Accéder au contenu principal

Beastie Boys - Sure Shot (1994)

Dire que je suis attristé par la fin officielle des Beastie Boys annoncée cette semaine par Mike D serait exagéré. Pourtant, sur quelques titres ravageurs, le groupe arrivait parfois à m'emballer, comme du temps de "Ill Communication" et de ses tubes en puissance "Sabotage" et "Sure Shot". Les Beastie Boys auront marqué deux décennies de musique avec leur son atypique et si caractéristique, mélange de rock, de punk, de hip-hop, de jazz même. Ils avaient même réussi à se renouveler, prenant un virage électro avec "Hello Nasty" en 1998. Ils sont aussi l'un des rares groupes encore écoutables aujourd'hui de ce qu'on a appelé le "rock fusion". Ce mouvement était en odeur de sainteté commerciale au début des années 90, de Rage Against the Machine aux Red Hot Chili Peppers. Les Beastie Boys, moins formatés que la moyenne, étaient les trublions d'un genre qui se prenait trop au sérieux. Il suffit de regarder l'excellent clip de "Sabotage" pour constater que ces trois-là restaient de grands enfants. Plus que leur musique, j'aimais leur côté ludique. Alors, oui, les Beastie Boys vont manquer. Ce genre de groupes manquent toujours. Au final, je suis donc un peu triste. Même si, après le décès de MCA, alias Adam Yauch, il y a deux ans, ça n'aurait déjà plus été pareil. Une page se tourne.


You Can't, You Won't And You Don't Stop
Mike D Come On And Rock The Sure Shot

I've Got The Brand New Doo-Doo Guaranteed Like Yoo Hoo
I'm On Like Dr John, Yea Mr Zu Zu
I'm A Newlywed, Not A Divorcee
And Everything I Do Is Funky Like Lee Dorsey
Well, It's The Taking Fo Pelham, One, Two, Three
If You Want A Doodoo Rhyme Then Come See Me
I've Got The Savior Faire With The Unique Rhyme And
I Keep It On And On, It's Never Quitting Time And
Strictly Hand Held Is The Style I Go
Never Rock The Mic With The Panty Hose
I Strap On My Ear Goggles And I'm Ready To Go
'Couse At The Boards Is The Man They Call The Mario
Pull Up At The Function And You Know I Kojak
To All The Party People That Are On My Bozak
I've Got More Action Than My Man John Woo
And I've Got Mad Hits Like I Was Rod Carew

You Can't, You Won't And You Don't Stop
Ad Rock Come And Rock The Sure Shot

Hurricane Will Cross Fade On Your Ass And Bust Your Ear Drums
Listen Everybody 'Couse I'm Shifting Gears I'm
Fresh Like Dougie When I Set My Specs And
On The Microphone I Come Correct
Timing Like A Clock When I'Rock The Hip Hop
Top Notch Is My Stock On The Soap Box
I've Got More Rhymes Than I'v Got Grey Hairs
And That's Alot Because I've Got My Share
I've Got A Hole In My Head And There's No One To Fix It
Got To Straighten My Thoughts, I'm Thinking Too Much Sick Shit
Everyone Just Takes and Takes, Takes, Takes, Takes
I've Got To Step Back, I've Got To Contemplate
I'm Like Lee Perry, I'm Very
On Rock The Microphone And Then I'm Gone
I'm Like Vaughn bode, I'm a Cheech Wizard
Never Quitting, So Won't You Listen

Oh Yes Indeed, It's Fun Time
'Cause You Can't, You Won't And You Don't Stop
MCA Come And Rock The Sure Shot

