Accéder au contenu principal

Top albums 2003

Celui-là, j'ai mis du temps à le faire. Parce que, pour une fois, j'ai eu du mal à trouver 10 bons disques. Ben oui, je considère, peut-être à tort - on ne peut pas tout connaître - que 2003 ne fut pas un très bon cru. Est-ce le fait de cette mention "Copy Control" que l'on retrouvait à l'époque sur chaque nouveau CDs qui a bloqué toute vélléité artistique ? Les musiciens comme les labels ont semble-t-il plutôt penser à se défendre financièrement. En tout cas, la nouvelle scène new-yorkaise a dominé de nouveau les débats en proposant deux tonitruants premiers albums à l'esprit punk, mais à la musique radicalement différente. Très rock pour les Yeah Yeah Yeahs, plus électro pour The Rapture. Deux groupes, qui, depuis, ont perdu ce côté brut et sauvage et du coup, une grosse partie de ce qui faisait leur intérêt. Les anglais ont sagement avancé leurs pions avec les valeurs sûres que sont Radiohead pour un "Hail To The Thief" un poil en deçà par rapport à d'habitude et Blur pour un "Think Tank" qui restera par contre peut-être leur meilleur. Les jeunes liverpudliens de The Coral ralentissent la cadence et deviennent la formation pop de référence de l'autre côté de la Manche. Les White Stripes et les Strokes confirment le succès planétaire de leur précédent disque. Adam Green sort réellement du bois lo-fi et impose une pop décalée aux mélodies soyeuses. Les Grandaddy continuent sur la lancée de leur excellent "The Sophtware Slump" avec un "Sumday" aux charmes encore plus évidents. Enfin, les Dresden Dolls inventent une sorte de cabaret-punk original et fantasque mais qui aurait paradoxalement gagné à être encore plus fou. Et côté français ? Le calme plat !

10. The White Stripes - Elephant
Le duo cartonne avec "Seven Nation Army" - plus gros tube rock des dix dernières années - et leur musique fait alors l'unanimité de la profession et du public. "Elephant", du même nom que le film de Gus Van Sant sorti la même année, ne trompe pas vraiment sur la marchandise. C'est du blues-rock solide, inspiré par les pionniers du genre, le tout asaisonné à la sauce actuelle.

9. The Dresden Dolls - The Dresden Dolls
Les poupées de Dresde inventent ce qu'elles appellent le "cabaret punk brechtien". En fait de poupées, il s'agit d'un duo formé de la charismatique Amanda Palmer qui poursuit désormais une carrière solo et du plus discret Brian Viglione. Tellement inclassables que les Dresden Dolls n'auront malheureusement pas réussi à trouver leur public. Ce premier disque, pourtant pas complètement abouti, garde aujourd'hui encore une saveur particulière.

8. The Strokes - Room On Fire
Les Strokes réussissent le difficile examen du deuxième album. "Room On Fire" déroule pourtant avec presque trop de facilité ses hymnes pop-rock. Toujours aussi carré et efficace mais déjà un peu trop propre sur lui, le rock des Strokes semble déjà partie taquiner le grand public.


7. Adam Green - Friends of Mine 
Adam Green abandonne la pop-folk lo-fi des Moldy Peaches, très inspirée de Jonathan Richman et de ses Modern Lovers. Avec "Friends Of Mine", il se verrait déjà bien en crooner de séries B (comme son idole dans "Mary à tout prix" ?). Pas décidé encore à abandonner son humour décalé, il montre enfin son vrai talent.


6. Blur - Think Tank
Aidé par l'épisode Gorillaz, Damon Albarn élargit la palette sonore de son groupe originelle. Autrefois très référencée, la musique de Blur prend enfin le large et impose un style unique et régulièrement passionnant. Malheureusement, "Think Tank" semble devoir rester pour toujours orphelin, le groupe n'ayant pas su lui trouver une suite digne de ce nom.

5. The Coral - Magic & Medecine
The Coral calme le jeu sur un deuxième disque plus varié et mature. Les anglais deviendront ensuite l'un des groupes pop du moment, adulés de toute part. Leur musique chatoyante fait des clins d'oeil à quelques gloires du genre, de Love aux Doors, en passant par Echo and the Bunnymen et les inévitables Beatles. Liverpool never dies...

4. Grandaddy - Sumday
Sous ses airs de ne pas y toucher, Grandaddy est un groupe avant-gardiste. Ils ont participé à redémocratiser avant bien d'autres (les Fleet Foxes notamment) la barbe et la folk music, autrefois considérées comme ringardes. En plus, ils y ont ajouté une touche pop avec leurs claviers vintages. "Sumday" n'est peut-être pas leur grande oeuvre mais reste assurément la plus immédiatement accrocheuse.

3. Radiohead - Hail To The Thief
Le fameux quintet d'Oxford revient à des mélodies plus clairement identifiables après deux disques assez expérimentaux. On y perd sans doute en profondeur et longévité, ce qu'on gagne en efficacité. Cela faisait bien longtemps qu'un album de Radiohead n'avait pas séduit ainsi, dès la première écoute.


2. The Rapture - Echoes
Avant LCD Soundsystem et sur le même label défricheur (DFA Records), The Rapture invente un nouveau rock hybride aux influences si multiples qu'au final, il paraît difficile d'en avancer une plutôt que l'autre. Dans tous les cas, "Echoes" est un grand disque de son époque que le groupe n'a jamais réussi à égaler depuis, abandonnant son côté punk au profit d'une disco plus accessible. Dommage.

1. Yeah Yeah Yeahs - Fever To Tell
New-York continue de bousculer la planète rock. Cette fois-ci grâce à un groupe au nom d'une simplicité confondante mais qui dit tout : Yeah Yeah Yeahs. Emmené par la furie Karen O, aussi déjantée sur scène que sur disque, ils balancent un punk sauvage, brut tout en distillant, malgré tout, des mélodies qui restent.

Commentaires

  1. Ha! Quelqu'un qui reconnait Fever To Tell à sa juste valeur, même si il a toujours été reconnu comme un bon disque j'ai l'impression que ça s'arrête là alors que pour moi ça a été clairement un électrochoc à l'époque et encore aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, c'est de l'excellent punk qui dépote et dont l'énergie n'est pour une fois pas atténuée sur disque.

    RépondreSupprimer
  3. Hello.

    Toujours aussi sympa ces rétrospectives "meilleurs disques" d'années antérieures........retour en arrière, 2003. Quels sont mes albums favoris ?? Plusieurs en communs avec toi :
    Radiohead - Hail To The Thief (Peut être le dernier chef d'oeuvre du groupe, leur apogée créative).
    Grandaddy - Sumday (même si, moi aussi, je préfère le précédent).
    The Coral - Magic & Medecine (Premier Grand disque d'une belle série pour ces anglais).
    Blur - Think Tank (De loin mon préféré).
    The White Stripes - Elephant (1 de mes Best 2003).

    Je rajouterai (sans ordre) :
    _ Cat Power - "You Are Free"
    _ Silver Mt Zion – "This is Our Punk Rock...."
    _ TV on the Radio - "Young Liars" EP
    _ Broadcast - "Haha Sound"
    _ Four Tet - "Rounds"
    _ Dizzee Rascal - "Boy in Da Corner......................

    A + +

    RépondreSupprimer
  4. Hello Francky,

    Content de voir que même pendant les vacances, il reste quelques internautes à venir ici ;)
    Sinon, 5 disques en commun, c'est pas mal. Merci pour ta sélection, même si je les connaissais déjà pour la plupart.

    A+

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro