Accéder au contenu principal

Electrelane - The Power Out (2004)


Thème du jour : FASTER PUSSYCAT KILL KILL! - Des filles qui en ont...

C'est l'ami Gwen qui m'a rappelé au bon souvenir de ce disque passé trop inaperçu à sa sortie. Il est pourtant de ceux qu'on réévalue à la hausse au fil du temps et des écoutes. "The (girl?) power out" commence par une chanson ânonnée dans un français incompréhensible, et cette rythmique d'abord lointaine qui ne cesse de s'accélérer. On passe ensuite à un titre plus mélodique mais où la voix semble capable à tout moment de lâcher prise, de partir en vrille. "The Valleys" est au contraire un morceau quasi liturgique avec ce qui pourrait ressembler à des choeurs d'église. Dans la suite, on y entendra de l'espagnol, des guitares abrasives puis indolentes, des rythmes plus synthétiques mais toujours aussi syncopés. C'est Steve Albini à la production et ça s'entend. Dès que c'est rêche, que ça gratte un peu, il n'est jamais très loin. Electrelane, ce sont quatre jeunes femmes originaires de Brighton. Leurs influences sont évidemment le Velvet Underground mais aussi le krautrock. Ce disque, leur second, est d'ailleurs en partie instrumentale. Elles ont rendu leur tablier dès 2007, après quatre albums mais refait surface il y a deux ans par le biais de quelques concerts, notamment un passage remarqué à la Route du Rock. Depuis, nous n'avons plus de nouvelles... Ah, si "The Power Out" va être réédité. Merci à Gwen et à tous les participants de ce nouveau grand jeu des blogueurs mangeurs de disques. Car c'est malheureusement terminé.

Commentaires

  1. Les extraits me donnent envie... Bien vu!

    RépondreSupprimer
  2. J'ai dû lire ce nom quelque part, mais je ne connais pas du tout la musique. Encore une belle découverte pour ce weekend !

    RépondreSupprimer
  3. Inconnu au bataillon, j'écoute en ce moment.
    Albini et Velvet m'ont émoustillé mais visiblement le krautrock est tellement tendance en 2013 qu'il me tarde 2014 qu'on n'en parle plus...
    J'déconne bien sûr (enfin, à moitié...)
    Belle édition du Jeu chez toi, j'ai apprécié (mais juré, plus de krautrock hein ...)
    A très bientôt.
    EWG

    RépondreSupprimer
  4. Ah ouiii, excellent ce disque.. y'a un beau mouvement de filles de ce côté là, Brighton.. les Movietones aussi je crois ? Elles sont extra ces filles.. je sais pas pourquoi ça me fait penser à un autre choix d'époque les Cranes.

    Bien joué.

    RépondreSupprimer
  5. Je dois avoir quelques titres dans un coin ... mais aucun souvenir de cette musique, juste le nom. Merci pour tes découvertes.

    RépondreSupprimer
  6. Ce groupe m'avait laissé un souvenir d'influences trop éparpillées mais pas mal de fans autour de moi, j'y reviendrai peut-être un jour.

    RépondreSupprimer
  7. Le Velvet, le kraut... Il me le faut!
    Merci pour ta participation et à très bientôt.

    RépondreSupprimer
  8. Excellent choix (dont j'avais un peu pensé)....j'adore ce groupe...Ce disque...et "Axes" sorti en 2005 !!
    Et produit par Albini c'est vrai....comme le disque chroniqué pour ce thème sur le blog Des cendres à la cave.
    A +

    RépondreSupprimer
  9. Prenant, surprenant, ahurissant, pétant, palpitant… RitaMitsoukoïen !!!
    Je ne connaissais pas du tout et je suis séduit.

    RépondreSupprimer
  10. Beau choix en effet, je préfère Axes mais bizarrement, c'est celui-ci que j'écoute le plus régulièrement.

    RépondreSupprimer
  11. Yes Yes!! Pour ce qui est de l'existence du groupe, j'ai entendu parler d'une reformation il y a quelques mois..En esperant qu'il ne reprendront pas le flambeau de leur derniers opus ou on doit bien dire qu'elles se sont perdues et eparpillees dans le brouillard faustien du rock choucroute...Enfin, joli choix monsieur! Qu'est ce que tu entends par ta derniere phrase "c'est termine"? See you, Gwe/Melody Supreme

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…