Accéder au contenu principal

Top albums 1966

Je vous avais promis le retour à plus d'activités malgré le ou la covid-19 (bizarre, cette volonté de féminiser un mot une fois que celui-ci a perdu toute attractivité), malgré les grandes vacances. Voici donc le grand retour de mes tops annuels, à l'arrêt depuis de nombreux mois (années) et bloqués sur le fabuleux millésime 1967, un des meilleurs qui soit. 1966, ce n'était pas la même histoire, même si Barbara Carlotti en a fait un beau spectacle intitulé "1966 révolution pop" et Judas Warsky une excellente playlist. A un an près, la musique semble avoir bizarrement moins bien vieillie : pas de Velvet, "Forever Changes" ou Doors, à l'horizon. Heureusement, il reste quelques monuments pop comme le "Revolver" des Fab Four sévèrement concurrencé et même dépassé pour l'unique fois par la grande œuvre de Brian Wilson, le mirifique "Pet Sounds" unanimement salué comme un classique indémodable. 

10- Frank Zappa & The Mothers of Invention - Freak Out ! 
Je ne suis pas fan du monsieur. Son rock expérimental et démonstratif m'a toujours laissé assez indifférent. D'autant que Zappa n'aimait pas le Velvet et réciproquement, car ils partageaient le même label et que ce dernier avait privilégié la sortie du disque de Zappa. Reste ce premier album, "Freak Out!", plus mélodique, et bien sûr foutraque à souhait, mais dans le sens non calculé du terme. Il suffit d'écouter un titre comme "Wowie Zowie" (inspiration de Pavement ?) pour succomber.

9- The Kinks - Face to Face
Les Kinks basculent définitivement sur ce "Face to face" du hard-rock des débuts ("You really got me" est considéré comme précurseur du genre) à la pop Beatlesienne. Si le groupe de Ray Davies a perdu un peu de temps, il le rattrapera bien vite en terminant les années 60 par une poignée de chansons et d'albums de haute volée. On y entend ici déjà les prémisses sur bien des titres comme "Sunny Afternoon" ou "Dandy". 

8- Love - Da Capo
Si le chef d'oeuvre incontestable du groupe restera "Forever Changes", "Da Capo" est plus représentatif du style de Love. Il est plus varié avec même une chanson très rock, "Seven & Seven Is" qui sera reprise entre autres par les Ramones ou Alice Cooper et une longue jam ("Revelation") de près de vingt minutes, comme pour démontrer que la formation n'était pas que des petits génies de studio.

7- Michel Polnareff - Michel Polnareff
Polnareff détonnait quelque peu dans le climat finalement assez sage des yéyés. "L'amour avec toi" était même censurée sur les radios. Comme un signe annonciateur de mai 68 et de l'émancipation à venir. Ce premier album contient quelques uns de ses plus grands succès et assoit déjà le chanteur comme un des rares à rivaliser avec nos voisins britanniques en terme d'écriture pop. 

6- The Who - A Quick One 
Celui-là est loin d'être le préféré des admirateurs des Who. "Who's next", "Tommy" ou "The Who Sell Out" correspondent mieux à ce qualificatif. Comme je n'en fais pas partie, "A Quick One" est le disque des Who qui me parle le plus. Il garde l'urgence des débuts, en y ajoutant une dose non négligeable de fantaisie, un élégant savoir-faire pop, tout en évitant le pompeux des machins conceptuels à venir. Il y a bien un dernier morceau en forme d'opéra rock mais il garde une fraîcheur encore intacte. "A Quick One" ? Vite fait, bien fait, comme on dit.  

5- Bob Dylan - Blonde on Blonde
Comme Zappa, Dylan m'a toujours un peu fatigué. Sa voix geignarde, ses mélodies linéaires, son écriture un poil trop directe, à l'opposé de la poésie d'un Cohen me rebutent encore. Mais comme pour chaque règle, il y a une exception, ici "I Want You", sublime morceau pop d'une évidence imparable. Et puis "Just like a woman", "One of us must know", "Stuck Inside of Mobile of The Memphis Again", "4th Time Around", bref, ce "Blonde on Blonde" reste la meilleure arme envers tous les détracteurs du Zim. 

4- Jacques Brel - Ces gens-là 
Comment parler de Brel et comment ne pas en parler ? Le chanteur impressionne toujours autant plusieurs décennies plus tard. Son écriture pourtant imposante a quelque peu vieilli, plus forcément raccord avec notre époque. Ce sont donc les brillants arrangements qui emportent ici le morceau. Impossible de passer outre les "Jeff", "Mathilde", "Jacky" ou le trop méconnu "Fernand", une des chansons les plus belles et tristes qui soit. 

3- The Rolling Stones - After-math
Brian Jones est encore là. Et même si la paire Jagger/Richards n'a eu de cesse depuis de minimiser son influence, elle est pourtant évidente ici, notamment quand on écoute la suite de la carrière des Stones, nettement plus blues-rock que cet "After-math" aux mélodies immédiates magnifiées par les ornements du sieur Jones.  

2- The Beatles - Revolver
Les Beatles décident à la suite de "Revolver" de fuir définitivement les concerts pour devenir des bêtes de studio. Pour beaucoup, c'est l'album charnière, celui qui fait le lien entre la fraîcheur des débuts et les expérimentations à venir. Et puis rien que pour les deux chefs d'oeuvre trop méconnus signés sir McCartney "Here, There and Everywhere" et "For no one"...

1- The Beach Boys - Pet Sounds
La quintessence de la pop des sixties, ce sont les Beatles, les Kinks, "Forever Changes" , "Odessey and Oracle" et évidemment "Pet Sounds" et on pourrait presque s'arrêter là. "Pet sounds", c'est le miracle d'un homme, Brian Wilson, qui tutoiera les anges - choeurs divins, mélodies parfaites - le temps d'un enregistrement pour sombrer ensuite dans la folie. Tout cela est magnifiquement bien raconté dans le film "Love and mercy". 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Monochrome Set - Fabula Mendax

Le Monochrome Set existe depuis bientôt 40 ans. Il a connu une période faste à ses débuts, à l'orée des années 70 et 80, durant laquelle le groupe inventait une pop à nulle autre pareille, bien éloignée du mouvement post-punk alors en plein essor ou de la new-wave balbutiante. La formation menée par Ganesh Seshadri, alias Bid, un soit-disant authentique prince indien, est à l'origine de beaucoup de vocations, notamment Morrissey ou Edwyn Collins. Le groupe arrivé trop tôt, reviendra trop tard dans les années 90, à l'heure de la brit-pop. Leurs mélodies précieuses et délicates n'avaient pas grand chose à voir avec le rock direct et un peu simplet de Oasis et consorts. Puis, il y a eu une nouvelle reformation à la fin des années 2000, après 10 nouvelles années de disette. Celle-ci ne semblait plus rien vouloir du tout, ne surfant pas avec une quelconque mode par essence éphémère. On sait déjà que le succès n'arrivera jamais, d'autant que la formation londonienne…

Temples - Hot Motion

Si le rock était encore à la mode, les anglais de Temples pourraient assurément emporter la mise, renvoyant les australiens de Tame Impala dans leur 22, avec ce "Hot Motion", troisième album encore plus direct et calibré que les précédents. Après avoir (un peu) délaissé les guitares pour les claviers, le temps de "Volcano", ils reviennent à un style plus "classique" et proche de leur premier essai, l'excellent "Sun Structures". C'est toujours la même recette : des mélodies accrocheuses dans la plus pure tradition anglaise, relevées par des arrangements très psychédéliques avec un bon gros son qui claque. Si on flirte parfois avec la facilité, comme sur "The Howl", ces jeunes anglais chics et très (trop?) stylés arrivent toujours à faire passer la pilule avec un petit changement de direction imprévu.  Car si le chemin d'ensemble est bien balisé, le groupe s'autorise de légères sorties de route qui font que ce "Hot …

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…