls disques que j'écoutais adolescent et que j'écoute encore avec le même plaisir aujourd'hui. Une pop "made in France" qui ne regarde pour une fois pas du côté de l'Angleterre ni de l'Amérique, mais invente son univers bien à elle. Rare.


1- Pavement - Slanted and enchanted
Comme pour le "Loveless" de My Bloody Valentine, il faut se repasser plusieurs fois ce premier disque de Pavement pour en apprécier toutes les richesses, y entendre les jolies mélodies sous l'impétueux canevas sonore. Pas si brouillon qu'il en a l'air et un style qui fera école. La preuve avec l'hommage récent du webzine "A découvrir absolument" à ce classique rock des années 90.

Commentaires

  1. La Fossette est le premier album de Dominique A, édité le 7 mai 1993 sur le label Lithium. Il reprend plusieurs titres de son 33 tours autoproduit, Un disque sourd, paru confidentiellement en 1991 à 150 exemplaires1.
    91 ou 93 mais pas 92!... C'est de celui-là dont je parlais sur ton post concernant 93!

    RépondreSupprimer
  2. Hello Sb. Oui, mais là-dessus, Wikipedia paraît faire une erreur. Le chanteur ayant fêté les 20 ans de La Fossette lors d'une tournée l'année dernière. Je sais bien, j'y étais. 2012 moins 20, ça fait 1992, si je compte bien. Et si tu regardes ailleurs sur le net, sur le site officiel par exemple http://www.commentcertainsvivent.com/albums/la-fossette, c'est 1992, donc...

    RépondreSupprimer
  3. Ok autant pour moi! Il faudra que je change mon propre top... L'important étant qu'il apparaisse quelque part... Grande claque à l'époque même si je ne me rappelle plus exactement quand... Le pire c'est que ma femme m'a dit qu'on l'avait vu en concert à cette époque 92 ou 93 à Orléans et je ne me souviens de rien

    RépondreSupprimer
  4. Le choix de mettre Les Innocents est gonflé, mais pourquoi pas finalement ? Ils ont fait de très grandes chansons, même si je trouve l'album "Post Partum" bien meilleur. C'est par contre dommage que tu n'aies pas trouvé une petite place pour leurs aînés anglais de XTC qui en 1992 livrait "Nonsuch", une merveille de pop multifacettes aux mélodies addictives.

    RépondreSupprimer
  5. + 1000 pour Les Innocents, Denim (le go-kart mozart était mon best de l'an dernier... de loin!) et surtout Separation de Pulp, dont on ne dira jamais assez qu'il est largement du niveau de Different Class. Ecouter "love is blind" et mourir...

    Dale C.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Monochrome Set - Fabula Mendax

Le Monochrome Set existe depuis bientôt 40 ans. Il a connu une période faste à ses débuts, à l'orée des années 70 et 80, durant laquelle le groupe inventait une pop à nulle autre pareille, bien éloignée du mouvement post-punk alors en plein essor ou de la new-wave balbutiante. La formation menée par Ganesh Seshadri, alias Bid, un soit-disant authentique prince indien, est à l'origine de beaucoup de vocations, notamment Morrissey ou Edwyn Collins. Le groupe arrivé trop tôt, reviendra trop tard dans les années 90, à l'heure de la brit-pop. Leurs mélodies précieuses et délicates n'avaient pas grand chose à voir avec le rock direct et un peu simplet de Oasis et consorts. Puis, il y a eu une nouvelle reformation à la fin des années 2000, après 10 nouvelles années de disette. Celle-ci ne semblait plus rien vouloir du tout, ne surfant pas avec une quelconque mode par essence éphémère. On sait déjà que le succès n'arrivera jamais, d'autant que la formation londonienne…

Temples - Hot Motion

Si le rock était encore à la mode, les anglais de Temples pourraient assurément emporter la mise, renvoyant les australiens de Tame Impala dans leur 22, avec ce "Hot Motion", troisième album encore plus direct et calibré que les précédents. Après avoir (un peu) délaissé les guitares pour les claviers, le temps de "Volcano", ils reviennent à un style plus "classique" et proche de leur premier essai, l'excellent "Sun Structures". C'est toujours la même recette : des mélodies accrocheuses dans la plus pure tradition anglaise, relevées par des arrangements très psychédéliques avec un bon gros son qui claque. Si on flirte parfois avec la facilité, comme sur "The Howl", ces jeunes anglais chics et très (trop?) stylés arrivent toujours à faire passer la pilule avec un petit changement de direction imprévu.  Car si le chemin d'ensemble est bien balisé, le groupe s'autorise de légères sorties de route qui font que ce "Hot …

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…