Accéder au contenu principal

Albums 2008 et résistance ...

Après les 2 compils bourrées à craquer de tubes, voici une petite liste de mes albums préférés pour 2008, histoire de boucler une bonne fois pour toute la boucle :

1- Portishead -Third
Vainqueurs haut la main cette année, pour leur originalité, pour leur indéniable savoir-faire, pour l'émotion que leur musique me procure. Je les rangerai tout en haut des groupes importants du moment, de la décennie, pas loin de Radiohead. Leur retour est une immense claque à la production musicale actuelle. Portishead était parti pendant plus 10 ans et pourtant, ils sont toujours en avance ... Il faut aussi aller voir Beth Gibbons en concert, pour sa voix, sa présence scénique, la chair de poule qu'elle provoque. Mon rendez-vous musical incontournable de l'année écoulée.



2- Vampire Weekend - Vampire Weekend
Ceux-là ont sorti un disque un peu plus terrien, un peu plus accessible aussi et pourtant terriblement mélodique, joyeusement pop, diviniment rythmé. Des Talking Heads pour les fans des Beatles. Et dire qu'ils ont à peine vingt ans, risquent d'écoeurer la grosse majorité de la production musicale hexagonale. A part quelques groupes anglais incontournables, l'essentiel de la musique pop-rock un peu excitante nous vient désormais des Etats-Unis, et en grosse partie de la scène new-yorkaise.

Découvrez Vampire Weekend!

3- Fleet Foxes - Fleet Foxes (& Sun Giant)
Ils sont jeunes, ils sont chevelus, ils sont américains, portent des chemises de bûcherons. Tout ceci pourrait faire fuir et pourtant en faisant se rencontrer le folk lunaire des premiers Neil Young avec les harmonies vocales des Beach Boys, les Fleet Foxes arrivent à allier beauté et simplicité. Du folk-pop à papa sans doute. Bien dans la lignée de ce site donc. Et puis, si en plus, cela fait plaisir à maman qui adore "White Winter Hymnal" ...

Découvrez Fleet Foxes!


4- Parenthetical Girls - Entanglements
Ceux-là, c'est un peu ma "madeleine de Proust" à moi. Je sais bien que leur musique grandiloquente doit en faire fuir plus d'un et pourtant, je les aime bien. Ce groupe américain n'a pas peur d'habiller ses ritournelles pop de tout un tas d'arrangements de cordes classiques au risque de tomber dans l'outrance. Leur chanteur en fait sans doute un peu trop dans le côté androgyne et affecté et pourtant, je ne sais pas, je trouve qu'il y a là, un réel talent mélodique. La reprise des "Moulins de mon coeur", le tube kitsch de Michel Legrand, est par exemple divine.


5- Barbara Carlotti - L'idéal
Celle-là, au même titre que Daphné l'année précédente est mon coup de coeur français de 2008. C'est frais, c'est bien chanté, c'est bien écrit, c'est bien arrangé, il n'y a pas de chansons faibles, l'album se tient bien sur toute la longueur. Bref, rien à redire sur le nouveau disque de cette chanteuse corse, que je n'ai découvert que cette année. C'est en tout point remarquable et je ne comprends pas encore comment on ne lui a pas remis le prix Constantin cette année. Elle le méritait amplement.

Découvrez Barbara Carlotti!


6- MGMT - Oracular Spectacular
Bien sûr, les MGMT sont dans tous les palmarès de fin d'année, comme Portishead, Fleet Foxes et Vampire Weekend d'ailleurs, ce qui prouve finalement, que je dois avoir des goûts assez basiques ;-) Bien sûr, leur disque n'est pas parfait, loin de là. Mais il y a de telles fulgurances, de telles évidences, que je trouve qu'il mérite amplement sa place ici. "Oracular Spectacular" est sans aucun doute l'album le moins homogène de cette sélection, mais rien que le fait d'avoir imposé 2 tubes indie ("Time To Pretend" et "Kids") en boucle sur toutes les radios et dans les reportages télés de France et de Navarre impose le respect. Surtout quand on décrypte les paroles du cynique "Time To Pretend" ... Jouissif !

Découvrez MGMT!


Voilà, 6 albums en tout et pour tout, ça fait pas beaucoup, mais j'avoue que cette année 2008 ne restera pas pour moi comme une très bonne année musicale, comme souvent avec les années paires. J'ai eu pas mal de coups de coeur en ce qui concerne des chansons précises, en témoigne la longue liste des morceaux présents dans mes compils de l'année, par contre, peu d'artistes m'ont convaincu sur la durée d'un album. Peut-être est-ce un signe des temps, où, à l'heure du MP3, l'album serait définitivement en voie de disparition, les gens préférant zapper d'un artiste à l'autre sur leur iPod. Consommer, écouter toujours plus pour jeter ensuite ?
Triste époque, le MP3 ne me dit rien qui vaille. Quand je vois dans le métro des gens écouter à la suite Arcade Fire et Florent Pagny sur leur baladeur, je me dis qu'il y a quelque chose qui cloche, il y a un nivellement des valeurs. Le politiquement correct se serait-il installé même dans notre culture musicale ? Ce n'est pas bien de critiquer, chaque musique aurait sa propre valeur, serait respectable ? Cela fait sans doute bien d'avoir des goûts éclectiques, cela fait ouvert ... Et bien plus que jamais, 2009 sera pour moi l'année des choix, je le dis clairement : mes goûts musicaux ne sont pas éclectiques. Il y a beaucoup plus de choses que je n'aime pas que de choses que j'aime. Je sais, cela fait sûrement élitiste de dire ça, mais je pense que l'heure est à la résistance. Résister pour conserver ses goûts, ses valeurs, sa personnalité propre, dans ce monde de conformisme et de consensus mou. A partir de la semaine prochaine, vous trouverez notamment sur ce blog mes critiques pour les albums de 2009 et on commencera en beauté puisqu'il s'agira du nouvel album de Animal Collective.
D'ici là, portez-vous bien et surtout "Résiste" comme dirait l'autre ...


Découvrez France Gall!

Commentaires

  1. J'ai pas fait de top albums 2008, parce qu'en général, je découvre les albums avec une année de retard... Mais Portishead sera en haut du top. Je mettrais aussi MGMT, Spiritualized, Laura Marling et Ladytron.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Monochrome Set - Fabula Mendax

Le Monochrome Set existe depuis bientôt 40 ans. Il a connu une période faste à ses débuts, à l'orée des années 70 et 80, durant laquelle le groupe inventait une pop à nulle autre pareille, bien éloignée du mouvement post-punk alors en plein essor ou de la new-wave balbutiante. La formation menée par Ganesh Seshadri, alias Bid, un soit-disant authentique prince indien, est à l'origine de beaucoup de vocations, notamment Morrissey ou Edwyn Collins. Le groupe arrivé trop tôt, reviendra trop tard dans les années 90, à l'heure de la brit-pop. Leurs mélodies précieuses et délicates n'avaient pas grand chose à voir avec le rock direct et un peu simplet de Oasis et consorts. Puis, il y a eu une nouvelle reformation à la fin des années 2000, après 10 nouvelles années de disette. Celle-ci ne semblait plus rien vouloir du tout, ne surfant pas avec une quelconque mode par essence éphémère. On sait déjà que le succès n'arrivera jamais, d'autant que la formation londonienne…

Temples - Hot Motion

Si le rock était encore à la mode, les anglais de Temples pourraient assurément emporter la mise, renvoyant les australiens de Tame Impala dans leur 22, avec ce "Hot Motion", troisième album encore plus direct et calibré que les précédents. Après avoir (un peu) délaissé les guitares pour les claviers, le temps de "Volcano", ils reviennent à un style plus "classique" et proche de leur premier essai, l'excellent "Sun Structures". C'est toujours la même recette : des mélodies accrocheuses dans la plus pure tradition anglaise, relevées par des arrangements très psychédéliques avec un bon gros son qui claque. Si on flirte parfois avec la facilité, comme sur "The Howl", ces jeunes anglais chics et très (trop?) stylés arrivent toujours à faire passer la pilule avec un petit changement de direction imprévu.  Car si le chemin d'ensemble est bien balisé, le groupe s'autorise de légères sorties de route qui font que ce "Hot …

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…