Accéder au contenu principal

Arcade Fire - Reflektor

L'actualité musicale est particulièrement dense en ce moment et pourtant mon blog tourne toujours au ralenti. Mais c'est que j'ai une bonne excuse cette fois-ci : j'étais en week-end prolongé pour cause de récupération. Bah oui, le "travailler plus pour gagner plus" est encore d'actualité. Je sais, ça craint. Enfin, gagner plus, faut voir, hein ? Mais bon, j'ai quand même trouvé le temps d'écouter le disque attendu par tout amateur de rock indé : le nouvel album d'Arcade Fire. Le groupe distille depuis plusieurs semaines et ce, quotidiennement les informations au compte-goutte. Tout ça respire à plein nez la grosse opération marketing, à l'instar du dernier Daft Punk. Sauf que les titres balancés sur la toile en avant-première tiennent plus que la route. James Murphy est à la production et on entend même  Bowie dans les choeurs, c'est peu dire que j'en salive d'avance. "Reflektor" va être immense et sonnera le glas de la concurrence. Alors, quand j'apprends, jeudi dernier, que ledit objet est enfin disponible en streaming, je saute carrément dessus, le casque sur les oreilles, prêt à succomber. Pourtant, après la déception de "The Suburbs", je me méfie : si tout cela n'était qu'une vaste fumisterie ? L'écoute entière du disque me donnera en partie raison. En partie seulement, car il y a des titres énormes, comme celui qui donne son nom à l'album et puis "Here Comes The Night Time", "Afterlife", "Flashbulb Eyes", un peu de "Awful Sound (Oh Eurydice)" (si on excepte cet horrible refrain gnangnan) ou la bonne première moitié de "Supersymmetry". Pour le reste, c'est juste inutile. Que dire entre autres du pathétique "Joan Of Arc" ? Où est passée la formation qui avait mis à genoux le rock indé du temps de "Funeral" ?
Arcade Fire cherche à se renouveler en s'entourant de pointures. Le problème c'est que l'inspiration de la paire Chassagne-Butler est en constante régression, ne parvenant que de façon de plus en plus épisodique à recréer l'effet dévastateur des débuts. Beaucoup d'esbroufe et d'effets de manche pour masquer l'absence de mélodies marquantes, point fort jadis de la troupe montréalaise. Après avoir rameuté nombre d'ouailles sous leurs bannières, comme Jeanne d'Arc, gare à ne pas finir sur le bûcher. Car, qui sait si bientôt, on ne les croira plus - bon, vu le nombre d'excellentes critiques qu'ils ont encore, ce n'est pas demain la veille -, on ne les verra plus comme LA voix du rock indépendant. Comme le fut en son temps un certain Lou Reed,  récemment décédé.

Clip de "Reflektor" réalisé par Anton Corbijn:


Clip de "Afterlife" :


Film "Here Comes The Night Time" réalisé par Roman Coppola :

Album en écoute sur Deezer.

Commentaires

  1. Je suis d'accord avec toi: l'album est décevant malgré quelques fulgurances. Je l'ai écouté une fois cela dit mais j'ai repéré des morceaux complètement inintéressants. Pourquoi ce besoin si pressant d'utiliser des artifices disco? Pour masquer un manque d'inspiration? Je ne fais pas partie de ceux qui vont encenser cet album. Donc, passons à autre chose....

    RépondreSupprimer
  2. Avant la sortie, je craignais l'escroquerie, malgré l'excellent Reflektor. J'avais presque le même avis que toi aux premières écoutes, depuis il a changé.
    J'aime la majorité des titres ici. Je trouve l'album au final très très réussi. En revanche, des choses comme Joan Of Arc mettent un peu mal à l'aise, ils auraient gagné à faire plus concis en se débarrassant de morceaux plus faibles. C'est quand même une grande œuvre, malgré ses défauts, à mon humble avis.

    Alexandre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au passage, je me suis lancé : http://lapopdalexandre.blogspot.fr/

      Supprimer
  3. Je n'ai pas réussi à l'écouter en entier... Ce que j'aimais bien dans les premiers disques c'était le côté un peu triste et désespéré et celui-ci est incroyablement joyeux... Ok, c'est super qu'il ne fasse pas deux fois le même disque de là à changer de couleur...

    Le schtroumpf grincheux.

    RépondreSupprimer
  4. Comme Sb, je ne suis pas parvenu à aller jusqu'au bout. Pour tout dire, je l'ai écouté au boulot sans savoir ce que c'était, et me suis demandé: "qu'est-ce que c'est que cette merde?!". Bien sûr, il faudra que je lui offre une autre chance, mais je ne m'en sens que moyennement le courage.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai le remède pour oublier qu'Arcade Fire c'est mis au disco!
    C'est absolument splendide et c'est juste en dessous (j'espère que ça méritera un tout petit commentaire!):
    http://le-club-des-mangeurs-de-disques.blogspot.fr/2013/10/ed-askew-for-world-2013-cmd594.html

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

The Avalanches - We Will Always Love You

Après la sortie du dernier disque de Gorillaz rempli à ras bord de musiques en tous genres et d'invités de marque, voici The Avalanches qui placent peut-être encore la barre au-dessus, si cela est possible. Jugez plutôt : MGMT, Johnny Marr, Vashti Bunyan, Mick Jones, Neneh Cherry, Kurt Vile, Karen O, Wayne Coyne ou Rivers Cuomo. On est donc dans la surenchère de sons, de collaborations, d'albums pleins comme un oeuf. Bienvenue dans la culture du zapping, sauf qu'ici, il y a - et c'est ça qui est assez incroyable - une vraie homogénéité malgré les styles si différents des invités. Chacun est venu se fondre dans la grande orgie pop orchestrée par le duo Australien. Contrairement au Gorillaz, on peut ici tout aimer ou presque. Si je n'étais pas forcément convaincu par les quelques singles annonciateurs, l'écoute entière de l'album m'a conquis. C'est le miracle de ce groupe : comme " Since I Left You " paru il y a déjà vingt ans, ce " We