I Want To Say a Little Something That's Long Overdue
The Disrespect To Women Has Got To Be Through
To All The Mothers And Sisters And the Wives And Friends
I Want To Offer My Love And Respect To The End
Well You Say I'm Twenty Something And Should Be Slacking
But I'm Working Harder Than Ever And You Could Call It Macking
So I'm Supposed To Sit Upon My Couch Watching My T.V.
I'm Still Iistening To Wax, I'm Not Using The CD
I'm That Kid In The Corner
All Fucked Up And I Wanna So I'm Gonna
Take A Piece Of The Pie, Why Not, I'm Not Quitting
Think I'm Gonna Change Up My Style Just To Fit In
I Keep My Underwear Up With A Piece Of Elastic
I Use A Bullshit Mic That's Made Out Of Plastic
To Send My Rhymes Out To All Nations
Like Ma Bell, I've Got The Ill Communications

Commentaires

  1. Un désespoir qui ne peut que nous inciter à écouter (en boucle donc) les exploits du pipeau de Jeremy Steig (Howlin' For Judy donc; mais aussi Alias, In The World Glass Teardrops, Mint Tea,...).

    RépondreSupprimer
  2. Etant quasi quarantenaire, j'ai beaucoup écouté les Beastie Boys ado/jeune adulte. C'est même le premier groupe Rap/Hip Hop que j'ai découvert....avec les français d'Assassins en parallèle.
    "Licensed to ill", "Check Your Head", " ill Communication" ou "Hello Nasty" que de good LP's des 90's, mariant les univers du rap ou de l'Indie rock avec virtuosité et nonchalance. Et leur "retour", 6 ans + tard, avec un "To the 5 Borroughs" très convainquant en 2004.
    "Hot Sauce Committee Part Two" en 2011 m'avait aussi assez séduit !! Bref, LE grand groupe Rap ayant dynamité les barrières stupides entre Hip Hop et Rock....et le first groupe de "blanc becs" reconnu dans le milieu Hip Hop.
    Et j'au aussi beaucoup écouté le premier LP de RATM (ah, quellle époque) !! Je me souviens de leur explosion en 1994 et leur passage sur la grande scène des Inrocks : 50 000 personnes, sous la chaleur, chantant "Freedom" ou "Killing in the Name" !! Ah nostalgie, quand tu nous tiens !!
    A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh, c'était sur la grande scène des Eurockéènes de Belfort (et non Inrocks). Ah Alzheimer !!
      Vous aviez surement deviné (car 50 0000 personnes....)
      A +

      Supprimer
  3. J'ai leur grosse compilation (que j'avais offerte à mon petit frère), donc mise à part à ou deux trucs, je les ai connus très en retard. Et à chaque fois que je l'écoute, je ne peux m'empéche de penser que j'écoute un très grand groupe. Dire qu'ils faisaient du rap n'a d'ailleurs presque pas de sens. Il faisait de la bonne musique. Point. Elle dépasse les genres.
    C'est vraiment marrant comme des branleurs comme eux ont réussi à s'imposer grâce à la qualité de leur musique. Et à être pris au sérieux. De la grande classe.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

The Avalanches - We Will Always Love You

Après la sortie du dernier disque de Gorillaz rempli à ras bord de musiques en tous genres et d'invités de marque, voici The Avalanches qui placent peut-être encore la barre au-dessus, si cela est possible. Jugez plutôt : MGMT, Johnny Marr, Vashti Bunyan, Mick Jones, Neneh Cherry, Kurt Vile, Karen O, Wayne Coyne ou Rivers Cuomo. On est donc dans la surenchère de sons, de collaborations, d'albums pleins comme un oeuf. Bienvenue dans la culture du zapping, sauf qu'ici, il y a - et c'est ça qui est assez incroyable - une vraie homogénéité malgré les styles si différents des invités. Chacun est venu se fondre dans la grande orgie pop orchestrée par le duo Australien. Contrairement au Gorillaz, on peut ici tout aimer ou presque. Si je n'étais pas forcément convaincu par les quelques singles annonciateurs, l'écoute entière de l'album m'a conquis. C'est le miracle de ce groupe : comme " Since I Left You " paru il y a déjà vingt ans, ce " We