Accéder au contenu principal

Radiohead - A Moon Shaped Pool

Voici un groupe que j'ai mis autrefois bien au-dessus des autres. Chacun de leur nouveau disque venait écraser la concurrence, lui montrant le long chemin restant à parcourir. De "The Bends" à "In Rainbows", aucune fausse note, autant d'albums passionnants venant définir une nouvelle pop, sans équivalent, à mi-chemin de tous les styles. La bande de Thom Yorke semblait, seule, en connaître la recette. Et puis, "The King of Limbs" est arrivé avec, pour la première fois, une certaine lassitude. Les morceaux paraissaient faire du surplace. La machine était grippée. Radiohead rentrait bizarrement dans le rang. Le dernier album solo de Yorke marquait aussi le pas. Comme si la flamme avait fini lentement par s'éteindre... Alors, quand le groupe d'Oxford annonça enfin un nouveau disque, l'attente n'était plus la même. Et puis, il a fallu entendre et surtout voir le formidable clip de "Burn the witch" pour que le buzz éclate de nouveau. Et si le quintet avait retrouvé l'inspiration ? Content et rassuré par son effet, le groupe enchaîna rapidement avec un deuxième morceau puis l'annonce de la sortie digitale du disque. Il ne me fallut pas plus d'une écoute pour comprendre qu'on était à nouveau en présence d'un album supérieur. Un de ceux qu'on réécoutera de nombreuses fois pour y saisir toutes les subtilités. Le son est une fois de plus complexe, impeccable, enveloppant, caractéristique du groupe. "Present Tense" est par exemple une petite merveille de bossanova intergalactique. Les guitares se font moins sauvages que par le passé, les mélodies moins évidentes. Le climat est plus résigné, fataliste. Plus de révolte ne signifie pas pour autant davantage de sérénité, au contraire.
Radiohead est plus que le groupe d'une génération. C'est déjà la troisième décennie durant laquelle ils sortent des disques essentiels. Peu d'artistes peuvent en dire autant. D'un coup, je me sens revenir dix ans en arrière, au moment où Radiohead planait encore au-dessus de la mêlée de mes goûts personnels. Il est agréable de se rappeler les bons souvenirs, surtout en ces temps où chaque jour nous donne de nouvelles raisons de désespérer. Il est rassurant de pouvoir s'appuyer sur des valeurs sûres, avec un cadre connu, un chemin balisé. Même si ce ne sont pas les sommets d'antan, savoir Radiohead revenu aux affaires est déjà une bien bonne nouvelle.

Clip de "Burn the witch" :


Clip de "Daydreaming" :

Commentaires

  1. Si un contre-avis ne te dérange pas. En fait il y a eu chez Jeepeedee une d'abord critique négative, amusante et pas mal de réactions dont une que jeepeedee a isolé dans un autre billet, le tout avec passion sur la critique.
    http://jeepeedee.blogspot.fr/2016/05/184-radiohead-moon-shaped-pool.html
    http://jeepeedee.blogspot.fr/2016/05/radiohead-par-audrey.html

    On y trouve de tout.

    Maintenant moi, du coup, je l'ai écouté plusieurs fois cet album, d'un groupe que j'apprécié. Mais...
    Mais je n'ai pas ressenti les subtilités, il y a ce genre de lignes répétitives, un peu héritées de P Glass, mais sans enrichissements particuliers, juste de petites touches, pas de cassure pour redonner du relief. Je n'ai pas détesté ni aimé. Plutôt indifférent. Il s'agit d'un sentiment pas forcément à partager, la preuve ton enthousiasme. je ne sais pas ailleurs, mais il y a longtemps que dans notre petit cercle il n'y a eu autant de passion. Un bon point pour Radiohead.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, j'ai rapidement été emballé par ce disque. Maintenant, je dois dire qu'il est excellent, mais qu'au regarde de la discographie du groupe, c'est loin d'être leur meilleur. Comme tu dis, certains morceaux sont assez répétitifs.

      Supprimer
  2. Bonjour. Radiohead est un de mes groupes favoris. Je ne sais plus combien de MP3 de leurs tubes j’ai téléchargés sur http://m.zikiz.fr/ . Il faut dire que j’aime tout ce qu’ils font. Ce n’est donc pas étonnant que j’attende avec impatience ce nouvel album. Surtout que le premier single est juste parfait.

    RépondreSupprimer
  3. Je suis en phase avec toi pour le coup, j'ai été déçu par King Of Limbs, je m'attendais à l'être aussi par celui-là, ou au mieux vaguement convaincu sans plus (comme pour le dernier Blur, très sympa, avec de bons moments, mais mou).

    Mais non, Radiohead est de retour et en forme. Ce disque est d'une profondeur folle. C'est difficile à décrire, mais il y a un parfait dosage entre mélodies fredonnables et passages plus complexes et prenants.

    RépondreSupprimer
  4. Le disque est bon...ça faisait longtemps effectivement et perso je n'y croyais plus.
    Et en concert, ils redeviennent un des meilleurs groupe de live...inventifs, ne jouant pas tout les soirs les mèmes morceaux (sauf le début du concert)....bref envie de les revoir encore et encore. Sauf que ça va pas être possible. Zut.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

The Avalanches - We Will Always Love You

Après la sortie du dernier disque de Gorillaz rempli à ras bord de musiques en tous genres et d'invités de marque, voici The Avalanches qui placent peut-être encore la barre au-dessus, si cela est possible. Jugez plutôt : MGMT, Johnny Marr, Vashti Bunyan, Mick Jones, Neneh Cherry, Kurt Vile, Karen O, Wayne Coyne ou Rivers Cuomo. On est donc dans la surenchère de sons, de collaborations, d'albums pleins comme un oeuf. Bienvenue dans la culture du zapping, sauf qu'ici, il y a - et c'est ça qui est assez incroyable - une vraie homogénéité malgré les styles si différents des invités. Chacun est venu se fondre dans la grande orgie pop orchestrée par le duo Australien. Contrairement au Gorillaz, on peut ici tout aimer ou presque. Si je n'étais pas forcément convaincu par les quelques singles annonciateurs, l'écoute entière de l'album m'a conquis. C'est le miracle de ce groupe : comme " Since I Left You " paru il y a déjà vingt ans, ce " We