Accéder au contenu principal

The Go! Team - Get Up Sequences Part One

Après un léger rappel en commentaire de mon précédent post - et oui, je fonctionne comme les rockstars :-) - me voilà de retour aux affaires. J'avoue que cette fois-ci j'ai pensé fortement à laisser tomber ce blog. Parce que ça demande mine de rien du temps et un minimum d'investissement. Parce que j'ai de plus en plus de mal à m'enthousiasmer pour les nouveautés musicales. Oui, je deviens vieux. Il faudrait alors parler de vieilleries. C'est ce que j'envisageais alors, en me replongeant dans le son des décennies précédentes, cherchant les disques oubliés, les pépites cachées. J'en ai trouvé quelques unes. J'en ai pas encore parlé ici, mais je vais le faire. Je ne sais juste pas encore sous quel forme - un énième top ? En attendant, je me replonge quand même dans les disques de l'été. Près de trois mois sans écouter du son estampillé 2021 m'a sans doute fait du bien. Pour recommencer, il me fallait un album léger, de saison, un truc fun, bariolé. Les anglais de The Go! Team étaient donc les clients rêvés. Car il y a quelque chose d'immuable chez eux, c'est leur coolitude, leur son qui n'a presque pas changé depuis leurs début fracassants en 2004 avec "Thunder, Lightning, Strike". C'était l'époque des groupes pop, joyeux, foutraques, bordéliques, aux multiples intervenants, mélangeant dans une gaieté communicative plein de styles. 
Les autres - I'm from Barcelona, Architecture in Helsinki, Los Campesinos, et j'en passe - ont à peu près tous disparu. Finie la rigolade ? Il faut dire que cette musique si fraîche et directe en apparence a parfois les défauts de ses qualités : trop de fun tue le fun  et c'est rapidement l'indigestion. Il reste donc les australiens de The Avalanches, auteurs encore d'un formidable dernier disque sorti en fin d'année dernière, conviant pléthore d'invités plus que recommandables et puis The Go! Team, avec un sixième album, comme si rien n'avait jamais bougé, comme s'ils pouvaient nous pondre indéfiniment le même disque percutant et accrocheur, parfait remède au pessimisme ambiant. Je me devais donc de recommencer par là, par eux. D'ailleurs, il m'est tout de suite venu l'envie de concert, de voir enfin The Go! Team en concert. Pour fêter ça. Pour fêter la vie, quoiqu'il en coûte, comme dirait l'autre. Malheureusement, pas de date prévue pour le moment... Peut-être après un potentiel "Get Up Sequences Part Two" ? Je ne veux plus attendre.




Commentaires

  1. ah non, ne t'arrête pas. Ce blog est une pépite pour découvrir des nouveaux artistes, et prendre le temps d'écouter les artistes populaires que je peux critiquer sans savoir. Tu ne seras pas le dernier à arrêter de tenir un blog musical ou ciné car c'est fastidieux et oui, l'essoufflement est normal. Mais je pense que nous sommes nombreux.euses à te lire sans laisser de commentaire. J'adorerais tenir un blog aussi (pas le temps), par contre je balance des trucs sur mon fb (cercle très restreint) et les ami.es sont ravi.es que je leur fasse découvrir des nouveaux trucs. Je défriche, (je suis 3 ou 4 blogs dont le tien), je me fais des sessions d'écouter prolongées au casque et voilà, je sélectionne. Certaines périodes sont propices à se laisser aller aux trucs légers, parfois au contraire à revenir à ses premiers amours (le post rock, punk rock). Ecouter la musique, je m'en lasse pas. Jamais. Mais ce que tu fais ici est essentiel pour moi. Alors merci :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup !!! ça fait plaisir de ne pas se savoir seul !

      Supprimer
  2. Tu nous avais manqué Papa! Très heureux de constater ton retour et de pouvoir de nouveau me délecter de tes chroniques!

    RépondreSupprimer
  3. Très heureux également de ta belle reprise d'activité depuis septembre ! J'écoute quasi tout ce que tu proposes. Ton travail (car c'est un vrai taf de tenir ce genre de blog) est de qualité, tes commentaires toujours appréciés. J'espère que tu pourras encore continuer.
    Sur cet album, que dire ? J'ai un peu l'impression d'une musique désuète, d'un style qui a cartonné en années 80, 90 2000, mais qui aujourd'hui est passé de mode. Dommage car effectivement ça s'écoute très bien.
    Merci pour la découverte !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu