Accéder au contenu principal

The Flaming Lips - Oczy Mlody

Dire que j'attendais avec impatience le nouvel album des Flaming Lips est un doux euphémisme. Après le très réussi "The Terror" - je ne compte pas tous les projets parallèles, la chanson de 24h, les reprises de Bowie, des Pink Floyd ou des Beatles, de la collaboration de Wayne Coyne avec l'habituellement insupportable Miley Cyrus -, "Oczy Mlody" se devait de ne pas me décevoir. Surtout que j'ai déjà pris mes billets pour aller les voir au Bataclan le 2 février prochain. Le douloureux souvenir du Bataclan mélangé à la douce folie des Flaming Lips devrait provoquer une étrange soirée. Le genre d'événement qu'on n'oublie pas. Mais revenons à ce nouveau disque au nom polonais - ça veut dire, les yeux de la jeunesse et c'est inspiré par l'écrivain Erskine Caldwell - d'où le peu de voyelles. Les premiers singles, tous sur le même registre, plus doux que le précédent mais tout aussi mélancoliques, annonçaient brillamment la couleur. "The Castle" rappelle même l'indépassable "Do You Realize?" ("Her eyes were butterflies. Her smile was a rainbow Her hair was sunbeam waves. Shining round like a halo.  Her face was a fairytale that has a poison apple.  Her skull was a mighty moat. Her brain was the castle.  And the castle gets mistaken for a ship that is floating in the clouds And the castle is brighter than a thousand Christmas trees And the castle can never be rebuilt again... No way...") .
Les Flaming Lips restent mon groupe préféré en activité, rien de moins. D'autant que d'autres perles se cachent tout au long de cet album, avec une fois de plus, un magnifique travail apporté au son, toujours aussi riche, et qui garantit une durée de vie quasi infinie. Ils se paient même le luxe de terminer en choeur et en beauté sur un titre aux paroles délicieusement simplistes mais à la mélodie assez irrésistible, en duo avec la susnommée Miley Cyrus. "We a famly", voilà naïvement ce qu'on souhaiterait tous être - je parle dans le sens fraternel du terme, bien sûr. Bref, "Oczy Mlody" serait-il déjà le disque de l'année? La barre est placée suffisamment haute pour le penser.

Commentaires

  1. Très bon album en effet ! Je ne serais pas aussi dithyrambique que toi mais vraiment c'est une belle synthèse de leurs différentes périodes depuis Yoshimi/Soft Bulletin à the Terror en passant par embryonic/heady fwends et 7skiesh3/peace Sword

    RépondreSupprimer
  2. Désolé, je suis souvent dithyrambique lorsqu'il s'agit des Flaming Lips. C'est en effet une synthèse réussie de leur musique depuis une vingtaine d'années. J'ai hâte d'aller les voir sur scène le 2 février prochain :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu as raison, c'est bien de s'emporter pour la musique, c'est beau ! :)
      Profite bien, je t'envie !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…