Accéder au contenu principal

Compil de l'année 2008 ... suite et fin.

Bon, je suis toujours dans ma période "bilan de l'année dernière" ... J'y peux rien, je ne suis pas encore passé en 2009, c'est comme ça.
Voilà, je trouvais que dans ma première compilation 2008, il manquait des choses. J'ai donc décidé d'en faire une deuxième : 20 nouveaux titres tout pareil que l'autre !
ça pourrait être les remplaçants, mais des fois, les remplaçants sont aussi forts que les titulaires et sont de toute façon des futurs titulaires en puissance ...
Mais trêve de bavardage, voici la nouvelle et dernière liste :

1- Lightspeed Champion - Tell Me What It's Worth
Il est noir, mais bizarrement c'est un orfèvre pop ...


2- Sébastien Tellier - Divine
Le tube le plus kitsch de l'année, et pourtant pas assez encore, semble-t-il pour l'Eurovision.


3- Hercules And Love Affair - Blind
L'androgyne Antony Hegarty se prend un peu pour Jimmy Sommerville sur ce tube très années 80 ...


4- Why? - Fatalist Palmistry
Des américains au nom étrange qui mélangent le rap et la pop dans un joli foutoir. Ici, c'est pop et ça me rappelle les (défunts?) Mull Historical Society.

Découvrez Why?!


5- Alain Bashung - Le Secret Des Banquises
Bashung, remplaçant ? Cette année, sans doute. Pas son meilleur disque, mais toujours bien supérieur au lot commun de la variété hexagonale.


6- Foals - Cassius
La hype anglaise de l'année. Pas de grande révolution, mais une certaine efficacité tout de même.


7- Gonzales - Working Together
Après l'excellent "Solo Piano" qui faisait comme son nom l'indique la part belle au piano, façon Erik Satie, Gonzo s'essaie maintenant à la musique soul des années 70. Simple et efficace.



8- Arman Méliès - Casino
Arman Méliès confirme si besoin était qu'il faudra désormais compter avec lui. Son nouveau "Casino" est encore plus soigné que les précédents, même si l'écriture paraît moins spontanée. Si seulement il avait la voix de Dominique A ...


9- The Last Shadow Puppets - The Age Of Understatement
Pas aussi inspiré qu'avec les Arctic Monkeys, Alex Turner fait plutôt ici dans le genre pop orchestrée. Moins percutant, même si ce "Age Of Understatement" est assez réussi.


10- The Notwist - Boneless
Revoilà les Radiohead allemands : de jolies mélodies pour une voix malheureusement un peu molassonne ...



11- Bon Iver - For Emma
Je sais, c'est facile, mais ce gars-là porte bien son nom. Sûr qu'on va passer un bon hiver à l'écoute de ce "For Emma"-là, bien au chaud.


12- The Futureheads - The Beginning Of The Twist
Les Jam font encore recette, la preuve !


13- Shearwater - Rooks
C'est beau comme le meilleur Talk Talk ...

Découvrez Shearwater!


14- My Brightest Diamond - Inside A Boy
La nouvelle Kate Bush ...


15- The Dodos - Fools

ça ressemble à du Arcade Fire mais fait à la maison, avec moins d'instruments.


16- The Walkmen - In The New Year
Morceau idéal pour fêter la nouvelle année : une voix à la Dylan, pour une mélodie entêtante et très sixties.


17- Okkervil River - Lost Coastlines
ça frappe dans les mains, ça fait "lalala", c'est imparable : du folk-rock de chambre qui ne dépareillerait pourtant pas dans un stade ...


18- The Uglysuit - ... And We Became Sunshine
Enthousiasmant en concert, ce groupe m'a un peu déçu sur disque. Leur pop y est malheureusement un peu trop "bridée".


19- TV On The Radio - DLZ
Le buzz de la nouvelle scène rock new-yorkaise : ça me convainc pas complètement hormis peut-être sur ce titre.

Découvrez TV on the Radio!



20- Deerhunter - Agoraphobia
Le nouveau plus grand groupe de rock ? En tout cas, leur album "Microcastle" semble avoir retenu le meilleur du rock de ses vingt dernières années. Bon, ce n'est pas encore très bien digéré, ça manque un peu de personnalité, mais cet "Agoraphobia" fait croire en de beaux lendemains.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu