Accéder au contenu principal

Jaill - Brain Cream

Cette fois-ci, je ne me ferais pas avoir comme avec Ratatat. J'avoue avec le recul avoir écrit trop vite sur le duo électronique américain, leur "Magnifique" ne l'est pas tant que ça. J'ai été tellement subjugué par les deux premiers singles que je voulais à tout prix que le reste soit à la hauteur et même si j'ai été déçu par les premières écoutes, je me disais que ça allait venir, à force. Et puis, non, pas vraiment. Pour ce groupe originaire de Milwaukee, l'attente était moindre voire inexistante, car je ne les connaissais ni d'Ève ni d'Adam. La surprise ne pouvait être que bonne. Et elle l'a été. Sans rien inventer, Jaill distille tranquillement ses chansons pop aux influences sixties, mélange de psychédélisme, de garage et de folk. Le Pink Floyd période Syd Barrett, les Sonics et les Byrds, voici quelques influences perceptibles. Ou des Supergrass psychés pas très loin de ceux de "In It For The Money". Ce quatrième disque les a vu passer de Sub Pop Records, mythique label de Seattle, tête de file autrefois du mouvement grunge au plus "do it yourself" Burger Records. Le groupe a aussi connu une forte mutation puisque seul le leader Vincent Kircher est resté. C'est une nouvelle vie que connait donc Jaill et on espère qu'elle leur permettra de se faire mieux connaître.
Quelques titres méritent déjà de figurer dans toute compilation de l'été qui se respecte, parfaits pour filer tout droit sur l'autoroute. En direction du sud et du soleil. Evidemment. Pour s'évader du travail. Vous avez dit de prison ? Non, j'ai dit "Jaill" avec deux ailes, histoire de partir plus vite. Bien vu.

Clip de "Getaway" :

"Got an F" :

Commentaires

  1. ha ha, tu nous avais bien entraîné avec Ratatat. Mais tu n'as pas été le seul (Les Inrock). Pour finir, tu as été assez clairvoyant sur les titres majeurs, le reste est sympa amis au final tu as raison, le genre de musique qui a sa place dans des Playlist, car l'écoute d'album en entier. J'ai eu la même sensation avec JUSTICE. A part ça, tu nous proposes ici un disuqe de pop que je ne connais pas encore, mais comme le Ranx Ze Vox m'a plongé dans le rap - que je connais peu - avec une insistance qui écoque du bon rock pas si vieux. Je reporte à plus tard mes envies de pop et reviendrai.
    Pour le rap si tu es d'humeur à subir des influences:
    http://ranxzevox.blogspot.fr/2015/07/public-enemy-man-plans-god-laughs.html
    à (te) suivre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas branché rap. Il y a bien quelques trucs que j'aime comme les Beastie Boys, De La Soul ou plus récemment Outkast, mais est-ce réellement du rap comme la plupart des gens l'entendent ?
      Je reste donc à ma pop de "petit blanc". On ne se refait pas :-)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro