Accéder au contenu principal

Top albums 2021

Nous y voilà enfin : mon top 10 des albums de l'année 2021 ! Il y en a pour tous les goûts ou presque : de la variété grand public au rock expérimental. Pour sûr que vous n'aimerez pas tout, mais si ça peut vous faire découvrir de nouvelles choses, ça aura atteint son but. Les allemands de Notwist tout en haut - tiens, après Dan Deacon en 2020, encore un disque sorti en janvier qui finit premier à la fin de l'année - parce que si on fait fi des modes du moment, leur musique reste la proposition musicale la plus passionnante de cette année 2020. Et je ne suis pas le seul à le penser.

10- Jungle - Loving In Stereo

Cette musique, à l'image des nombreux clips du groupe toujours impeccablement chorégraphiés, est faite pour danser. Vous me direz qu'il n'y a pas de saison pour danser. Sauf que les chaleurs estivales se prêtent mieux à ces mélodies légères et suaves. "Loving in stereo" enchaîne les titres dansants à souhait avec une facilité et une aisance déconcertantes, sans pour autant bannir une belle intelligence dans les arrangements. 

9- Boost 3000 - Quel Album

C'est simple, ces sept chansons, on a envie de se les repasser encore et encore. C'est le genre de musique qu'on peut écouter n'importe quand, avec n'importe qui, parce qu'on sait que peu importe notre état d'esprit du moment, elle va nous remonter le moral, nous donner la pêche, nous re-"boost"-er. 

8- Richard Dawson & Circle - Henki

Richard Dawson est devenu au fil des années une des personnalités les plus intrigantes et essentielles de la scène indépendante actuelle. Cet "Henki" est rempli à ras bords d'idées, de sons en tout genre et constitue à coup sûr un des trucs les plus inclassables entendus en 2021. Si tout semble avoir été inventé, certains continuent de chercher et ça fait plaisir à entendre.

7- Clara Luciani - Coeur

Clara Luciani, c'est sans doute la seule chanteuse française actuelle capable de plaire à toutes les générations, aussi bien au lecteur de Magic qu'à l'auditeur de NRJ : ça devrait donc faire fuire l'essentiel des gens qui viennent ici. Tant pis si dans plusieurs semaines, plusieurs mois, je change d'avis. Ce disque, cette musique, c'est précisément ce dont j'ai besoin maintenant. Le coeur plutôt qu'autre chose donc. Le reste, je vous le laisse, hein, hein - oui, je sais, c'est facile.

6- Arab Strap - As Days Get Dark

"I don't give a fuck about the past. Our golden days gone by." Voilà comment commence "The Turning of Out Bones", le premier titre de ce nouveau disque, "As Days Get Dark". Comme s'ils avaient déjà tout dit ou plutôt comme si le monde n'en avait plus rien à faire. On a le droit de ne pas être d'accord. Pour la musique bien sûr mais aussi pour la personnalité d'Aidan Moffat, un de ces gars qu'on rêverait d'avoir pour pote.

  5- Ducks Ltd. - Modern Fiction

"Modern Fiction" est leur premier album et s'il n'invente rien, il le fait tellement bien qu'on se dit que c'est déjà un exploit qu'on se mette à écouter un disque de jangle pop de 2021 avec le même bonheur que ceux sortis quatre décennies avant. 10 titres, pas un de faible, chacun ayant une durée avoisinant les trois minutes de rigueur, des guitares qui carillonnent, tourbillonnent et tricotent des airs qui donnent tous envie de dodeliner de la tête et tant pis si on sait qu'ils ne feront sans doute pas mieux. C'est là aujourd'hui et c'est miraculeux.

4- Dry Cleaning - New Long Leg

Le style plus parlé que chanté de Florence Shaw, l'absence de mélodies évidentes m'avaient un peu rebuté, malgré la présence de quelques chansons "coup de poing" comme celle qui débarque dès le début du disque, "Scratchcard Lanyard", sans doute un des titres de l'année. Mais le style de Dry Cleaning a depuis fait son chemin dans mes oreilles, plus complexe qu'il n'y paraît, même si ultra référencé, montrant qu'ils ne sont pas un énième groupe de post-punk de plus et donc que leur place parmi les meilleurs albums de l'année n'est pas usurpée.

3- Black Country, New Road - For The First Time


Black Country, New Road alterne les baffes et les caresses ("Track X"), les changements de rythmes et les boucles répétitives, avec une large palette d'instruments - normal, ils sont sept. Bref, cette "New Road", pas toujours facile à suivre, nécessite un GPS adapté et tant pis pour les habitués du pilotage automatique ou autres régulateurs et limiteurs de vitesse. Chaque écoute dévoile de nouvelles directions possibles, des chemins de traverse qu'eux seuls semblent être capables d'emprunter. On hâte de connaître le prochain épisode, on aura déjà quelques clés pour y entrer plus facilement. 

2- Jorge Elbrecht - Presentable Corpse 002

Ce disque ressemble au mélange idéal entre le Chris Cohen de "Overgrown Path", le Ariel Pink de "Dedicated to Bobby Jameson" rehaussé par une pop psychédélique digne des heures de gloire du Love de "Forever Changes" et un sens mélodique proche des Smiths. Bref, on est donc dans ce que l'indie pop peut produire de mieux.

1- The Notwist - Vertigo Days

On pensait jusqu'alors les allemands de The Notwist assez solitaires dans leur façon de composer, imperméables au monde extérieur. "Vertigo Days" ouvre grand les portes de leur studio et propose de nouvelles directions passionnantes. Il s'en dégage une musique électronique plus si claustro qu'auparavant. Une remise en question sans pour autant se dénaturer, voilà la formidable gageure réussie par le groupe. Ces jours de vertige ne sont pas prêts de nous quitter...

Commentaires

  1. The Notwist : grande découverte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'aimais déjà beaucoup mais je me demande si ce "Vertigo Days" ne serait tout simplement pas leur meilleur disque.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro