Accéder au contenu principal

The Pastels - Nothing To Be Done (1989)

Chaque année, je continue d'explorer, de découvrir des trésors cachés. Enfin, quelques fois cachés seulement de moi, ou plutôt ignorés, négligemment laissés de côté. Et puis, il suffit d'un nouvel album pour que le charme opère et que je me penche sur la discographie d'un groupe. En 2013, il y eut au moins Yo La Tengo et The Pastels. La formation de Stephen McRobbie est pourtant tout ce qu'il y a de plus avenante. Elle a influencé tout un pan du rock indépendant : sans eux, pas de Jesus and Mary Chain, de Shop Assistants, de Field Mice ou plus récemment The Pains of Being Pure at Heart. Mais, à ma décharge, leurs premiers disques restent en comparaison du formidable "Slow Summits", inaboutis, pas très constants. On peut tout de même y dénicher quelques pépites, comme ce "Nothing To be Done", morceau qui fait l'ouverture de leur deuxième album "Sittin' Pretty". Le style Pastels, c'est quoi ? C'est une pop mélodique, aux paroles fleurs bleues, qui refuse obstinément toute technicité, mais qui sait aussi s'orner de jolies enluminures. Pour preuve, l'utilisation régulière de cordes et d'instruments à vent et ce, dès leurs débuts. C'est aussi une simplicité non feinte ("Let me dump this stupid pride"). Je peux en témoigner depuis leur dernier passage à Rock en Seine. Les membres du groupe n'ont d'ailleurs pas lâché leur emploi, le chanteur est par exemple resté bibliothécaire à Glasgow. Lui et Katrina Mitchell à la batterie forment un de ces couples dont on rêverait avoir pour amis. "Simply nothing to be done, tell me, I'm the only one". Voilà leur philosophie. En inadéquation totale avec le monde moderne, qui nous voudrait hyper actif. Ils savent prendre le temps, comme attendre dix-sept ans entre deux disques. C'est pour toutes ces raisons qu'il faut aimer tendrement les Pastels.

Take my hand and take my heart
I shiver when you're near
Deliver me from everything that drives me, oh my dear

Accelerate your pain
White knuckles on the wheel again
Shut your mouth, let's move on out of here
Just try and keep it light
Or someone may get hurt tonight
Don't talk that way, don't talk that way, don't talk that way

Hold it there a second
Let me dump this stupid pride
I'm ready for you sweet-heart
Now my mind is open wide

Shut up and make it count
Your concentration paramount
Remember what was meant to be this year
The past is a disaster
And the future's coming faster now
What do you say we go and get a beer?

Simply nothing to be done
Oh tell me i'm the only one
Simply nothing to be done
Tell me I'm the only one

When i was young
I used to sing
I didn't care for anything
When i was young i used to sing
I didn't care for anything
Simply nothing to be done
Tell me I'm the only one
nothing to be done by The Pastels on Grooveshark

Commentaires

  1. Ah les Pastels, les années 89-90, grands souvenirs... Le rock indépendant, la noisy, les premières années des Inrocks, la chronique hebdomadaire d'Arnaud Viviant dans Libé...
    Ma préférée sur l'album c'était et c'est toujours (je l'ai réécouté) "Baby, you're just you".
    Cordialement,
    Denis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'aime bien aussi "Baby, you're just you". Disons qu'avec "Nothing to be done", ce sont les deux meilleures, de loin. Le reste est assez bancal.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro