Accéder au contenu principal

Tim & Jeff Buckley : le chant des sirènes

Même s'il n'y avait pas eu de lien de parenté entre eux, on aurait fait le rapprochement : même voix d'ange, même belle gueule, même goût du risque. Jeff avait beau renier l'héritage d'un père qui l'avait abandonné dès sa naissance, les gènes, ça ne se choisit pas encore. Il y a aussi beaucoup de choses qui les différencient, mais elles sont pour la plupart liées à leur époque respective. Tim avait l'esprit des hippies des années 60 : sans attache - que faire d'un gamin ? - tout entier dévoué à son métier artistique et bien loin des contraintes matérielles. Il s'en ira d'une overdose après neuf albums, à moins de 29 ans. Jeff, plus torturé, plus perfectionniste, plus préoccupé par son image, ne sortira qu'un seul véritable disque - même si son second était presque achevé - avant 30 ans. On ne sait pas encore si sa mort par noyade était intentionnelle ou non. Sous couvert d'affabilité, le jeune chanteur gardait une part de mystère, un jardin secret qu'on imaginait volontiers sombre. Tim était plus spontané, incapable de dissimulation jusqu'à sembler parfois misogyne avec ses conquêtes féminines, voire atrabilaire. Il a toujours fait ce qu'il a voulu, désarçonnant petit à petit sa maison de disques, Elektra Records - et le public -, qui aurait aimé d'autres "Goodbye and Hello" ou "Happy Sad", mais qui n'aura qu'une suite d'albums de plus en plus jazzy et expérimentaux. Son label reprendra malheureusement la main peu de temps avant sa disparition, en lui imposant une country-folk sirupeuse, indigne de son talent. Il restera donc ce sentiment de gâchis, d'un artiste indomptable, qu'on a laissé se consumer et partir dans ses délires, puis qu'on a voulu rattraper trop tard par incompréhension mutuelle. Sa carrière est tombée rapidement dans l'oubli après sa mort pour refaire surface grâce à la divine reprise de "Song To The Siren", sa chanson la plus emblématique, par le collectif This Mortal Coil emmené par la précieuse voix de Liz Fraser. 
Quelques années plus tard, celle de Jeff, ce fils qu'il n'a presque pas connu, décollait lors d'un concert organisé à sa mémoire. Oui, le père dont l'absence le hantera à jamais est aussi celui qui est parvenu à faire basculer sa vie. Avec le recul, il semblait impensable pour n'importe quel être normalement constitué de ne pas reconnaître les immenses capacités de Jeff. Ce gars-là respirait, transpirait la musique. Mais la composition était pour lui une épreuve - il était plus à l'aise dans les reprises, les oeuvres des autres qu'il transfigurait - incapable de graver dans le marbre une chanson. Il les triturait, revenait sans cesse à l'ouvrage. Sa musique ne pouvait se retrouver figée à jamais sur un disque. Mais, comme pour beaucoup malheureusement, n'ayant pas de souvenirs physiques de l'homme sur scène, il ne me reste justement que ce disque, "Grace", bien davantage que "Sketches For My Sweetheart The Drunk" aux titres inaboutis. Jeff n'y arrivait pas, n'était jamais satisfait du résultat. C'est peut-être quand il en a pris conscience qu'il a préféré s'en tenir là, se laissant emporter par le courant, pour rejoindre ce père qui lui a tant manqué. Qui sait si ce dernier saura enfin le guider et lui apprendre la chanson des sirènes.
 
Long afloat on shipless oceans
I did all my best to smile
'til your singing eyes and fingers
Drew me loving to your isle
And you sang
Sail to me
Sail to me
Let me enfold you
Here I am
Here I am
Waiting to hold you

Did I dream you dreamed about me?
Were you hare when I was fox?
Now my foolish boat is leaning
Broken lovelorn on your rocks,
For you sing, 'touch me not, touch me not, come back tomorrow:
O my heart, o my heart shies from the sorrow'

I am puzzled as the newborn child
I am troubled at the tide:
Should I stand amid the breakers?
Should I lie with death my bride?
Hear me sing, 'swim to me, swim to me, let me enfold you:
Here I am, here I am, waiting to hold you'

Commentaires

  1. Cette analyse est dramatique... Au contraire, tout porte à croire que Jeff Buckley commençait à accepter son héritage et écrire son chemin musical. Les différents ouvrages sur son parcours le montrent. Les blessures de sa vie ne regardent pas le public, même si les comprendre nous aide à mieux cerner ce talentueux jeune homme. Laissons le enfin tranquille avec son père, son destin, sa tragédie!!!! Ecoutons sa musique ! Avant Grace sa période New-yorkaise a été importante, écoutez ces solos en radio. Sa musique reste.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro